π
<-
Chat plein-écran
[^]

News 2020
March (2)

News 2019
August (1)
July (3)
June (3)
May (5)
April (1)
March (2)

News 2018
August (4)
July (1)
June (5)
May (9)
April (13)
March (5)

News 2017
August (4)

NumWorks 13.1 : unités + études nombres + touches Python

New postby critor » 28 Mar 2020, 09:35

12312Dans la crise sanitaire actuelle,
NumWorks
reste à tes côtés. Afin de t'accompagner dans tes apprentissages et devoirs avec un outil toujours plus exceptionnel, la nouvelle version
NumWorks 13
est maintenant disponible. :)

Plus précisément il s'agit de la version
13.1.0
et nous allons découvrir ensemble les nouveautés apportées :




1) Clavier et interface

Go to top

Déjà grande nouveauté, dans l'ensemble des applications il t'est enfin possible de sélectionner naturellement du texte dans une zone de saisie. Cela se passe aussi naturellement que sur ordinateur, en maintenant la touche
shift
puis une touche fléchée. :)

La sélection pourra alors être coupée-copiée-collée-effacée à l'aide des raccourcis clavier. :)

C'est particulièrement bienvenu dans le cadre de l'application
Python
, pour une saisie encore plus rapide et donc agréable de tes scripts lorsqu'ils comporteront plusieurs lignes ou blocs similaires ! :bj:

Notons également que le défilement des tableaux de valeurs présentés par les divers applications a été accéléré.




2) Paramètres et mode examen

Go to top

Afin de cibler les besoin des différents pays et examens, la calculatrice dispose désormais de 2 modes examen au choix :
  1. Standard
    , qui efface le contenu mémoire sans limitation de fonctionnalités comme exigé en France.
  2. Dutch
    , ciblant la réglementation plus restrictive des Pays-Bas qui viennent tout juste d'autoriser la calculatrice
    NumWorks
    aux examens.
Si tu ne vois rien c'est normal, le choix de ce 2ème mode examen n'est pas proposé lorsque la calculatrice est réglée en langue française. La calculatrice ne parlant pas non plus néerlandais pour le moment, à ce jour tu devras la basculer en anglais pour le faire apparaître.

En plus du contenu mémoire, ce mode examen
Dutch
désactive comme indiqué l'application
Python
, car les Pays-Bas interdisent l'accès à tout éditeur de texte pendant les épreuves.

Et bien évidemment, une fois le mode examen néerlandais activé, il n'est plus possible d'altérer ces restrictions sans désactiver le mode examen et donc éteindre la diode. A priori
NumWorks
a bien codé la chose; changer la langue ou réactiver le mode examen ne permet pas de récupérer l'accès à l'application
Python
.

Les deux modes examens produiront de plus un signal différent sur la diode :
  • rouge en mode examen
    Standard
  • jaune en mode examen
    Dutch
Voilà qui permettra aux surveillant de détecter les candidats qui n'auraient pas activé le bon mode, surtout aux Pays-Bas.

Enfin en ce qui nous concerne, notons qu'une fois le mode examen activé, son écran affiche maintenant les instructions permettant de le désactiver, à savoir la connexion à toute source d'alimentation USB
(ordinateur, tablette, smartphone OTG, batterie USB, chargeur USB, ...)
. :bj:




3) Paramètres et Python

Go to top

L'application
Paramètres
offre de plus désormais un nouveaux choix, celui de la taille de police qui sera utilisée dans l'application
Python
:
  • Grande
    qui correspond à la taille utilisée jusqu'ici et permet d'afficher
    12
    lignes sur
    29
    colonnes
  • Petite
    qui permet quant à elle d'afficher
    16
    lignes sur
    42
    colonnes
Notons de plus que ce réglage s'applique aussi bien à l'éditeur qu'à la console
Python
. De quoi te permettre une bien meilleur vue d'ensemble de tes scripts ainsi que de leur affichage - merci
NumWorks
! :bj:
1232912328




4) Python

Go to top

En ce qui concerne maintenant le langage
Python
nous avons beaucoup d'améliorations et nouveautés, n'ayons pas peur des mots et disons même énormément. :D

Déjà, autre amélioration de saisie mais dans le contexte
Python
, le catalogue accessible via la boîte à outils inclut désormais les fonctions associées à la classe
list
: :)
  • list.append(x)
  • list.clear()
  • list.count(x)
  • list.index(x)
  • list.insert(i,x)
  • list.pop(i)
  • list.remove(x)
  • list.reverse()
  • list.sort()

En
Python
les possibilités d'interactions avec des interfaces, notamment pour des menus ou jeux, étaient très limitées sur la
NumWorks
.

En effet, il n'y avait pas de fonction permettant de tester la pression d'une touche. Pas d'autre choix donc jusqu'à présent que de passer par la fonction
input()
, avec donc obligation pour l'utilisateur de valider avec
EXE
à chaque action, ce qui déjà rendait impossibles nombre de types de jeux.

NumWorks
s'attaque enfin au problème dans cette dernière version, avec un nouveau module
ion
à cette fin dont voici l'exploration avec notre script :
Code: Select all
def getplatform():
  id=-1
  try:
    import sys
    try:
      if sys.platform=='nspire':id=0
      if sys.platform.startswith('TI-Python') or sys.platform=='Atmel SAMD21':id=4
    except:id=3
  except:
    try:
      import kandinsky
      id=1
    except:
      try:
        if chr(256)==chr(0):id=5+(not ("HP" in version()))
      except:
        id=2
  return id

platform=getplatform()
#lines shown on screen
plines=[29,16,  7, 9,11,0,0]
#max chars per line
#(error or CR if exceeded)
pcols =[53,99,509,32,32,0,0]

nlines=plines[platform]
ncols=pcols[platform]
curline=0

def mprint(*ls):
  global curline
  st=""
  for s in ls:
    if not(isinstance(s,str)):
      s=str(s)
    st=st+s
  stlines=1+int(len(st)/ncols)
  if curline+stlines>=nlines:
    input("Input to continue:")
    curline=0
  print(st)
  curline+=stlines

def sstr(obj):
  try:
    s=obj.__name__
  except:
    s=str(obj)
    a=s.find("'")
    b=s.rfind("'")
    if a>=0 and b!=a:
      s=s[a+1:b]
  return s

def isExplorable(obj):
  s=str(obj)
  return s.startswith("<") and s.find(" ")>=0

def explmod(pitm,pitmsl=[],reset=True):
  global curline
  if(reset):
    curline=0
    pitmsl=[sstr(pitm)]
  hd="."*(len(pitmsl)-1)
  spath=".".join(pitmsl)
  c,c2=0,0
  spitm=str(pitm)
  for itms in sorted(dir(pitm)):
    c,c2=c+1,c2+1
    try:
      itm=eval(spath+"."+itms)
      mprint(hd+itms+"="+str(itm))
      if isExplorable(itm) and itm!=pitm:
        pitmsl2=pitmsl.copy()
        pitmsl2.append(itms)
        c2=c2+explmod(itm,pitmsl2,False)[1]
    except:
      mprint(hd+itms)
  if c>0 and reset:
    mprint(hd+"Total: "+str(c)+" 1st level item(s)")
    if c2>0 and c2!=c:
      mprint(hd+"       "+str(c2)+" item(s)")
  return [c,c2]

12373123741237512376

C'est l'occasion pour nous de te fournir une table des codes clavier retenus, où la logique visuelle de numérotation t'aidera peut-être à retenir : :)

0

1

3

6
OK

4

5

2
shift

12
alpha

13
x,n,t

14
var

15
╒╕

16

17
e^x

18
ln

19
log

20
i

21
,

22
x^y

23
sin

24
cos

25
tan

26
π

27

28

29
7

30
8

31
9

32
(

33
)

34
4

36
5

37
6

38
×

39
÷

40
1

42
2

43
3

44
+

45
-

46
0

48
.

49
×10^x

50
Ans

51
EXE

52


12338On peut toutefois remarquer que la seule fonction fournie
keydown()
par le nouveau module
ion
ne permet que de savoir si une touche donnée est pressée ou pas.
Des scripts
Python
implémentant des jeux ou interfaces
(pourquoi pas une boîte de saisie texte)
vont donc devoir appeler cette fonction autant de fois qu'il y a de touches clavier traitées. On peut donc légitimement s'interroger sur ce que donne le temps d'exécution de la fonction potentiellement multiplié par les 46 touches clavier
(ou plutôt 45, la touche d'allumage/exinction n'étant pas gérée par le module)
.

Et bien testons, voici , notre script où il te suffira d'un simple et unique appel
getkeys()
pour scanner l'ensemble de la matrice clavier et récupérer la liste des codes des touches actuellement pressées :
Code: Select all
from ion import keydown

def keycodes():
  lc = list(range(0,6)) + list(range(12,35))
  for k in range(36,53):
    if (k+1)%6:
      lc.append(k)
  return lc

def getkeys():
  lk = []
  for k in keycodes():
    if keydown(k):
      lk.append(k)
  return lk


12339Nous allons de plus chronométrer l'appel
getkeys()
à l'aide de notre script :
Code: Select all
from time import monotonic

def timer(f, *par):
  start=monotonic()
  f(*par)
  return monotonic()-start

L'appel maintenant devenu
timer(getkeys)
nous mesure donc autour 0,08 seconde pour le scan intégral du clavier, aussi bien sur
N0100
que
N0110
.

8 centièmes de seconde ce n'est certes pas rien, mais c'est quand même très loin d'être la catastrophe que nous craignions.
NumWorks
semble avoir bien fait les choses. :)
Les jeux
Python
utilisant beaucoup de touches clavier seraient donc en théorie limités au mieux à 25 fps
(images par seconde)
, ce qui est tout de même déjà humainement très acceptable. En pratique il suffira aux jeux en question de ne pas scanner l'intégralité du clavier mais seulement les touches utiles, et de toutes façons la lenteur des fonctions graphiques à ce jour ne pemet pas d'atteindre les
25 fps
en
Python
même sans aucune lecture clavier.

En passant, si toi aussi tu souhaites optimiser tes tests de touches clavier dans le même style que notre fonction
getkeys()
, n'hésite pas à consulter le tutoriel associé à la nouvelle fonction
keydown()
.

