π
<-
Chat plein-écran
[^]

News 2019
August (18)
July (23)
June (28)
May (31)
April (25)
March (39)
January (37)

News 2018
October (13)
August (32)
July (23)
June (64)
May (63)
April (45)
March (43)
January (45)

News 2017
October (26)
August (39)
July (52)
June (88)
May (51)
April (43)
March (37)
January (33)

News 2016
October (25)
August (42)
July (34)
June (109)
May (55)
April (34)
March (37)
January (24)

News 2015
October (22)
August (56)
July (22)
June (94)
May (56)
April (32)
March (40)
January (21)

News 2014
October (26)
August (18)
July (23)
June (101)
May (57)
April (59)
March (54)
January (31)

News 2013
October (67)
August (50)
July (43)
June (193)
May (93)
April (102)
March (45)
January (50)

News 2012
October (64)
August (63)
July (53)
June (132)
May (88)
April (73)
March (57)
January (58)

News 2011
October (56)
August (31)
July (27)
June (71)
May (61)
April (32)
March (36)
January (24)

News 2010
October (11)
August (8)
July (14)
June (10)
May (3)
April (3)
March (1)

News 2009
August (3)
July (1)
June (2)
May (1)
April (2)
March (1)

Dates BAC, DNB et ECE 2018 Métropole enfin officialisées

New postby critor » 01 Feb 2018, 10:00

Le
Calendrier 2018 de l'orientation et de l'affectation des élèves, du diplôme national du brevet, des baccalauréats, des certificats d'aptitude professionnelle, des brevets d'études professionnelles et des brevets de technicien
vient tout juste d'être publié ce jeudi matin au
Bulletin Officiel n°5
du
1er février 2018
.


Il confirme pour la Métropole les dates d'épreuves écrites déjà annoncées pour le
BAC 2018
et pour le
DNB 2018
, ainsi que pour les épreuves pratiques d'
ECE
du
BAC S 2018
en
Physique-Chimie
et
SVT
.





Source
:
http://www.education.gouv.fr/pid285/bul ... _bo=125163
(avec les dates des épreuves d'
ECE
du
BAC S 2018
)

Nouvelle mise-à-jour NumWorks 1.3.0

New postby critor » 01 Feb 2018, 14:42

Depuis sa sortie pour la rentrée 2017, le développement de la calculatrice
NumWorks
s’était concentré sur des fonctionnalités novatrices encore jamais vues sur un modèle de milieu de gamme, et parfois même révolutionnaires tout court :
  • une application de probabilités polyvalente et très intuitive car parlant le langage des élèves :bj:
  • un environnement complet de développement Python :bj:
  • un moteur de calcul littéral :bj:
  • basé sur le précédent, un moteur de calcul exact complet, car non limité à un petit nombre prédéfini de formes remarquables contrairement aux autres modèles de milieu de gamme :bj:
Mais comme nous l’avions vu dans notre classement de rentrée
QCC 2017
, sur l’ensemble d’autres critères moins poussés la
NumWorks
était plus décevante, se comparant plutôt à l’entrée de gamme.

La nouvelle version
1.3.0
du firmware
NumWorks
sortant ce jour s’attaque à ce dernier point, et améliore de façon transversale nombre de fonctionnalités.
Voyons ensemble ce que ça donne pour chaque application :
Image Image Image Image Image Image Image Image




Application Calculs numérique, exact et littéral
:
Go to top

Du côté du moteur de calcul littéral et exact de l’application
Calculs
, nous bénéficions d’une meilleure simplification des logarithmes en base quelconque, et enfin du développement automatique des puissances de sommes ou différences. De plus, la touche
Ans
permettant de réutiliser le dernier résultat dans la saisie d’un calcul devient enfin fonctionnelle dans le contexte de résultats exacts et littéraux, ce qui facilitera nombre de manipulations.

Du côté du moteur d’affichage naturel, nous notons une amélioration en lisibilité de l’écriture des puissances qui était jusqu’alors assez contrastée avec celle des indices.

On apprécie l’arrivée de nouvelles fonctions dans la boîte à outils, dont enfin deux fonction de simulation :
  • random()
    qui renvoie un nombre aléatoire sur l’intervalle [0;1[
  • randint(a,b)
    qui renvoie un nombre entier aléatoire sur l’intervalle [a;b]
  • factor(n)
    qui effectue la décomposition d’un entier en facteurs premiers

De façon très pertinente depuis la dernière version, la réponse à un calcul pouvait être fournie sous forme d’une paire de résultats, l’un en écriture exacte et l’autre en écriture décimale. De quoi faire progresser l’utilisateur sur sa compétence
Représenter
, en mettant ainsi en évidence le lien qui les unit au lieu qu’il doive basculer manuellement de l’un à l’autre, et de façon pas toujours intuitive comme sur d’autres modèles. Toutefois, un problème était que ces deux résultats étaient systématiquement liés par le symbole environ, ce qui n’était pas toujours une notation correcte.
Désormais dans la nouvelle version, les paires de résultats utilisent le symbole environ ou égal adéquat. C’est bien mieux pour l’utilisateur, lui permettant non seulement de recopier sans crainte des réponses qui seront bien considérées comme exactes selon tous les critères de compétences, mais également sa leur propre compréhension du langage mathématique et sa compétence
Communiquer
qui va avec. :bj:

Niveau corrections de bugs, on peut citer la fonction
inverse()
qui certes fonctionnait quand on lui donnait une matrice, mais donnait une réponse assez originale quand on lui fournissait un nombre, multipliant l’inverse attendu par
undef×i
. Problème désormais corrigé.

Il y a aussi la fonction de calcul du nombre dérivé
diff()
qui dans certains cas renvoyait n’importe quoi pour la fonction valeur absolue, chose désormais corrigée.

D’ailleurs à ce sujet, l’algorithme interne de calcul du nombre dérivé semble avoir été profondément modifié, résistant dans la majorité des cas beaucoup mieux lorsque l’on tente de le piéger.

Enfin, comme
Calculs
devrait être l’application la plus utilisée, notons qu’il est maintenant possible d’y revenir très rapidement depuis une autre application grâce à un nouveau raccourci. Il suffit pour cela de taper
Maison
2 fois de suite puis de valider.



Application Fonctions
:
Go to top

Dans l’application
Fonctions
, nous notons déjà un affinage des axes sur la vue graphique, ainsi qu’un tout nouveau curseur, et un décalage sur la gauche des valeurs affichées lorsque le nombre dérivé est activé, évitant ainsi de tronquer la valeur de ce dernier dans certains cas.

On voit de plus que l’affichage du nombre dérivé pour la fonction valeur absolue bénéficie de la même correction déjà abordée pour l’application
Calculs
.

Rappelons que lorsque le curseur est activé sur cette vue la calculatrice nous invite à taper
OK
pour accéder à un menu contextuel.

Et bien il y a du nouveau dans ce menu contextuel, avec un nouveau sous-menu
Calculer
permettant de :
  • Rechercher et afficher des points remarquables
    (minimum local, maximum local, point d’intersection entre deux courbes, zéro soit point d’intersection avec l’axe des abscisses)
    . Notons que contrairement à d’autres modèles, quand il existe plusieurs points répondant au critère sélectionné, l’on peut passer intuitivement de l’un à l’autre avec les flèches sans aucun besoin de reproduire toute la manipulation.
    On comprend d’ailleurs maintenant la raison d’être du nouveau curseur, sans lequel les points correspondant aux zéros auraient été fort mal mis en évidence.
  • Tracer et déterminer l’équation d’une tangente. On apprécie le rappel de la forme de l’équation accompagnant les valeurs de
    a
    et
    b
    , contrairement à d’autres modèles. :bj:
  • Calculer et représenter graphiquement la valeur d’une intégrale. On apprécie d’ailleurs dans ce cas le fait d’être guidé en direct lors de la sélection des bornes, par une indication textuelle en français, par la représentation graphique de l’aire correspondante, et aussi par une représentation en écriture naturelle de l’intégrale en bas à gauche pouvant permettre de vérifier si l’on est bien en train de spécifier ce que l’on pense. Un choix très pertinent qui tout en aidant l’utilisateur permettra de perfectionner sa compétence
    Représenter
    . :bj:




Application Suites
:
Go to top

Dans l’application
Suites
, quand on accède aux propriétés en sélectionnant son nom et faisant
OK
, on a désormais accès à une nouvelle option librement modifiable : l’indice du premier terme. De quoi s’adapter d’une part aux quelques exercices qui nous proposeront de temps en temps des suites ne démarrant pas au rang 0. Mais cela va bien plus loin que ça, car c’est aussi d’autre part une façon pour la calculatrice de s’adapter aux usages de différents pays. En effet, si la plupart des suites démarreront au rang 0 chez nous, en Amérique du Nord ce sera au rang 1.