12378De toutes nouvelles interfaces et jeux deviennent envisageables possibles sur ta
NumWorks
, et s'est dépêché de te les illustrer ci-contre avec le premier jeu utilisant le module
ion
, un ! :bj:


Suite à cet ajout majeur, profitons-en pour voir où nous en sommes niveau
Python
sur calculatrices. Voici déjà l'éventail des modules disponibles :

autorisés aux
examens français
inutilisables aux
examens français
NumWorks
Casio Graph
35+E II
90+E
TI-83PCE
Ed. Python
MicroPython
TI-Nspire
CasioPython
Casio Graph
35+E II
35+E/USB
75/85/95
TI-Python
builtins
array
collections
cmath
gc
math
micropython
os
random
sys
time
turtle
uerrno

.
.

.


.

.


.

.
.
.
.

.
.

.
.
.
.



.


.
.



.
.


.




.
.

.
.


.




.
.

.
.
.


.




.


.
.



.


.
.



.
.











.
.
spécifique
kandinsky
ion
prime
nsp
board
storage
Total
9
3
8
9
8
9
9
13

En terme de quantité de modules, la
NumWorks
arrive ainsi désormais au premier rang des solutions
Python
utilisables aux examens français, félicitations ! :bj:
Aux examens :
  1. 9
    modules :
    NumWorks

    HP Prime
    (version alpha)
  2. 8
    modules :
    TI-83 Premium CE Edition Python
  3. 3
    modules :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
Hors examens :
  1. 13
    modules :
    TI-Python
    (firmware tiers)
  2. 9
    modules :
    NumWorks

    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 35+E/USB
    Casio Graph 75/85/95
    Casio fx-9750GII
    Casio fx-9860GII
    Casio fx-9860G

    (appli CasioPython)

    HP Prime
    (version alpha)
  3. 8
    modules :
    TI-83 Premium CE Edition Python

    TI-Python

    TI-Nspire
    (appli MicroPython)
  4. 3
    modules :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
    Casio fx-CG50


Et voici maintenant pour le contenu de ces mêmes modules :

autorisés aux
examens français
inutilisables aux
examens français
NumWorks
Casio Graph
35+E II
90+E
TI-83PCE
Ed. Python
MicroPython
TI-Nspire
CasioPython
Casio Graph
35+E II
35+E/USB
75/85/95
TI-Python
builtins
array
collections
cmath
gc
math
micropython
os
random
sys
time
turtle
uerrno
88-188
.
.
12
.
41
6
.
9
.
3
38
.
84-175
.
.
.
.
25
.
.
8
.
.
.
.
92-189
2-4
2
.
7
28
.
.
8
15-42
4
.
.
97-440
3-13
.
13-17
9-13
42-46
10-14
.
.
17-63
.
.
25-29
93-218
2-4
.
12
7
41
3
.
.
15-45
.
.
.
91-204
2-4
.
12
7
41
6
.
8
12
.
.
24
92-189
2-4
2
.
7
28
.
.
8
15-42
4
.
.
93-191
2-4
2
12
7
41
6
15
8
15-45
8-10
.
.
spécifique
6
(kandinsky)

48
(ion)
3-7
(prime)
3-10
(nsp)
22
(board)

7-21
(storage)
Total
251-351
117-208
158-284
219-642
176-340
203-318
158-284
238-384

En terme de richesse des modules, la
NumWorks
varie donc entre les 2ème et 3ème rangs ! :bj:
Aux examens :
  1. 219-642
    éléments :
    HP Prime
    (version alpha)
  2. 251-351
    éléments :
    NumWorks
  3. 158-284
    éléments :
    TI-83 Premium CE Edition Python
  4. 117-208
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
Hors examens :
  1. 219-642
    éléments :
    HP Prime
    (version alpha)
  2. 238-384
    éléments :
    TI-Python
    (firmware tiers)
  3. 251-351
    éléments :
    NumWorks
  4. 176-340
    éléments :
    TI-Nspire

    (appli MicroPython)
  5. 203-318
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 35+E/USB
    Casio Graph 75/85/95
    Casio fx-9750GII
    Casio fx-9860GII
    Casio fx-9860G

    (appli CasioPython)
  6. 158-284
    éléments :
    TI-83 Premium CE Edition Python

    TI-Python
  7. 117-208
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E


Parlons maintenant mémoire. En
Python
il y a plus précisément 3 mémoires :
  • la mémoire de stockage qui accueille et conserve tes scripts
  • le
    stack (pile)
    qui, à l'exécution, accueille les références vers les objets créés
  • le
    heap (tas)
    qui, à l'exécution, accueille les valeurs de ces objets

Avec la dernière version, tu disposais d'une mémoire de stockage pouvant accueillir jusqu'à
16 Kio
de scripts
Python
.
La nouvelle version te double dès maintenant l'espace de stockage, avec pas moins de
32 Kio
! :bj:

Pour le reste, le
stack / pile
limite donc la quantité d'objets différents utilisables simultanément, alors que le
heap / tas
en limite le volume.
La
NumWorks
était très décevante dans les deux cas, se retrouvant sur ces points littéralement à la queue de l'ensemble des solutions
Python
sur calculatrices graphiques. :mj:


Notre script permet d'estimer la capacité du
heap / tas
:
Code: Select all
def sizeenv():
  s=0
  import __main__
  for o in dir(__main__):
    try:s+=size(eval(o))
    except:pass
  return s
def size(o):
  s,t=0,type(o)
  if t==str:s=49+len(o)
  if str(t)=="<class 'function'>":s=136
  if t==int:
    s=24
    while o:
      s+=4
      o>>=30
  if t==list:
    s+=64
    for so in o:s+=8+size(so)
  return s
def mem(v=1,r=1):
  try:
    l=[]
    try:
      l+=[r and 793+sizeenv()]
      if v*r:print(" ",l[0])
      l+=[0]
      l+=[""]
      l[2]+="x"
      while 1:
        try:l[2]+=l[2][l[1]:]
        except:
          if l[1]<len(l[2])-1:l[1]=len(l[2])-1
          else:raise(Exception)
    except:
      if v:print("+",size(l))
      try:l[0]+=size(l)
      except:pass
      try:l[0]+=mem(v,0)
      except:pass
      return l[0]
  except:return 0

Celle-ci faisait
16 Kio
sur les
firmwares
officiel, et cela n'a malheureusement pas changé pour la version
13.1.0
.

En conséquence, vu les tailles non négligeables prises en mémoire par les objets
Python
les plus simples, tu seras très rapidement limité(e) dès que tes scripts vont commencer à travailler sur des tuples, listes ou pire listes de listes. :mj:


D'où le classement :
Aux examens :
  1. 1,032942 Mo
    :
    Casio Graph 90+E
  2. 1,022145 Mo
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  3. 100,560 Ko
    :
    Casio Graph 35+E II
  4. 32,339 Ko

    NumWorks
    (firmware )
  5. 20,200 Ko

    TI-83 Premium CE Edition Python
  6. 16,259 Ko

    NumWorks
Hors examens :
  1. 2,049276 Mo
    :
    TI-Nspire
    (application MicroPython)
  2. 1,032942 Mo
    :
    Casio Graph 90+E
  3. 1,022145 Mo
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  4. 257,636 Ko
    :
    Casio Graph 35/75+E
    (application CasioPython)
  5. 100,560 Ko
    :
    Casio Graph 35+E II
  6. 32,339 Ko

    NumWorks
    (firmware )
  7. 31,899 Ko
    :
    Casio Graph 35+E II
    (application CasioPython)
  8. 22,605 Ko

    TI-83 Premium CE + TI-Python
  9. 20,200 Ko

    TI-83 Premium CE Edition Python
  10. 19,924 Ko

    TI-83 Premium CE + TI-Python
  11. 16,238 Ko

    NumWorks


Par contre,
NumWorks
annonce avoir quadruplé la taille de la
pile / stack
pour la version
13.1
, voyons cela. Comme déjà expliqué, cette augmentation devrait permettre d'avoir simultanément davantage d'objets en mémoire
(mais pas davantage de données, les valeurs de ces objets allant comme déjà dit dans le tas / heap)
. C'est la même capacité que l'on peut partager entre davantage d'objets différents.

Comment mesurer cela ? Une situation qui permet de créer plein de références dans la
pile / stack
, c'est la récursivité, soit les fonctions qui se rappellent elles-mêmes. Prenons notre script
recur.py
:
Code: Select all
def sumr(n):return n>0 and n+sumr(n-1)

def maxr(fct):
  n=0
  try:
    while True:
      fct(n)
      n=n+1
  except Exception as e:print(e)
  return n

12341L'appel
maxr(sumr)
permet en effet de constater un bon quadruplement du nombre maximal d'appels récursifs, passant de
30
à
143
avant le déclenchement de l'erreur
maximum recursion depth exceeded
, de quoi étudier et exploiter désormais bien plus sérieusement la récursivité ! :bj:

Là encore une nette progression au classement en terme de capacité de
pile / stack
. Merci
NumWorks
, la calculatrice est donc dès maintenant le meilleur choix aux examens français sur le critère de la récursivité ! :bj:
Aux examens :
  1. 143
    :
    NumWorks
    (nouvelle version)
  2. 82
    :
    Casio Graph 90+E

    Casio Graph 35+E II
  3. 77
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  4. 30
    :
    NumWorks
    (ancienne version)
  5. 23

    TI-83 Premium CE Edition Python
Hors examens :
  1. 5362
    :
    Casio Graph 35/75+E
    (application CasioPython)
  2. 655
    :
    Casio Graph 35+E II
    (application CasioPython)
  3. 143
    :
    NumWorks
    (nouvelle version)
  4. 130
    :
    TI-Nspire
    (application MicroPython)
  5. 82
    :
    Casio Graph 90+E

    Casio Graph 35+E II
  6. 77
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  7. 30
    :
    NumWorks
    (ancienne version)
  8. 23

    TI-83 Premium CE Edition Python
  9. 20

    TI-83 Premium CE + TI-Python
  10. 15

    TI-83 Premium CE + TI-Python




5) Calculs

Go to top

NumWorks
n'a également pas chômé avec l'application
Calculs
et nous apporte ici encore pléthore de nouveautés.