Enorme nouveauté, il devient enfin possible de travailler sur des suites auxiliaires, c’est-à-dire des suites définies en fonction d’une autre, situation qui tombe quasiment chaque année au BAC. Avec cette amélioration tant attendue, on peut enfin qualifier la calculatrice
NumWorks
de conforme aux programmes de Première et Terminale, et la recommander sans réserve.

L’application
Suites
bénéficie de plus dans sa vue graphique de l’affinage des axes décrit plus haut pour l’application
Fonctions
.




Application Paramètres
:
Go to top

Il y avait un petit problème événementiel dans l’application
Paramètres
. Lorsque l’on validait un nouveau choix de nombre de chiffres significatifs, il n’était plus possible de changer d’avis et de valider les choix
Automatique
ou
Scientifique
. Du moins pas sans quitter puis revenir à cet écran. Problème désormais corrigé.




Applications Statistiques et Régressions
:
Go to top

Les application
Statistiques
et
Régressions
bénéficient elles aussi dans leurs vues graphiques de l’affinage des axes décrit plus haut pour l’application
Fonctions
.




Application Probabilités
:
Go to top

Un problème avec l’application Probabilités évoqué par certains enseignants aux journées APMEP, était la précision des résultats, limités à 3 décimales et non 3 chiffres significatifs. C’était embêtant dans le cas de probabilités très faibles, la calculatrice pouvant même retourner à tort une probabilité nulle. La nouvelle version corrige ce problème, la précision ayant été doublée avec dorénavant jusqu’à 6 décimales.

En conséquence de la taille d’affichage pouvant donc être accrue, les différents champs numériques permettant de saisir les données ou afficher les résultats ont désormais une taille variable, s’adaptant automatiquement à leur contenu. Fort appréciable dans le cas des intervalles, la relation de probabilité affichée contenant alors 3 champs numériques au lieu de 2.

Sur la relation de probabilité affichée, l’utilisateur avait le plus souvent le choix entre :
  • sélectionner et saisir la ou les bornes de la variable aléatoire X pour obtenir la probabilité
  • sélectionner et saisir la probabilité pour obtenir la ou les bornes de la variable aléatoire X
Notons que le 2ème choix n’est pas toujours offert dans le cas de relations du type
P(?≤X≤?)=?
, car il y a parfois plusieurs solutions et pas de critère permettant d’en privilégier une. La calculatrice permet par exemple d’obtenir les 2 bornes d’un intervalle à partir d’une probabilité dans le cas de la loi normale. Mais elle ne le permet pas dans le cas des lois binomiale, uniforme, exponentielle et de Poisson.
Même remarque pour les relations du type
P(X=?)=?
dans le cas des lois discrètes
(binomiale et de Poisson)
.

Ce n’est pas un problème en soi, mais cela avait une conséquence assez embêtante. Nombre d’utilisateurs ont pris l’habitude d’utiliser
shift
copy
pour copier les valeurs numériques puis
shift
paste
pour les coller dans une autre application,
Calculs
par exemple, afin de pouvoir continuer à travailler dessus pour la suite de leur exercice.

Or, dans les situations où la calculatrice ne permettait pas la saisie de la probabilité, il était tout simplement impossible de sélectionner sa valeur pour la copier, obligeant donc à la retenir de tête ou à la copier temporairement sur un bout de papier, le temps de changer d’application.

Ce problème est désormais résolu lui aussi. Tous les champs numériques des relations, même ceux non modifiables, peuvent dorénavant être sélectionnés et copiés.

Enfin, comme visible ci-dessus, l’application
Probabilités
bénéficie elle aussi pour son interprétation graphique de l’affinage des axes décrit plus haut pour l’application
Fonctions
.




Application Python
:
Go to top

Comme l’application
Fonctions
et conformément aux programmes scolaires de l’enseignement secondaire, l’application
Python
permet désormais d’effectuer des simulations, grâce à l’ajout d’un tout nouveau module à importer,
random
.