Déjà petite mise en bouche,
NumWorks
améliore l'intelligence de sa saisie. Lorsque par exemple on note
f(5)
, sans connaître le contexte il y a ambiguité. Selon le contexte, cela peut être :
  • si
    f
    est une fonction, la fonction
    f
    appliquée à 5
  • sinon, le produit de
    f
    par 5
Jusqu'à la dernière version, la
NumWorks
considérait systématiquement que c'était un appel de fonction, même si
f
n'en était pas une, et ne te donnait donc aucun résultat. :(

Désormais ta
NumWorks
tiens compte du contexte, et t'interprétera automatiquement cette saisie en tant que produit si
f
n'a pas été définie en tant que fonction. :)


La
NumWorks
te permet désormais de calculer avec des nombres écrits en base non décimale : :bj:
  • base binaire en préfixant le nombre saisi par
    0b
  • base hexadécimale en préfixant le nombre saisi par
    0x

Le résultat reste certes affiché en base décimale, et il n'y a pas d'option pour changer cela.
Toutefois,
NumWorks
a prévu autre chose pour tes conversions dans l'autre sens. Si tu remontes dans l'historique de calculs avec la touche
, chaque résultat entier sélectionné se verra adjoindre un bouton qu'il te suffira de valider pour obtenir automatiquement des résultats additionnels :
  • la conversion en base hexadécimale :bj:
  • la conversion en base binaire :bj:
  • la décomposition en facteurs premiers :)
Et nul besoin de les noter sur ton brouillon, les différents résultats peuvent de plus être sélectionnés puis directement copiés-collés à des fins de réutilisation immédiate ! :bj:

Mais ce n'est pas tout,
NumWorks
te propose également des résultats additionnels de façon similaire en cas de résultat rationnel
(écriture exacte en fraction)
, avec :
  • la conversion en fraction mixte
    (entier suivi d'une fraction propre, soit avec son numérateur inférieur au dénominateur)
    :)
  • le détail de la division euclidienne du numérateur par le dénominateur :)

Lorsque le résultat écrit sous forme exacte est un cosinus ou sinus de quelque chose, là
NumWorks
s'est déchaîné pour les résultats additionnels, avec :
  • représentation automatique et légendée du point associé sur le cercle trigonométrique :#tritop#:
  • cosinus associé sous forme exacte et décimale :bj:
  • sinus associé sous forme exacte et décimale :bj:

Et alors attends tu n'as pas vu les nombres complexes, ici c'est de la folie avec comme résultats additionnels proposés :
  • la représentation automatique et légendée du point associé dans le plan complexe :#tritop#:
  • le module sous forme exacte et décimale :bj:
  • l'argument sous forme exacte et décimale :bj:
  • la partie réelle sous forme exacte et décimale :bj:
  • la partie imaginaire sous forme exacte et décimale :bj:

Et non, ce n'est pas fini. Grâce au formidable travail de
NumWorks
, l'application
Calculs
gère désormais les unités, avec une toute nouvelle entrée pour t'en facilité la saisie dans la boîte à outils. De très nombreuses catégories d'unités sont présentes, de quoi couvrir l'ensemble de tes problèmes de Géométrie, Physique ou Chimie : :bj:
  • Temps
  • Distance
  • Masse
  • Intensité du courant électrique
  • Température
  • Quantité de matière
  • Intensité lumineuse
  • Fréquence
  • Force
  • Pression
  • Energie
  • Puissance
  • Charge électrique
  • Tension électrique
  • Capacité électrique
  • Résistance électrique
  • Conductance électrique
  • Induction électrique
  • Inductance
  • Superficie
  • Volume

Les unités sont notées avec le caractère tiret bas comme préfixe, que tu pourras une fois habitué saisir directement au clavier avec
shift
,
. Le menu se donne même la peine de les légender dans ta langue une fois de plus ! :bj:
Bien que toutes les combinaisons ne soient pas au menu, précisons que la calculatrice reconnaît bien l'ensemble des préfixes du système international de 1012
(
T
era)
à 10-12
(
p
ico)
! :bj:

Rien à voir avec les unités proposée sur la concurrence de milieu de gamme où si c'est pas au menu c'est foutu. Ici les unités sont de véritables éléments gérés au niveau du moteur de calcul et que tu peux donc librement intégrer à ces derniers.

Tu peux notamment sommer différentes unités compatibles, avec un résultat automatiquement converti dans l'unité jugée la plus pertinente ! :bj:

Tu as peut-être remarqué qu'il n'y avait pas de catégorie vitesse au menu, ces unités étant obtenues par un simple quotient. Les possibilités de combinaison sont infinies et permettront de gérer les unités les plus complexes ! :bj:

Si jamais l'unité déterminée automatiquement pour le résultat ne te convient pas, tu pourras parfaitement la convertir dans toute unité compatible à l'aide de l'opérateur d'affectation obtenu via
shift
x^y
! :bj:

Les unités sont tellement bien intégrées et gérées, qu'elles peuvent même accompagner les valeurs que tu stockes dans des variables. En Physique-Chimie notamment, si tu te donnes la peine de saisir chaque constante ou donnée d'une formule avec son unité, tu pourras obtenir automatiquement le résultat accompagné de son unité la plus pertinente pour rafler un maximum de points à tes exercices ! :bj:

C'est fantastique, les équivalences d'unités sont même connues de la machine, comme ici le kilogramme mètre par seconde carrée automatiquement remplacé par le Newton ! :bj:

Inversement, si l'énoncé de Physique-Chimie tente de te piéger en ne précisant de façon générique que SI
(Système International)
comme unité pour les constantes qu'il te rappelle, les formidables possibilités de combinaisons infinies de la
NumWorks
te permettront de retrouver la bonne unité ! :bj:




6) Probabilités

Go to top

L'application
Probabilités
n'est pas en reste,
NumWorks
se donne la peine d'y rajouter une nouvelle loi, la loi de Fisher. :)




7) Équations

Go to top

La
NumWorks
te permettait déjà de résoudre des équations paramétrées, c'est-à-dire faisant intervenir des variables qui ne sont pas des inconnues mais ont bien été définies avec une valeur.
Il était donc dommage à l'écran des solutions de ne pas savoir à quelle(s) valeur(s) de paramètre(s) celles-ci correspondaient.

Dans la droite lignée de sa volonté de proposer des écrans aussi complets et compréhensibles que possible,
NumWorks
te rajoute à cet écran la liste des éventuels paramètres utilisés ainsi que leurs valeurs associées. :)




8) Fonctions

Go to top

NumWorks
te permet désormais de parcourir plus rapidement tes courbes de fonctions, le déplacement du curseur s'accélérant par augmentation du pas si tu maintenant la touche fléchée enfoncée.




9) Régressions

Go to top

NumWorks
s'est également occupé de l'application
Régressions
.

Le modèle de calcul utilisé pour les régressions
Puissance
et
Trigonométrique
n'était en effet pas celui majoritairement choisi par les logiciels de Mathématiques. Si bien que la concurrence était unanime à contredire à l'unisson les résultats de la
NumWorks
dans ces cas-là :

Désormais, le nouveau modèle utilisé est bien cohérent avec la concurrence. :)




10) Conclusion

Go to top

Les bonnes choses prennent du temps et franchement cela valait le coup d'attendre; nous ne sommes absolument pas déçus aujourd'hui avec cette dernière version absolument exceptionnelle pour ta
NumWorks
, riche de fonctionnalités innovantes ou jamais vu sur un modèle à ce prix-là ! :D

Entiers, rationnels, fonctions trigonométriques et nombres complexes... à chaque fois, ce sont littéralement de mini-études que te réalise désormais
NumWorks
dans l'application
Calculs
! :bj:
Des représentations différentes qui t'amèneront à mieux comprendre chacun de ces résultats, ainsi qu'à développer ta compétence
Représenter
et passer à l'avenir plus naturellement d'une forme à l'autre. Une fonctionnalité donc d'une haute pertinence ! :bj:
On peut de plus rajouter qu'il s'agit de fonctionnalités exclusives à ce jour, ou plus précisément dans le contexte particulier de cette année 2020 avec le mode examen.
Il n'y a en effet rien d'équivalent sur les modèles concurrents, il faut y comprendre/retenir plusieurs commandes spécifiques et encore pour obtenir à chaque fois un seul des éléments de la série de résultats additionnels présentés.
De telles choses n'y étaient possibles qu'en y chargeant des programmes que nous te proposions gratuitement les années précédentes, programmes hélas bloqués par le mode examen cette année.
NumWorks
se met donc ainsi à te recréer gratuitement dans son propre mode examen des fonctionnalités équivalentes aux programmes les plus pertinents produits par la communauté pour la concurrence ces dernières années. N'oubliant pas les besoins des élèves,
NumWorks
semble ainsi être le constructeur ayant le mieux compris l'ensemble des conséquences de la réforme du mode examen ! :bj:

On apprécie également la gestion des unités directement intégrée au niveau du moteur de calcul et donc sans contrainte, avec des possibilités infinies qui ne feront que faciliter la bonne compréhension des unités ! :bj:

Et une fois encore, bravo pour le nouveau module importable
ion
pour
Python
, avec des possibilités débordant du cadre des
Mathématiques
qui seront appréciées en
Physique-Chimie
,
SNT
et
NSI
! :bj:

Toutes nos félicitations à
NumWorks
, cette version
13.1
c'est du grand art ! :bj:
Et au plaisir de la prochaine version ! ;)

Toutes ces superbes nouveautés ont toutefois un coût, la taille du
firmware
bondissant dans les
933 Kio
avec la version
13.1.0
.

Certes, aucune inquiétude à avoir pour le modèle de rentrée 2019
NumWorks N0110
avec ses
8 Mio
de
Flash
.

Mais il n'en va pas de même pour le modèle initial
NumWorks N0100
de rentrée 2017 avec seulement
1 Mio
de
Flash
. A moins de possibilités d'optimisation encore inexploitées la
NumWorks N0100
semble arriver en bout de course; elle ne pourra bientôt plus bénéficier de l'ensemble des ajouts des mises à jour à venir. :'(


Liens
:

COVID-19 : formations NumWorks individuelles en ligne

New postby critor » 19 Mar 2020, 15:21

Cher enseignant. Les délégués pédagogiques
NumWorks
avaient pour habitude de se déplacer sur demande dans ton établissement scolaire pour te présenter la calculatrice
NumWorks
ainsi que ses outils associés.

Les établissements scolaires étant actuellement fermés,
NumWorks
fait de son mieux pour s'adapter à la situation afin de continuer à t'offrir ses services dans les meilleures conditions possibles.

A la place des formations en établissement, tu peux donc dès maintenant réserver et préciser tes propres besoins sur le lien en fin d'article pour des formations en ligne individuelles sur-mesure, au créneau disponible de ton choix du lundi au vendredi de 8h à 18h ! :bj:


Accessoirement, la formation en ligne
Python
collective
du mercredi 25 mars à 15h est bel et bien maintenue. :)




Lien
:
https://numworks.simplybook.it/v2/

NumWorks Omega 1.19 + bêta 13: plein de nouveautés extras !

New postby critor » 18 Feb 2020, 15:04

Dans un article précédent nous te présentions la dernière version d'
Omega
, le
firmware
tiers ultime pour ta
NumWorks
développé et testé par et ses illustres collaborateurs ci-dessous :

Omega
permet en effet d'améliorer grandement les possibilités de ta
NumWorks
et ce même en mode examen. Citons entre autres :
  • la réactivation du moteur de calcul littéral que
    NumWorks
    avait introduit dans sa version
    1.2
    pour le supprimer dans sa version
    11
  • une application
    Atom
    avec un tableau périodique des éléments
  • une bibliothèque de constantes physiques
  • une mémoire de travail étendue de
    16K
    à
    32K
    pour l'exécution de scripts
    Python
    plus conséquents notamment dans le cadre de projets
  • une application avec une calculatrice
    RPN
  • le support pour le rajout d'applications externes
9829Parmi les applications externes disponibles à ce jour, citons notamment :
  • Nofrendo
    , émulateur de console de jeux
    Nintendo NES
  • mais également
    KhiCAS
    par .
    Basée sur
    Xcas
    , son logiciel intégré de mathématiques, cette application étend les capacités mathématiques de ta
    NumWorks
    au niveau d'une
    HP Prime
    , bénéficiant du moteur de calcul formel
    GIAC
    avec notamment la possibilité de construire automatiquement des tableaux d'étude de fonction avec indications d'éléments de démarche ! :bj:
    Elle est de plus programmable sous deux syntaxes au choix,
    Xcas
    ou
    Python
    . Et en prime, le langage de programmation inclut des commandes de tracé à la
    Scratch
    /
    Logo
    pour réinvestir les acquis de collège ! :D
    120221202412023

Nombre de fonctionnalités parfaitement légitimes puisque disponibles en mode examen pour les candidats ayant choisi des modèles concurrents, un nivellement par le haut pour l'égalité entre candidats ! :bj:

Aujourd'hui sort la nouvelle version
Omega 1.19
. Elle est basée sur le code source actuel du
firmware
Epsilon
officiel en cours de développement, et elle t'inclut donc en avant-première les améliorations officielles que
NumWorks
a prévues pour la très prochaine version
13
dont le bêta-test vient tout juste d'être lancé ! :bj:

Nous allons donc voir ensemble quelles sont les nouveautés apportées à la fois par
NumWorks
pour la version
13
et par l'équipe
Omega
pour la version
1.19
, en te précisant bien à chaque fois de qui elles proviennent.

Notons déjà que les icônes d'applications ont été refondues pour être davantage en phase avec les couleurs du thème d'
Omega
.







1) Clavier et interface

Go to top

Grande nouveauté, dans l'ensemble des applications il t'est enfin possible de sélectionner naturellement du texte dans une zone de saisie comme sur ordinateur, en maintenant la touche
shift
puis une touche fléchée.

La sélection pourra alors être coupée-copiée-collée-effacée à l'aide des raccourcis clavier. :)

C'est particulièrement bienvenu dans le cadre de l'application
Python
, pour une saisie encore plus rapide et donc agréable de tes scripts lorsqu'ils comporteront plusieurs lignes ou blocs similaires - merci
NumWorks
! :bj:

Notons également que le défilement des tableaux de valeurs présentés par les divers applications a été accéléré.




2) Paramètres globaux

Go to top

Gros ajout de l'équipe
Omega
, une langue supplémentaire est maintenant disponible, le
Hongrois
. De quoi contribuer grandement au rayonnement de la
NumWorks
hors de nos frontières, merci ! :bj:

Pour plus de clareté, l'équipe
Omega
a regroupé l'ensemble des paramètres liés au calcul dans un sous-menu
Math
. :)

Note que tu pourras même y choisir le symbole de multiplication de ton choix, une exclusivité
Omega
à ce jour ! :)

L'équipe
Omega
nous permet enfin d'avoir un peu de visibilité mémoire directement sur la calculatrice, avec l'affichage de la capacité
RAM
ainsi que de son utilisation à l'écran
A propos
. Actuellement nous avons 1K utilisé sur une capacité de
32K
. :)

Afin de cibler les besoin des différents pays et examens,
Omega
dispose de 3 modes examens au choix désormais nommés de la façon suivante :
  1. Standard
    , qui efface le contenu mémoire comme exigé en France
  2. Sans symbolique
    , ciblant les pays interdisant les fonctionnalités de calcul formel ou même littéral
    (Italie, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni...)
    .
    En plus du contenu mémoire, il désactive en prime le mode de calcul littéral de l'application
    Calculs
    ainsi que l'accès aux applications externes, ce qui interdit donc
    KhiCAS
    par la même occasion.
  3. Sans symbolique ni texte
    , ciblant les pays dont la réglementation interdit l'accès à tout éditeur de texte pendant les épreuves
    (Pays-Bas, ...)
    .
    En plus des points précédents, il désactive l'application
    Python
    .
De nouvelles couleurs sont sélectionnables pour la diode examen :
  • mauve
  • orange
Certains pays exigent en effet une couleur spécifique, comme le jaune-orange pour les Pays-Bas. Pour la France rien d'imposé, mais nous te conseillons de rester sur le rouge comme le
firmware
officiel afin de n'effrayer aucun surveillant. :)




3) Paramètres et applications

Go to top

L'application
Paramètres
offre de plus désormais un nouveaux choix, celui de la taille de police qui sera utilisée dans l'application
Python
:
  • Grande
    qui correspond à la taille utilisée jusqu'ici et permet d'afficher
    12
    lignes sur
    29
    colonnes
  • Petite
    qui permet quant à elle d'afficher
    16
    lignes sur
    42
    colonnes
Notons de plus que ce réglage s'applique aussi bien à l'éditeur qu'à la console
Python
. De quoi te permettre une bien meilleur vue d'ensemble de tes scripts ainsi que de leur affichage - merci
NumWorks
! :bj:
1218812187

Jusqu'à sa dernière version, le
firmware
officiel ainsi que ses dérivés avaient quand même le gros inconvénient de ne te laisser bien souvent visibles dans l'applications
Calculs
que les deux derniers calculs effectués, de part la grande taille de police utilisée. :mj:

L'équipe
Omega
s'attaque enfin à ce gros défaut et nous soulage avec une nouvelle option
Mode d'affichage
exclusive, qui te permet de sélectionner un nouvel affichage
Compact
pour l'application
Calculs
.

L'affichage des résultats sera alors effectué sur la même ligne lorsqu'il y aura suffisamment de place, et t'offrira donc une bien meilleure vue d'ensemble de ton historique de calculs ! :bj:




4) Python

Go to top

L'équipe
Omega
te permet désormais de dupliquer tes scripts
Python
. Aucune besoin donc de les ouvrir pour t'embêter à en sélectionner et copier le code pour ensuite le coller dans un autre script ! :bj:

NumWorks
pour sa part nous apporte beaucoup d'améliorations et nouveautés à l'application
Python
, n'ayons pas peur des mots et disons même énormément. :D

Autre amélioration de saisie effectuée par
NumWorks
dans le contexte
Python
, le catalogue accessible via la boîte à outils inclut désormais les fonctions associées à la classe
list
: :)
  • list.append(x)
  • list.clear()
  • list.count(x)
  • list.index(x)
  • list.insert(i,x)
  • list.pop(i)
  • list.remove(x)
  • list.reverse()
  • list.sort()

Avec le dernier
firmware
officiel, tu diposais d'une mémoire de stockage pouvant accueillir jusqu'à
16 Kio
de scripts
Python
. Dans sa dernière version,
Omega
t'avait étendu cette capacité à
20 Kio
.
Et bien
NumWorks
semble avoir apprécié l'idée puisque la reprenant mais en mieux, augmentant l'espace de stockage de façon encore plus significative à
32 Kio
! :bj:


En
Python
les possibilités d'interactions avec des interfaces, notamment pour des menus ou jeux, étaient très limitées sur la
NumWorks
.

En effet, il n'y avait pas de fonction permettant de tester la pression d'une touche.

NumWorks
s'attaque enfin au problème dans la version
13
, avec un nouveau module
ion
à cette fin dont voici l'exploration en avant-première avec notre script :
Code: Select all
def sstr(obj):
  try:
    s=obj.__name__
  except:
    s=str(obj)
    a=s.find("'")
    b=s.rfind("'")
    if a>=0 and b!=a:
      s=s[a+1:b]
  return s

def isExplorable(obj):
  s=str(obj)
  return s.startswith("<module '") or s.startswith("<class '")

def explmod(pitm,pitmsl=[],reset=True):
  global curline
  if(reset):
    curline=0
    pitmsl=[sstr(pitm)]
  hd="."*(len(pitmsl)-1)
  spath=".".join(pitmsl)
  c,c2=0,0
  spitm=str(pitm)
  for itms in sorted(dir(pitm)):
    c,c2=c+1,c2+1
    try:
      itm=eval(spath+"."+itms)
      print(hd+itms+"="+str(itm))
      if isExplorable(itm) and itm!=pitm:
        pitmsl2=pitmsl.copy()
        pitmsl2.append(itms)
        c2=c2+explmod(itm,pitmsl2,False)[1]
    except:
      print(hd+itms)
  if c>0 and reset:
    print(hd+"Total: "+str(c)+" 1st level item(s)")
    if c2>0 and c2!=c:
      print(hd+"       "+str(c2)+" item(s)")
  return [c,c2]

12197121981219912200

C'est l'occasion pour nous de te fournir une table des codes clavier retenus, où la logique visuelle de numérotation t'aidera peut-être à retenir : :)

0

1

3

6
OK

4

5

2
shift

12
alpha

13
x,n,t

14
var

15
╒╕

16

17
e^x

18
ln

19
log

20
i

21
,

22
x^y

23
sin

24
cos

25
tan

26
π

27

28

29
7

30
8

31
9

32
(

33
)

34
4

36
5

37
6

38
×

39
÷

40
1

42
2

43
3

44
+

45
-

46
0

48
.