En plus des guillemets, les chaînes de caractères deviennent délimitables avec des apostrophes suite à l’ajout de ce caractère dans le catalogue. Il sera est donc maintenant possible d’alterner entre les délimiteurs selon le contenu de la chaîne, afin d’éviter ou limiter le besoin de faire appel au caractère d’échappement.

Dans le contexte des listes, le caractère
‘:’
permettant de référencer une suite d’éléments de positions consécutives est maintenant reconnu et parfaitement fonctionnel.

Les fonctions
min()
et
max()
déjà listées au catalogue deviennent également fonctionnelles dans le contexte de listes.

Et puis nous avons une toute nouvelle instruction d'entrée,
input()
, permettant d'inviter avec le message de son choix l'utilisateur à saisir une donnée en cours d'exécution d'un programme.

Enfin, parlons performances. Cela ne concerne pas que l’application
Python
mais c’est celle où peut aisément mettre en évidence les différences. La
NumWorks
était déjà dans sa version
1.2.0
précédente la calculatrice graphique la plus performante à ce jour. Il n’empêche que comme déjà annoncé, les performances de la calculatrice ont été en prime améliorées de façon significative depuis la version précédente, suite à l’acceptation de deux contributions au code source officiel :
Voici ci-dessous en vidéo ce que donne le tracer d’un même programme de fractale avec l’ancienne version
1.2.0
et la nouvelle version :
Code: Select all
from kandinsky import set_pixel
def mandelbrot(W,H,N) :
w=2.7/(W-1)
h=1.87/(H-1)
n=255.0/N
for x in range(W):
  for y in range(H):
   z=complex(0,0)
   c=complex(w*x-2.1,.935-h*y)
   for j in range(N):
    z=z*z+c
    if abs(z)>2:
     break
   set_pixel(x,y,255*65792*j+256)


L’ancienne version mettait donc
1min14s
quand la nouvelle ne met plus que
54 secondes
, une progression extraordinaire ! :bj:




En conclusion, la nouvelle version
NumWorks
ratisse large et apporte du bon biscuit à tout-le-monde. Avec notamment la gestion des suites auxiliaires, nous n’aurions plus aucune objection ou mise en garde à formuler auprès d’élèves de Première ou Terminale envisageant de s’équiper de ce modèle. La
NumWorks
est désormais en adéquation globale avec l’ensemble du programme scolaire du lycée français, félicitations ! :bj:




Liens
:
Link to topic: Nouvelle mise-à-jour NumWorks 1.3.0 (Comments: 19)

Pack 11 niveaux persos à la Minecraft pour CMonster

New postby critor » 04 Feb 2018, 11:56

6568Nous t'avions déjà parlé de
CMonster
, le jeu de casse-briques par
Patrick Davidson
pour ta superbe
TI-83 Premium CE
, puis de son éditeur de niveaux.

As-tu déjà terminé les 28 niveaux intégrés du jeu, ainsi que les 8 niveaux additionnels publiés avec l'éditeur ?

Si oui voici du nouveau déjà pour toi, avec un nouveau pack de 11 niveaux perso inspirés de l'univers
Minecraft
par
mets11rap
.
Seras-tu capable de nous miner tout ça ? ;)



Téléchargement
:
archives_voir.php?id=1356338

FactoRoms : ROMs Game Boy Color dans ta Graph 90+E facile !

New postby critor » 05 Feb 2018, 18:37



L'équipe
TI-Planet
est fière de vous présenter aujourd'hui son nouveau service en ligne gratuit développé ces dernières semaines,
FactoRoms
.

Jouer à un émulateur de console de jeux sur sa calculatrice n'est bien souvent pas facile. Outre l'installation de l'émulateur, il faudra lui fournir des ROMs, étape offrant de nombreux écueuils à l'utilisateur non averti :
  • besoin de récupérer une image ROM brute, c'est-à-dire entre autres non incluse dans un fichier
    .zip
    avec d'autres contenus faisant la promotion du site de téléchargement
  • pour certains modèles, besoin d'encapsuler la ROM dans un format spécifique
    - souvent les émulateurs concernés viennent avec des utilitaires
    .exe
    à cette fin, mais il faut donc être sous
    Windows
    et utiliser la ligne de commande
  • pour certains modèles ou certains émulateurs, besoin d'une extension de fichier spécifique qui n'est pas toujours celle récupérée
    - or
    Windows
    a eu la brillante idée d'interdire par défaut toute modification d'extension
  • pour certains modèles, besoin de noms de fichiers courts et/ou sans caractères spéciaux
  • enfin pour nombre de modèles, besoin d'économiser de la mémoire sinon il ne rentrera pas grand chose comme jeux - lorsque géré par l'émulateur, il s'agit de :
    • trimmer (tronquer)
      les images ROMs après le dernier octet de code/données
      - encore une fois besoin d'outils dédiés ou d'un éditeur hexadécimal
    • compresser les images ROMs
      - besoin donc d'un outil, qui n'est pas toujours standard - encore une fois on peut avoir un
      .exe
      venant avec l'émulateur et qui ne marchera que dans la ligne de commande
      Windows
Bref... ce n'est bien souvent pas n'importe qui qui peut y arriver seul. :'(

Mais les jours obscurs sont terminés, car voici
FactoRoms
, constitué de 2 éléments :
  • un convertisseur en ligne
  • un tutoriel détaillant de façon exhaustive chaque étape, certes pendant l'utilisation du convertisseur mais aussi avant et après, du téléchargement jusqu'aux touches pour jouer en passant par les transferts de fichiers ! :bj:
Les deux sont prévus pour se compléter en automatisant ou expliquant les étapes causant habituellement problème. :bj:

Un service universel puisque le convertisseur en ligne gère déjà la quasi totalité des émulateurs existant à ce jour, et comme nous ne sommes pas sectaires pour nombre de modèles de constructeurs différents :
  • TI-83+/84
    monochromes :
    Game Boy
  • TI-84+CSE
    :
    Game Boy
  • TI-Nspire
    :
    Game Boy
    ,
    Game Boy Color
    ,
    Game Boy Advance
    ,
    NES
    ,
    Super NES
    ,
    Pokemon Mini
    ,
    Sega Master System
    ,
    Sega Game Gear
    ,
    Sega Mega Drive / Genesis
    ,
    Atari Jaguar
    ,
    WonderSwan
    ,
    WonderSwan Color
    ,
    MB Vectrex
    ,
    NEC PC-Engine / Core-/Turbo-Grafx
    ,
    Watara Supervision
  • Casio Graph 35+E/35+USB / 75/85/95
    :
    Game Boy
  • Casio Graph 90+E / fx-CG10/20/50
    :
    Game Boy
    ,
    Game Boy Color
Précisons enfin que le serveur ne conserve aucune trace des ROMs converties. Si tu souhaites les partager, il te faudra donc les mettre en archive manuellement.



8313Le tutoriel quand à lui est en cours de rédaction, mais il est déjà complet pour certains émulateurs, notamment
Prizoop
, l'émulateur de
Game Boy & Game Boy Color
par pour
Casio Graph 90+E / fx-CG10/20/50
.
Dès maintenant,
FactoRoms
te déverrouille l'accès facile à plusieurs centaines de méga-jeux avec ta
Graph 90+E
! :bj:
Précisons en prime que le convertisseur compresse par défaut les ROMs converties au format spécifique géré par
Prizoop
, de quoi faire rentrer encore plus de jeux en mémoire ! :bj:
Enfin, cerise sur le gâteau, rappelons que
Prizoop
gère même le son - ce n'est pas un mensonge, comme tu le constateras ci-dessous ! :bj:


Prizoop
pour
Graph 90+E
, la console qui va là où vous allez. Et vous, vous jouez où avec la vôtre ? ;)



Liens
:


Mode examen, les consignes académiques de Toulouse

New postby critor » 06 Feb 2018, 13:51

Pendant que l'Institution rédige ses consignes nationales pour la mise en place du mode examen, jetons un coup d'oeil sur une initiative de l'académie de Toulouse, avec un protocole académique notamment mis en place pour les examens blancs.