49
×10^x

50
Ans

51
EXE

52


12190On peut toutefois remarquer que la seule fonction fournie
keydown()
par le nouveau module
ion
ne permet que de savoir si une touche donnée est pressée ou pas.
Des scripts
Python
implémentant des jeux ou interfaces
(pourquoi pas une boîte de saisie texte)
vont donc devoir appeler cette fonction autant de fois qu'il y a de touches clavier traitées. On peut donc légitimement s'interroger sur ce que donne le temps d'exécution de la fonction potentiellement multiplié par les 46 touches clavier
(ou plutôt 45, la touche d'allumage/exinction n'étant pas gérée par le module)
.

Et bien testons, voici , notre script où il te suffira d'un simple et unique appel
getkeys()
pour scanner l'ensemble de la matrice clavier et récupérer la liste des codes des touches actuellement pressées :
Code: Select all
from ion import keydown

def keycodes():
  lc = list(range(0,6)) + list(range(12,35))
  for k in range(36,53):
    if (k+1)%6:
      lc.append(k)
  return lc

def getkeys():
  lk = []
  for k in keycodes():
    if keydown(k):
      lk.append(k)
  return lk


Nous allons de plus chronométrer l'appel
getkeys()
à l'aide de notre script :
Code: Select all
from time import monotonic

def timer(f, *par):
  start=monotonic()
  f(*par)
  return monotonic()-start

12191L'appel maintenant devenu
timer(getkeys)
nous mesure donc autour 0,04 seconde pour le scan intégral du clavier, aussi bien sur
N0100
que
N0110
.

4 centièmes de seconde ce n'est certes pas rien, mais c'est quand même très loin d'être la catastrophe que nous craignions.
NumWorks
semble avoir bien fait les choses. :)
Les jeux
Python
utilisant beaucoup de touches clavier seraient donc en théorie limités au mieux à 25 fps
(images par seconde)
, ce qui est tout de même déjà humainement très acceptable. En pratique il suffira aux jeux en question de ne pas scanner l'intégralité du clavier mais seulement les touches utiles, et de toutes façons la lenteur des fonctions graphiques à ce jour ne pemet pas d'atteindre les
25 fps
en
Python
même sans aucune lecture clavier.

En passant, si toi aussi tu souhaites optimiser tes tests de touches clavier dans le même style que notre fonction
getkeys()
, n'hésite pas à consulter le tutoriel associé à la nouvelle fonction
keydown()
.

Suite à cet ajout majeur, profitons-en pour voir où nous en sommes niveau
Python
sur calculatrices. Voici déjà l'éventail des modules disponibles :

autorisés aux
examens français
inutilisables aux
examens français
NumWorks
Casio Graph
35+E II
90+E
TI-83PCE
Ed. Python
MicroPython
TI-Nspire
CasioPython
Casio Graph
35+E II
35+E/USB
75/85/95
TI-Python
builtins
array
collections
cmath
gc
math
micropython
os
random
sys
time
turtle
uerrno

.
.

.


.

.


.

.
.
.
.

.
.

.
.
.
.



.


.
.



.
.


.




.
.

.
.


.




.
.

.
.
.


.




.


.
.



.


.
.



.
.











.
.
spécifique
kandinsky
ion
prime
nsp
board
storage
Total
9
3
8
9
8
9
9
13

En terme de quantité de modules, la
NumWorks
arrive ainsi désormais au premier rang des solutions
Python
utilisables aux examens français, félicitations ! :bj:
Aux examens :
  1. 9
    modules :
    NumWorks

    HP Prime
    (version alpha)
  2. 8
    modules :
    TI-83 Premium CE Edition Python
  3. 3
    modules :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
Hors examens :
  1. 13
    modules :
    TI-Python
    (firmware tiers)
  2. 9
    modules :
    NumWorks

    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 35+E/USB
    Casio Graph 75/85/95
    Casio fx-9750GII
    Casio fx-9860GII
    Casio fx-9860G

    (appli CasioPython)

    HP Prime
    (version alpha)
  3. 8
    modules :
    TI-83 Premium CE Edition Python

    TI-Python

    TI-Nspire
    (appli MicroPython)
  4. 3
    modules :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
    Casio fx-CG50


Et voici maintenant pour le contenu de ces mêmes modules :

autorisés aux
examens français
inutilisables aux
examens français
NumWorks
Casio Graph
35+E II
90+E
TI-83PCE
Ed. Python
MicroPython
TI-Nspire
CasioPython
Casio Graph
35+E II
35+E/USB
75/85/95
TI-Python
builtins
array
collections
cmath
gc
math
micropython
os
random
sys
time
turtle
uerrno
88-188
.
.
12
.
41
6
.
8
.
3
38
.
84-175
.
.
.
.
25
.
.
8
.
.
.
.
91-190
4
2
.
7
28
.
.
8
15
4
.
.
97-428
3-13
.
13-17
9-13
42-46
10-14
.
.
17-21
.
.
25-29
93-218
4
.
12
7
41
3
.
.
15
.
.
.
91-204
4
.
12
7
41
6
.
8
12
.
.
24
91-190
4
2
.
7
28
.
.
8
15
4
.
.
93-191
4
2
12
7
41
6
15
8
15
10
.
.
spécifique
6
(kandinsky)

48
(ion)
3-7
(prime)
10
(nsp)
22
(board)

21
(storage)
Total
250-350
117-208
159-258
219-588
185-310
205-318
159-258
213-354

En terme de richesse des modules, la
NumWorks
varie donc entre les 2ème et 3ème rangs ! :bj:
Aux examens :
  1. 219-588
    éléments :
    HP Prime
    (version alpha)
  2. 250-350
    éléments :
    NumWorks
  3. 159-258
    éléments :
    TI-83 Premium CE Edition Python
  4. 117-208
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
Hors examens :
  1. 219-588
    éléments :
    HP Prime
    (version alpha)
  2. 213-354
    éléments :
    TI-Python
    (firmware tiers)
  3. 250-350
    éléments :
    NumWorks
  4. 205-318
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 35+E/USB
    Casio Graph 75/85/95
    Casio fx-9750GII
    Casio fx-9860GII
    Casio fx-9860G

    (appli CasioPython)
  5. 185-310
    éléments :
    TI-Nspire

    (appli MicroPython)
  6. 159-258
    éléments :
    TI-83 Premium CE Edition Python

    TI-Python
  7. 117-208
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E




La mémoire utilisée pour exécuter les scripts
Python
est consituée de 2 zones :
  • le
    stack (pile)
    qui accueille les références vers les objets créés
  • le
    heap (tas - appelé vugairement chez nous mémoire de travail jusqu'à présent)
    qui accueille les valeurs de ces objets
Le
stack / pile
limite donc la quantité d'objets différents utilisables simultanément, alors que le
heap
limite le volume.
La
NumWorks
était très décevante dans les deux cas, se retrouvant sur ces points littéralement à la queue de l'ensemble des solutions
Python
sur calculatrices graphiques. :mj:




Notre script permet d'estimer la capacité du tas
(mémoire de travail)
:
Code: Select all
def sizeenv():
  s=0
  import __main__
  for o in dir(__main__):
    try:s+=size(eval(o))
    except:pass
  return s
def size(o):
  s,t=0,type(o)
  if t==str:s=49+len(o)
  if str(t)=="<class 'function'>":s=136
  if t==int:
    s=24
    while o:
      s+=4
      o>>=30
  if t==list:
    s+=64
    for so in o:s+=8+size(so)
  return s
def mem(v=1,r=1):
  try:
    l=[]
    try:
      l+=[r and 793+sizeenv()]
      if v*r:print(" ",l[0])
      l+=[0]
      l+=[""]
      l[2]+="x"
      while 1:
        try:l[2]+=l[2][l[1]:]
        except:
          if l[1]<len(l[2])-1:l[1]=len(l[2])-1
          else:raise(Exception)
    except:
      if v:print("+",size(l))
      try:l[0]+=size(l)
      except:pass
      try:l[0]+=mem(v,0)
      except:pass
      return l[0]
  except:return 0

Celle-ci faisait
16 Kio
sur les
firmwares
officiel, et cela n'a malheureusement pas changé pour la version
13
.

En conséquence, vu les tailles non négligeables prises en mémoire par les objets
Python
les plus simples, tu seras très rapidement limité(e) dès que tes scripts vont commencer à travailler sur des tuples, listes ou pire listes de listes. :mj:

12186Si par contre tu fais le choix du
firmware
Omega
, tu pourras bénéficier d'un tas de
32 Kio
, de quoi commencer à aborder des projets nettement plus ambitieux ! :bj:


Omega
permet ainsi à ta
NumWorks
de ganger de 2 à 5 places au classement en terme de capacité de
tas / stack
et ainsi de ne plus être dernière, loin de là ! :bj:
Aux examens :
  1. 1,032942 Mo
    :
    Casio Graph 90+E
  2. 1,022145 Mo
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  3. 100,560 Ko
    :
    Casio Graph 35+E II
  4. 32,339 Ko

    NumWorks
    (firmware
    Omega
    )
  5. 20,200 Ko

    TI-83 Premium CE Edition Python
  6. 16,259 Ko

    NumWorks
    (firmware officiel)
Hors examens :
  1. 2,049276 Mo
    :
    TI-Nspire
    (application MicroPython)
  2. 1,032942 Mo
    :
    Casio Graph 90+E
  3. 1,022145 Mo
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  4. 257,636 Ko
    :
    Casio Graph 35/75+E
    (application CasioPython)
  5. 100,560 Ko
    :
    Casio Graph 35+E II
  6. 32,339 Ko

    NumWorks
    (firmware
    Omega
    )
  7. 31,899 Ko
    :
    Casio Graph 35+E II
    (application CasioPython)
  8. 22,605 Ko

    TI-83 Premium CE + TI-Python
  9. 20,200 Ko

    TI-83 Premium CE Edition Python
  10. 19,924 Ko

    TI-83 Premium CE + TI-Python
  11. 16,238 Ko

    NumWorks
    (firmware officiel)




Par contre,
NumWorks
annonce avoir quadruplé la taille de la
pile / stack
pour la version
13
, voyons cela. Comme déjà expliqué, cette augmentation devrait permettre d'avoir simultanément davantage d'objets en mémoire
(mais pas davantage de données, les valeurs de ces objets allant comme déjà dit dans le tas / heap)
. C'est la même capacité que l'on peut partager entre davantage d'objets différents.

Comment mesurer cela ? Une situation qui permet de créer plein de références dans la
pile / stack
, c'est la récursivité, soit les fonctions qui se rappellent elles-mêmes. Prenons notre script
recur.py
:
Code: Select all
def sumr(n):return n>0 and n+sumr(n-1)

def maxr(fct):
  n=0
  try:
    while True:
      fct(n)
      n=n+1
  except Exception as e:print(e)
  return n

12189L'appel
maxr(sumr)
permet en effet de constater un bon quadruplement du nombre maximal d'appels récursifs, passant de
30
à
143
avant le déclenchement de l'erreur
maximum recursion depth exceeded
, de quoi étudier et exploiter désormais bien plus sérieusement la récursivité ! :bj:

Là encore une nette progression au classement en terme de capacité de
pile / stack
. Merci cette fois-ci
NumWorks
, la calculatrice est donc dès maintenant le meilleur choix aux examens français sur le critère de la récursivité ! :bj:
Aux examens :
  1. 143
    :
    NumWorks
    (nouvelle version)
  2. 82
    :
    Casio Graph 90+E

    Casio Graph 35+E II
  3. 77
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  4. 30
    :
    NumWorks
    (ancienne version)
  5. 23

    TI-83 Premium CE Edition Python
Hors examens :
  1. 5362
    :
    Casio Graph 35/75+E
    (application CasioPython)
  2. 655
    :
    Casio Graph 35+E II
    (application CasioPython)
  3. 143
    :
    NumWorks
    (nouvelle version)
  4. 130
    :
    TI-Nspire
    (application MicroPython)
  5. 82
    :
    Casio Graph 90+E

    Casio Graph 35+E II
  6. 77
    :
    HP Prime
    (version alpha)
  7. 30
    :
    NumWorks
    (ancienne version)
  8. 23

    TI-83 Premium CE Edition Python
  9. 20

    TI-83 Premium CE + TI-Python
  10. 15

    TI-83 Premium CE + TI-Python




5) Calculs

Go to top

NumWorks
n'a également pas chômé avec l'application
Calculs
et nous apporte ici encore pléthore de nouveautés.

Déjà petite mise en bouche,
NumWorks
améliore l'intelligence de sa saisie. Lorsque par exemple on note
f(5)
, sans connaître le contexte il y a ambiguité. Selon le contexte, cela peut être :
  • si
    f
    est une fonction, la fonction
    f
    appliquée à 5
  • sinon, le produit de
    f
    par 5
Jusqu'à la dernière version, la
NumWorks
considérait systématiquement que c'était un appel de fonction, même si
f
n'en était pas une, et ne te donnait donc aucun résultat. :(

Désormais ta
NumWorks
tiens compte du contexte, et t'interprétera automatiquement cette saisie en tant que produit si
f
n'a pas été définie en tant que fonction. :)


La
NumWorks
te permet désormais de calculer avec des nombres écrits en base non décimale : :bj:
  • base binaire en préfixant le nombre saisi par
    0b
  • base hexadécimale en préfixant le nombre saisi par
    0x

Le résultat reste certes affiché en base décimale, et il n'y a pas d'option pour changer cela.
Toutefois,
NumWorks
a prévu autre chose pour tes conversions dans l'autre sens. Si tu remontes dans l'historique de calculs avec la touche
, chaque résultat entier sélectionné se verra adjoindre un bouton qu'il te suffira de valider pour obtenir automatiquement des résultats additionnels :
  • la conversion en base hexadécimale :bj:
  • la conversion en base binaire :bj:
  • la décomposition en facteurs premiers :)
Et nul besoin de les noter sur ton brouillon, les différents résultats peuvent de plus être sélectionnés puis directement copiés-collés à des fins de réutilisation immédiate ! :bj:

Mais ce n'est pas tout,
NumWorks
te propose également des résultats additionnels de façon similaire en cas de résultat rationnel
(écriture exacte en fraction)
, avec :
  • la conversion en fraction mixte
    (entier suivi d'une fraction propre, soit avec son numérateur inférieur au dénominateur)
    :)
  • le détail de la division euclidienne du numérateur par le dénominateur :)

Lorsque le résultat écrit sous forme exacte est un cosinus ou sinus de quelque chose, là
NumWorks
s'est déchaîné pour les résultats additionnels, avec :
  • représentation automatique et légendée du point associé sur le cercle trigonométrique :#tritop#:
  • cosinus associé sous forme exacte et décimale :bj:
  • sinus associé sous forme exacte et décimale :bj:

Et alors attends tu n'as pas vu les nombres complexes, ici c'est de la folie avec comme résultats additionnels proposés :
  • la représentation automatique et légendée du point associé dans le plan complexe :#tritop#:
  • le module sous forme exacte et décimale :bj:
  • l'argument sous forme exacte et décimale :bj:
  • la partie réelle sous forme exacte et décimale :bj:
  • la partie imaginaire sous forme exacte et décimale :bj:
Entiers, rationnels, fonctions trigonométriques et nombres complexes... à chaque fois, ce sont littéralement de mini-études que te réalise désormais
NumWorks
! :bj:
Des représentations différentes qui t'amèneront à mieux comprendre chacun de ces résultats, ainsi qu'à développer ta compétence
Représenter
et passer à l'avenir plus naturellement d'une forme à l'autre. Une fonctionnalité donc d'une haute pertinence ! :bj:

On peut de plus rajouter qu'il s'agit de fonctionnalités exclusives à ce jour, ou plus précisément dans le contexte particulier de cette année 2020 avec le mode examen.
Il n'y a en effet rien d'équivalent sur les modèles concurrents, il faut y comprendre/retenir plusieurs commandes spécifiques et encore pour obtenir à chaque fois un seul des éléments de la série de résultats additionnels présentés.
De telles choses n'y étaient possibles qu'en y chargeant des programmes que nous te proposions gratuitement les années précédentes, programmes hélas bloqués par le mode examen cette année.
NumWorks
se met donc ainsi à te recréer gratuitement dans son propre mode examen des fonctionnalités équivalentes aux programmes les plus pertinents produits par la communauté pour la concurrence ces dernières années. N'oubliant pas les besoins des élèves,
NumWorks
semble ainsi être le constructeur ayant le mieux compris l'ensemble des conséquences de la réforme du mode examen ! :bj:


Et non, ce n'est pas fini. Grâce au formidable travail de
NumWorks
, l'application
Calculs
gère désormais les unités, avec une toute nouvelle entrée pour t'en facilité la saisie dans la boîte à outils. De très nombreuses catégories d'unités sont présentes, de quoi couvrir l'ensemble de tes problèmes de Géométrie, Physique ou Chimie : :bj:
  • Temps
  • Distance
  • Masse
  • Intensité du courant électrique
  • Température
  • Quantité de matière
  • Intensité lumineuse
  • Fréquence
  • Force
  • Pression
  • Energie
  • Puissance
  • Charge électrique
  • Tension électrique
  • Capacité électrique
  • Résistance électrique
  • Conductance électrique
  • Induction électrique
  • Inductance
  • Superficie
  • Volume

Les unités sont notées avec le caractère tiret bas comme préfixe, que tu pourras une fois habitué saisir directement au clavier avec
shift
,
. Le menu se donne même la peine de les légender dans ta langue une fois de plus ! :bj:
Bien que toutes les combinaisons ne soient pas au menu, précisons que la calculatrice reconnaît bien l'ensemble des préfixes du système international de 1012
(
T
era)
à 10-12
(
p
ico)
! :bj:

Rien à voir avec les unités proposée sur la concurrence de milieu de gamme où si c'est pas menu c'est foutu. Ici les unités sont de véritables éléments gérés au niveau du moteur de calcul et que tu peux donc librement intégrer à ces derniers.

Tu peux notamment sommer différentes unités compatibles, avec un résultat automatiquement converti dans l'unité jugée la plus pertinente ! :bj:

Tu as peut-être remarqué qu'il n'y avait pas de catégorie vitesse au menu, ces unités étant obtenues par un simple quotient. Les possibilités de combinaison sont infinies et permettront de gérer les unités les plus complexes ! :bj:

Si jamais l'unité déterminée automatiquement pour le résultat ne te convient pas, tu pourras parfaitement la convertir dans toute unité compatible à l'aide de l'opérateur d'affectation obtenu via
shift
x^y
! :bj:

Les unités sont tellement bien intégrées et gérées, qu'elles peuvent même accompagner les valeurs que tu stockes dans des variables. En Physique-Chimie notamment, si tu te donnes la peine de saisir chaque constante ou donnée d'une formule avec son unité, tu pourras obtenir automatiquement le résultat accompagné de son unité la plus pertinente pour rafler un maximum de points à tes exercices ! :bj:

C'est fantastique, les équivalences d'unités sont même connues de la machine, comme ici le kilogramme mètre par seconde carrée automatiquement remplacé par le Newton ! :bj:

Inversement, si l'énoncé de Physique-Chimie tente de te piéger en ne précisant de façon générique que SI
(Système International)
comme unité pour les constantes qu'il te rappelle, les formidables possibilités de combinaisons infinies de la
NumWorks
te permettront de retrouver la bonne unité ! :bj:




6) Probabilités

Go to top

L'application
Probabilités
n'est pas en reste,
NumWorks
se donne la peine d'y rajouter une nouvelle loi, la loi de Fisher. :)




7) Équations

Go to top

La
NumWorks
te permettait déjà de résoudre des équations paramétrées, c'est-à-dire faisant intervenir des variables qui ne sont pas des inconnues mais ont bien été définies avec une valeur.
Il était donc dommage à l'écran des solutions de ne pas savoir à quelle(s) valeur(s) de paramètre(s) celles-ci correspondaient.