Les candidats devront se présenter avec une calculatrice non programmable sans mémoire alphanumérique ou avec une calculatrice avec mémoire alphanumérique et/ou écran graphique qui dispose d’une fonctionnalité « mode examen » répondant à différentes spécificités (…).
Si l’épreuve autorise l’utilisation d’une calculatrice, « le « mode examen » ne devra être activé par le candidat, pour toute la durée de l'épreuve, que sur instruction du surveillant de salle. »
→ L’usage d’une calculatrice avec mémoire alphanumérique ne comportant pas une fonctionnalité « mode examen » ou étant en mode examen (diode allumée) à l’entrée dans la salle d’examen est donc interdit.
→ Les calculatrices avec mémoire alphanumérique non en mode examen à l’entrée dans la salle devront être mises en mode examen (diodes allumées) sur instruction du surveillant.
→ Le surveillant vérifiera donc, avant distribution des sujets, que les diodes des calculatrices sont éteintes et, après avoir donné ordre de passer en mode examen, que les diodes sont allumées.
Le texte prévoit que tous les personnels appelés à participer aux tâches de surveillance des épreuves, et bien sûr les candidats, soient informés de ces modalités par les chefs de centre.
Les élèves de terminale doivent l’être aussi, par leurs professeurs, dès le début de cette année scolaire.

Cette nouvelle réglementation gagnera à être appliquée lors des bacs blancs et des devoirs bilans effectués en cours d’année de sorte que les élèves s’habituent à ne pas avoir accès, pendant les évaluations écrites, aux contenus (formules, programmes informatiques) qu’ils auraient préalablement entrés en mémoire et adaptent en conséquence leur travail de préparation à l’examen.


On note donc un démarrage d'épreuve en 4 temps :
  1. vérifier que les diodes ne clignotent pas
  2. demander aux candidats de se mettre en mode examen
  3. vérifier que les diodes sont allumées
  4. distribuer les sujets

On se demande ce que ça va donner en pratique, avec des candidats qui ne sont pas tenus d'arriver à l'avance, et peuvent même arriver après le début de l'épreuve en cas de retard justifié, sur autorisation du chef de centre
(jusqu'à 1 heure de retard, d'où l'interdiction absolue faite aux organes de presse de diffuser les sujets pendant la 1ère heure d'une épreuve)
.



En pratique, ces consignes ne valent absolument rien.

Alors certes, l'on pourrait vous parler de divers outils permettant de contourner le mode examen, et ne nécessitant que quelques lignes de code tellement sa sécurité ne vaut rien. Jusqu'à preuve du contraire, les personnes capables de développer de tels outils ne les diffusent pas. Mais il faut savoir que c'est de notre côté testé avec succès, et franchement pas bien compliqué une fois que l'on a compris le fonctionnement du mode examen pour le modèle qui nous intéresse - pas besoin du tout d'être expert en programmation, juste d'utiliser son esprit logique. Et les barrières morales différeront d'une personne à une autre...



Mais bref, oublions donc ces outils non publics, et donc en apparence inexistants à ce jour.
Ces consignes n'empêchent toutefois pas nombre de choses :
  • sur tous les modèles il est possible d'activer le mode examen avant son épreuve, d'y charger toutes les données de son choix, puis de glisser une discrète languette dans le compartiment d'alimentation pour empêcher la diode examen de clignoter. :#non#:
  • sur
    HP Prime
    de façon enfantine il est possible d'aller dans les options du mode examen avant activation et d'y cocher que la mémoire doit être conservée. :#non#:
    certes, le prétexte des pro-mode-examen, c'est que quasiment personne n'a de
    HP Prime
    , même si nous ne comprenons pas en quoi passer à une réglementation privilégiant une minorité serait plus légitime
  • sauf que sur d'autres modèles bien plus répandus, il est possible de façon similaire d'accéder au contenu mémoire censé être masqué sans sortir du mode examen, de façon enfantine en utilisant des bugs de menus/OS...
    (manipulation qui hélas se suffit à elle-même, et ne sera donc pas révélée ici - mais c'est tellement facile et trouvable par n'importe-qui que ça pourrait finir par sortir quelque part dans les prochains mois)
    :#non#:

Les surveillants non experts ne s'en rendront peut-être pas compte, mais il est évident dans ce contexte qu'une minorité de candidats avisés seront capables d'accéder à leurs données, et avoir forcé toute une génération à payer pour cette sécurité imaginaire est un scandale d'Etat.