Dans la droite lignée de sa volonté de proposer des écrans aussi complets et compréhensibles que possible,
NumWorks
te rajoute à cet écran la liste des éventuels paramètres utilisés ainsi que leurs valeurs associées. :)




8) Fonctions

Go to top

NumWorks
te permet désormais de parcourir plus rapidement tes courbes de fonctions, le déplacement du curseur s'accélérant par augmentation du pas si tu maintenant la touche fléchée enfoncée.




9) Régressions

Go to top

NumWorks
s'est également occupé de l'application
Régressions
.
Le modèle de calcul utilisé pour les régressions
Puissance
et
Trigonométrique
n'était pas celui majoritairement choisi par les logiciels de Mathématiques. Si bien que la concurrence était unanime à contredire à l'unison les résultats de la
NumWorks
dans ces cas-là :

Désormais, le nouveau modèle utilisé est bien cohérent avec la concurrence. :)




10) Atom

Go to top

12202
Dans la version précédente,
Atom
, l'application de tableau périodique des éléments dédiée à
Omega
, présentait dans les valeurs affichées plusieurs erreurs dues à divers décalages. Notamment dans les masses molaires et nombre de nucléons après la série des lanthanides.

C'est dès maintenant corrigé dans le nouvel
Omega
! :bj:




11) RPN

Go to top

L'application
RPN
dédiée à
Omega
et permettant le calcul en notation postfixée autour d'une pile, présentait un thème d'affichage qui différait de celui de l'application
Calculs
officielle et n'en faisant pas bien ressortir la zone de saisie.

Le thème associé a maintenant été uniformisé. :)




12) External

Go to top

12201L'équipe
Omega
s'est également occupée de son application dédiée
External
.

Elle n'est d'une part plus affichée sur le modèle
NumWorks N0100
où elle était totalement inutile, puisqu'il n'y a pas de possibilité d'y rajouter des applications externes à ce jour.

D'autre part, de façon fort utile elle affiche maintenant l'adresse à laquelle l'on peut s'installer des applications additionnelles. :)




13) Conclusion

Go to top

Les bonnes choses prennent du temps et franchement cela valait le coup d'attendre; nous ne sommes absolument pas déçus aujourd'hui avec ce
firmware
conjoint absolument exceptionnel par
NumWorks
et
Omega
, riche de fonctionnalités innovantes ou jamais vu sur un modèle à ce prix-là; l'union fait clairement la force ! :D
Toutes nos félicitations à
NumWorks
ainsi qu'à l'ensemble de l'équipe
Omega
! :bj:
Et au plaisir de découvrir vos prochaines versions ! ;)




14) Installation Omega et KhiCAS

Go to top

Pour installer
Omega
rien de plus simple. De façon similaire à ce qui existait déjà pour les applications externes, un installateur en ligne est désormais également disponible pour
Omega
. Il te suffira tout simplement de connecter ta calculatrice, d'ouvrir la page liée en fin d'article dans ton navigateur, puis d'un seul clic ! :bj:
Tu auras besoin pour cela d'un navigateur utilisant un moteur
Chromium
ou compatible :
Google Chrome
,
Microsoft Edge
...


Notons qu'un tutoriel pour une installation avancée est également disponible et lié ci-après pour ceux qui souhaitent compiler
Omega
par eux-mêmes. Une méthode qui te donne accès à des possibilités supplémentaires, comme celle de protéger ta
NumWorks
contre le vol en signant l'écran
A propos
avec ton nom ou tout ce que tu veux, ainsi que la possibilité de te choisir un des 4 thèmes disponibles :
  • epsilon_light
  • epsilon_dark
  • omega_light
    (par défaut)
  • omega_dark

Les applications externes
KhiCAS
et autres sont pour leur part à installer séparément avec leur propre installateur en ligne dédié, également lié en fin d'article.




Liens
:


Téléchargements
:


Prof ? Demande tes posters NumWorks mode examen gratuits !

New postby critor » 17 Jan 2020, 14:25

Pour bien démarrer l'année 2020 avec les imminentes épreuves d'
E3C
du
BAC 2021
et à moyen terme les
BAC 2020
et
BTS 2020
,
NumWorks
se propose d'expédier gratuitement dans ton lycée ses toutes dernières ressources conçues autour du mode examen :
  • poster au format
    A2
    (42×59,4cm²)
    pour l'activation et la désactivation
  • fiche explicative au format
    A5
    traitant plus en détails de tous les cas
    (activation, revalidation et désactivation)
De superbes ressources à afficher par exemple dans ta salle ou sur la porte de la salle d'examen; tu verras ça marche ! ;)

Il te suffit de te connecter au
Workshop NumWorks
avec ton compte enseignant, et tu pourras alors même spécifier les quantités dont toi et tes collègues avez besoin dans votre lycée. :)

Attention toutefois, le stock est limité. Premiers arrivés, premiers servis... /!

A défaut, tu pourras toujours télécharger ces mêmes ressources ci-dessous et les polycopier par tes propres moyens.

Lien
:
https://workshop.numworks.com/surveys/r ... ode-examen

Téléchargements
:
Source
:
NumLetter Janvier 2020

Nouvel Omega 1.18.5 avec diode examen en rouge

New postby critor » 14 Jan 2020, 22:46

12024
Omega
est un
firmware
tiers pour permettant d'améliorer grandement les capacités de ta
NumWorks
, avec entre autres :
  • la réactivation du moteur de calcul littéral que
    NumWorks
    avait introduit dans sa version
    1.2
    pour le supprimer dans sa version
    11
  • la possibilité de rajouter et lancer des applications externes, comme par exemple
    KhiCAS
    par pour avoir même du calcul formel
  • une application
    Atom
    avec un tableau périodique des éléments
  • une bibliothèque de constantes physiques
  • une mémoire de travail étendue de
    16K
    à
    32K
    pour l'exécution de scripts
    Python
    plus conséquents notamment dans le cadre de projets
  • une application avec une calculatrice
    RPN
  • ...
Omega
est de plus parfaitement conforme pour le mode examen français. En effet :
  • il est basé sur le code source du
    firmware
    officiel
    Epsilon
    qui est lui-même conforme
  • il ne rajoute que des fonctionnalités légitimes, dans le sens où elles sont disponibles en mode examen sur d'autres modèles parfaitement autorisés en France
  • il ne permet aucunement d'accéder à des données et informations personnelles préchargées
  • n'ayant rien à cacher son code source est public et chacun peut donc le vérifier
  • et chacun est libre de remonter tout problème éventuel auprès de l'équipe de développement qui s'empressera de corriger
Omega
te permettait de choisir la couleur de clignotement de ta diode en mode examen.

Mais afin de ne pas interférer avec les intérêts commerciaux de
NumWorks
hors de France, dans nombre de pays où les fonctionnalités de calcul littéral et formel sont interdites aux examens, un signe distinctif était prévu. En effet le choix en question ne comportait aucune des couleurs officielles
(rouge en mode examen
Standard
, et orange en mode examen
Néerlandais
)
.

Si l'intention était certes des plus louables, elle n'en restait pas moins problématique pour les candidats français risquant de se faire embêter par certains surveillants si leur diode ne clignotait pas en rouge, et ce de façon totalement injustifiée puisque les spécifications officielles ne définissent aucune couleur.

Avec l'imminence des premières épreuves d'
E3C
, l'équipe
Omega
te sort dès ce soir une toute nouvelle version
1.18.5
traitant de ce problème.

La solution choisie n'est peut-être pas définitive, mais sont donc rajoutées les couleurs rouge et bleu.

De quoi maintenant avoir ta diode qui clignote en mode examen dans une couleur qui n'effraiera plus ton surveillant. :bj:

Liens
:


Téléchargements
:

Link to topic: Nouvel Omega 1.18.5 avec diode examen en rouge (Comments: 0)

Omega interdit en BAC blanc car diode non rouge ?

New postby critor » 14 Jan 2020, 18:54

12024Dans un article précédent nous te présentions
Omega
, un
firmware
tiers pour ta
NumWorks
permettant d'améliorer fortement ses possibilités, avec entre autres :
  • la réactivation du moteur de calcul littéral que
    NumWorks
    avait introduit dans sa version
    1.2
    pour le supprimer dans sa version
    11
  • la possibilité de rajouter et lancer des applications externes, comme par exemple
    KhiCAS
    pour avoir même du calcul formel
  • une application
    Atom
    avec un tableau périodique des éléments
  • une bibliothèque de constantes physiques
  • une mémoire de travail étendue de
    16K
    à
    32K
    pour l'exécution de scripts
    Python
    plus conséquents notamment dans le cadre de projets
  • une application avec une calculatrice
    RPN
  • ...

Omega
est parfaitement conforme pour le mode examen français. En effet :
  • il est basé sur le code source du
    firmware
    officiel
    Epsilon
    qui est lui-même conforme
  • il ne rajoute que des fonctionnalités légitimes, dans le sens où elles sont disponibles en mode examen sur d'autres modèles parfaitement autorisés en France
  • il ne permet aucunement d'accéder à des données et informations personnelles préchargées
  • n'ayant rien à cacher son code source est public et chacun peut donc le vérifier
  • et chacun est libre de remonter tout problème éventuel auprès de l'équipe de développement qui s'empressera de corriger

NumWorks
a quelques vues d'expansion à l'international.

Nous avions vu en effet dans le même article, qu'un mode examen dit
Néerlandais
était en préparation pour les Pays-Bas dans la prochaine version
13
d'
Epsilon
.
Le besoin de ce mode examen particulier vient du fait que la réglementation est plus restrictive aux Pays-Bas, interdisant entre autres tout accès à un éditeur de texte, même vide. L'application
Python
est donc en conséquence bloquée dans ce mode, et
Casio
et
Texas Instruments
procèdent de même sur leurs modèles internationaux
fx-9860GII
,
TI-84 Plus T
et
TI-84 Plus CE-T
en bloquant systématiquement les applications de programmation et
Python
en mode examen.