En pratique en l'état actuel de la sécurité, pas vraiment d'autre solution que d'avoir des surveillants connaissant bien chaque modèle de calculatrice, circulant, regardant les écrans, et se demandent si ce qui est affiché a pu être saisi depuis le début de l'épreuve ou pas.




Source
:
https://disciplines.ac-toulouse.fr/math ... nvier-2018

Test prototype EVT2 clavier Nspire TouchPad C8

New postby critor » 06 Feb 2018, 19:12

Les
TI-Nspire
et
TI-Nspire CAS
lancées pour la rentrée 2007 ont été remplacées à la rentrée 2010 par les
TI-Nspire TouchPad
et
TI-Nspire CAS TouchPad
disposant du clavier à pavé tactile que nous connaissons aujourd'hui sur nos
TI-Nspire CX
.

Entre ces deux claviers très différents, plusieurs concepts ont été développés. Nous t'avions déjà présenté les prototypes de claviers B6 tactile, Simpkey B-P, Simpkey A1-P et Simpkey A1




9260Aujourd'hui rapprochons-nous de notre époque avec quelque chose qui n'en est pas moins rare vu la brève durée de vie des
TI-Nspire TouchPad
(sorties pour la rentrée 2010 et remplacées pour la rentrée 2011)
, un prototype de clavier
TouchPad
(tactile)
bien plus proche du clavier de production que notre prototype B6.

On note que la sérigraphie n'est pas complète, plusieurs touches dans la partie supérieure
(pavé tactile, :nsct: et une autre)
étant dépourvues d'inscriptions.

Niveau pavé alphabétique, on retrouve la disposition en quinconce des prototypes B-P et B6, ce dernier datant d'avril 2009.

A l'utilisation, on note déjà quelques petits anomalies mineures dues à quelques touches différentes dans la partie supérieure du clavier :
  • quelques touches faisant bien ce qui est indiqué mais avec des positions différentes : :nsta: :nsct: :nsme:
  • quelques touches dont l'indication n'a pas d'équivalent, et qui font donc autre chose : la touche noire sans inscription pour :nssc:, menu contextuel pour :nsdo:

Il s'agit donc d'un clavier utilisant la nouvelle disposition de touches des claviers
TouchPad
et muni d'un pavé tactile. C'est-à-dire un clavier de type 4 selon la numérotation des OS TI-Nspire :
0) clavier
Phoenix/Nspire+

1) clavier
ClickPad

2) clavier
84+

3) clavier
SimpKey
non tactile
4) clavier
TouchPad
(
SimpKey
tactile)


92669265Et cette fois-ci le clavier est bien détecté par le système comme un type 4, ce qui lui permet d'être entièrement fonctionnel, aux seules quelques différences d'inscriptions/positions notées plus haut près. :bj:

9261Au dos nous notons la mention gravée
Nspire Touchpad EVT2 053
. Il s'agit donc d'un prototype de niveau
EVT2
du clavier
TouchPad
, et il s'agit du
53ème
produit sous cette dénomination. L'utilisation de seulement 3 chiffres pour cette numérotation confirme une production en petite quantité dont il ne reste probablement pas grand chose, les prototypes chez
Texas Instruments
étant la plupart du temps récupérés et détruits. Rappelons la classification du musée Datamath avec les différentes phases par lesquelles passe la conception d'un nouveau produit chez
TI
:
  1. PROTO
    (prototypes)
  2. EVT
    (Engineering Validation Tests)
  3. DVT
    (Design Validation Tests)
  4. PVT
    (Production Validation Tests)
  5. MP
    (Mass Production)

Mais comme l'on peut le remarquer, il s'agit d'une pièce exceptionnelle exfiltrée on ne sait pas trop comment de chez
Texas Instruments
, avec plusieurs inscriptions manuscrites au marqueur indélébile laissées par le développeur :
  • sous le connecteur un numéro
    16
  • 5mm PCB
  • et enfin une indication
    SYNAPTICS
    , nom du fournisseur du pavé tactile


926492639262Nous découvrons sur la carte une inscription
Nspire_TOUCHPAD_C8_EVT2_20090521
. Il s'agit donc cette fois-ci du prototype
C8
, numérotation dans la continuité de celle des précédents, et il était encore en développement le
21 mai 2009
ce qui est là encore cohérent avec les dates des prototypes précédents.
Link to topic: Test prototype EVT2 clavier Nspire TouchPad C8 (Comments: 5)

Inexamens 2018, épisode 5 : échantillonnage

New postby critor » 07 Feb 2018, 12:42

Inexamens 2018, épisode 5 : échantillonnage

la série qui tire
toutes
les conséquences du mode examen
histoire de savoir à quelle sauce tu vas te faire manger


L'échantillonnage avec intervalles de confiance, intervalles de fluctuation asymptotique et prises de décision, c'est quelque chose de très important dans les programmes actuels du lycée général et il est impossible de faire l'impasse dessus. Comme les lois de probabilité dans l'épisode précédent, ça tombe au BAC de façon quasi systématique chaque année.

D'introduction très récente dans les programmes du lycée
(2009)
, les capacités des calculatrices à ce sujet sont encore très disparates.

Supposons qu'un caractère soit censé être présent dans une proportion de 3% dans une population, et que sur un échantillon de 500 individus on observe une présence à 3,8%.
La plupart des modèles disposent de fonctions qui te permettront d'obtenir directement l'intervalle de fluctuation asymptotique à 95%, et donc de vérifier si tu as bien appliqué correctement la bonne formule. :bj:

Sauf si tu as choisi une
Casio Graph 25+E
ou
Lexibook GC3000FR
. :mj:

Certains de ces modèles te permettront même d'aller plus loin et de prendre une décision sur la validité de l'hypothèse de 3% :

En pratique il n'y a toutefois que sur
HP Prime
où la décision est clairement indiquée, pour les autres modèles il te faudra deviner qu'il faut comparer la valeur de
p
à 5%.

Inversement, supposons que l'on constate une proportion de 42% pour un caractère dans un échantillon de 500 individus, et que tu souhaites obtenir un intervalle de confiance à 95% de la probabilité du caractère. Seule la
NumWorks
répondra à ta demande.



Si les
Lexibook GC3000FR
et
Casio Graph 25+E
, modèles restés figés dans le contexte des programmes scolaires des années 90 sont clairement un mauvais choix, notons qu'à part ça il n'y a pas vraiment de bon choix. Les inconvénients varient selon les modèles, que ce soit au niveau du nombre de fonctionnalités disponibles, de leur accessibilité, ou de la lisibilité de leurs résultats.

C'est pour cela que nombre d'enseignants s'illustraient remarquablement jusqu'en 2017 en donnant ou faisant créer à tous leurs élèves et pas seulement aux seuls possesseurs de
Casio Graph 25+E
, des programmes dédiés.

Mais hélas, cette année ces programmes parfaitement légitimes seront rendus inutilisables dès l'activation du mode examen. :'(

Nous étions jusqu'en 2017 dans une situation qui ne privilégiait personne
(ou donc tout-le-monde)
. Tous les candidats étaient à égalité de chances et pouvaient, peu importe ce qu'ils avaient payé pour leur modèle, rajouter gratuitement les fonctionnalités manquantes dont bénéficiaient les autres candidats, en les téléchargeant sur
TI-Planet
ou
Planète Casio
. Si si, même les pauvres 20Ko d'une
Casio Graph 25+E
suffisaient à rajouter nombre de fonctionnalités. Félicitations donc au mode examen qui réussit la prouesse de nous faire passer à la situation extrême opposée qui privilégie une minorité de candidats aisés, et ce dans l'indifférence générale de l'opinion publique. :mj:
Link to topic: Inexamens 2018, épisode 5 : échantillonnage (Comments: 8)

-
Search
-
Featured topics
Comparaisons des meilleurs prix pour acheter sa calculatrice !
1
-
Donations / Premium
For more contests, prizes, reviews, helping us pay the server and domains...

Discover the the advantages of a donor account !
JoinRejoignez the donors and/or premium!les donateurs et/ou premium !


Partner and ad
Notre partenaire Jarrety 
-
Stats.
724 utilisateurs:
>688 invités
>31 membres
>5 robots
Record simultané (sur 6 mois):
6892 utilisateurs (le 07/06/2017)
-
Other interesting websites
Texas Instruments Education
Global | France
 (English / Français)
Banque de programmes TI
ticalc.org
 (English)
La communauté TI-82
tout82.free.fr
 (Français)