De plus nous t'annoncions dans un autre article, que la
NumWorks
faisait partie à compter de cette session 2020 de la liste des calculatrices autorisées en Italie.

Précisons que les Pays-Bas, l'Italie, le Portugal ou encore le Royaume-Uni interdisent toute fonctionnalité de calcul littéral et formel à leurs examens.

L'équipe
Omega
avait initialement fait le maximum pour ne pas gêner les intérêts commerciaux de
NumWorks
.

3 modes examen étaient disponibles dans
Omega
au lieu de 2 :
  • Standard
    (avec calcul littéral et
    KhiCAS
    si installé)
    , pour la France notamment
  • Néerlandais
    (sans calcul littéral ni accès à
    KhiCAS
    ou
    Python
    )
    , pour les Pays-Bas
  • Sans symbolique
    (sans calcul littéral ni accès à
    KhiCAS
    )
    , pour d'autres pays

L'équipe
Omega
avait de plus établi en confiance nombre d'éléments visuels caractéristiques, permettant hors de France aux surveillants de détecter facilement son utilisation et aux institutions de concevoir des protocoles en conséquence :
  • la mention
    OMEGA
    en barre de titre
  • la couleur marron et non orange de la barre de titre
  • le drapeau
    sym
    en haut à gauche permettant d'indiquer si les fonctionnalités de calcul littéral sont utilisables

Si
Omega
te permettait certes de choisir la couleur de la diode, le choix excluait volontairement les couleurs officielles rouge
(mode examen
Standard
)
et orange
(mode examen
Néerlandais
)
:
  • blanc
  • vert
  • bleu
  • jaune



12092Hélas la confiance a été rompue en un temps record, rien que cette semaine.

s'est vu interdire l'utilisation de sa calculatrice
NumWorks
pour son BAC Blanc, parce que la diode examen ne clignotait pas en rouge comme son surveillant en avait l'habitude ! :mj:
Chroneis wrote:Bonjour, après avoir installé le fork Omega pour Numworks (principalement pour remettre le calcul littéral), je n'ai pas pu l'utiliser pour mon bac blanc car impossible de mettre la LED en rouge...
EDIT :
l'auteur du post originel a depuis changé son histoire; vous pouvez trouvez ses motivations par ici.

Mais peu importe, le problème n'en reste pas moins posé, et risque de devenir bien réel sous peu.




Là au moins ce n'était qu'un BAC blanc, mais ce genre d'incident inadmissible ne doit pas se reproduire. :#non#:

Se permettra de discriminer les candidats selon la couleur de leur diode sera non seulement une invention de règle imaginaire, mais également aux
E3C
ou épreuves terminales du
BAC
une grave rupture d'égalité entre candidats ! :mj:

En effet, précisons d'une part que les spécifications du mode examen français ne définissent aucune couleur. D'ailleurs les couleurs correspondant à des configurations toutes valides pour la France peuvent varier d'un constructeur à un autre et même d'un modèle à un autre :
  • rouge chez
    Casio
    ,
    Esquisse
    et
    Lexibook
  • orange sur
    TI-82 Advanced
    et
    TI-83 Premium CE
  • orange ou vert sur
    TI-84 Plus CE-T
  • orange ou vert avec parfois même du rouge sur
    TI-Nspire
  • vert sur
    HP Prime

Si la mise en place du mode examen a été bien faite de façon carrée comme nous l'avons méticuleusement expliqué, la seule et unique chose à vérifier en France par le surveillant pendant le reste de l'épreuve sera la présence d'un
"signal lumineux régulier sur une diode"
, signal qui se doit de plus d'être permanent et de persister même calculatrice éteinte.

Se fier aux couleurs de la diode est de plus absolument à éviter, car même avec le
firmware
officiel elles pourront varier sur un même modèle :
  • à compter de la version
    13
    , la
    NumWorks
    pourra clignoter non seulement en rouge, mais également en orange si le candidat a fait l'erreur d'activer le mode examen
    Néerlandais

    Déjà que dans ce mode le candidat sera privé de toute fonctionnalité
    Python
    , il n'y a pas de raison en prime de l'embêter en le privant de sa calculatrice ! :#non#:
  • les
    TI-Nspire
    de plus ont différents motifs de clignotement :
    • double
      flash
      orange qui correspond au mode examen optimal pour la France
    • double
      flash
      vert si le candidat a commis l'erreur d'oublier de décocher les désactivations par défaut de fonctionnalités
      Ici encore, déjà que le candidat va être lourdement handicapé par rapport aux fonctionnalités auxquelles il était habitué hors mode examen, il ne faudrait pas en prime l'embêter. :#non#:
    • si de plus la batterie est faible, le double
      flash
      sera précédé d'un signal rouge
    • et enfin, si pour une raison ou pour une autre la calculatrice redémarre pendant l'épreuve, c'est un triple
      flash
      qui sera produit, rouge-vert-orange.

De plus, les couleurs de la diode examen sont produites :
  • par une diode
    RVB
    , soit la juxtaposition de 3 diodes
    R
    ouge-
    V
    ert-
    B
    leu sur
    NumWorks
    ,
    TI-83 Premium CE
    et
    TI-84 Plus CE
  • par des diodes bicolore sur
    TI-Nspire
    , juxtaposant 2 diodes rouge et verte
Il peut arriver qu'une de ces sous-diodes soit grillée, ce qui produira également un changement de couleur. J'ai déjà vu des
TI-Nspire
avec la sous-diode rouge HS et la sous-diode verte encore fonctionnelle.

En conséquence de cette grave faute et dans l'intérêt des candidats et de leur utilisation légitime de leur calculatrice
NumWorks
, l'équipe
Omega
va donc devoir prendre des décisions :
  • soit rajouter les couleurs officielles de
    NumWorks
    (rouge et orange)
    à l'option permettant de choisir la couleur de la diode
  • soit retirer la possibilité de choisir la couleur de la diode, et associer en dur une des couleurs officielles, logiquement :
    • rouge pour les modes examen
      Standard
      et
      Sans symbolique
    • orange pour le mode examen
      Néerlandais
Un comble de devoir donc retirer des éléments d'identification et donc se cacher lorsque l'on a rien à se reprocher ! :mj:

Nous ne voyons hélas pas de solution gagnant-gagnant, et c'est donc un choix problématique pour les projets d'expansion de
NumWorks
à l'étranger, et particulièrement en cette période sensible de première année d'autorisation en Italie et de demande d'autorisation aux Pays-Bas.

Mais ce n'est pas faute d'avoir voulu bien faire, l'équipe y est hélas contrainte par les initiatives hors-texte de certains, avec des nuisances qui risquent ainsi d'avoir des conséquences internationales regrettables pour
NumWorks
. :mj:

En attendant la prochaine version
1.19
d'
Omega
qui corrigera ce problème d'une façon ou d'une autre, pour les épreuves imminentes d'
E3C
l'équipe
Omega
te propose la solution de passer sur son
discord
pour y récupérer une version temporaire précompilée qui clignotera bien en rouge.

Source
:
https://old.reddit.com/r/numworks/comme ... _en_rouge/

Liens
:


Téléchargements
:


Omega 1.18: KhiCAS + NumWorks préversion 13

New postby critor » 06 Jan 2020, 01:06

Dans un article précédent nous te présentions
Omega
, le
firmware
tiers ultime pour ta
NumWorks
par et ses illustres collaborateurs :
Omega
permet en effet d'améliorer grandement les possibilités de ta
NumWorks
et ce même en mode examen. Citons entre autres :
  • la réactivation du moteur de calcul littéral que
    NumWorks
    avait introduit dans sa version
    1.2
    pour le supprimer dans sa version
    11
  • une application
    Atom
    avec un tableau périodique des éléments
  • une bibliothèque de constantes physiques
  • une mémoire de travail étendue de
    16K
    à
    32K
    pour l'exécution de scripts
    Python
    plus conséquents notamment dans le cadre de projets
  • une application avec une calculatrice
    RPN
  • ...
Nombre de fonctionnalités parfaitement légitimes puisque disponibles en mode examen pour les candidats ayant choisi des modèles concurrents.

Aujourd'hui sort la nouvelle version
Omega 1.18
avec de nouvelles améliorations que nous allons découvrir. :D

Notons qu'elle reste basée sur le code source actuel du
firmware
Epsilon
officiel en cours de développement, et qu'elle t'inclut donc en avant-première tout ou partie des améliorations officielles que
NumWorks
a prévues pour la prochaine version
13
et que nous allons traiter par la même occasion ! :bj:

L'écran
à propos
affiche certes toujours une version
12
, mais c'est normal puisque la version
13
n'est pas encore sortie et n'est donc pas encore inscrite dans le code source. Par contre, on apprécie sa mention de la version
MicroPython
intégrée. :)



  1. Python et clavier
  2. Applications externes KhiCAS et compagnie
  3. Triple mode examen France, Pays-Bas et compagnie
  4. Installation Omega, KhiCAS et compagnie



1) Python et clavier

Go to top

La
NumWorks
permet d'obtenir le caractère
%
avec la combinaison
alpha
clear
.
Ce détournement de la touche d'effacement de sa fonction principale est un gros problème, car pour corriger une erreur de saisie tu te devais donc au préalable de vérifier si tu n'étais pas déjà en mode alphabétique simple ou verrouillage alphabétique et le cas échéant d'en sortir. Si tu oublies, au lieu de corriger ton erreur tu vas l'empirer avec la saisie de caractères
%
supplémentaires...

C'est particulièrement embêtant dans le cas de l'éditeur de script
Python
où les erreurs de saisie ne sont pas rares et où tu es très souvent en verrouillage alphabétique ! :mj:

Mais
Omega
s'occupe de corriger ce problème et va enfin pouvoir te simplifier la vie ! :bj:

Ce n'est plus à toi de de réfléchir au mode courant à chaque effacement, c'est maintenant la touche qui s'y adapte toute seule ! :D

Voici le détail du compromis qui a été retenu par l'équipe
Omega
:
  • en mode verrouillage alphabétique, la touche
    clear
    reste liée à sa fonction principale et te permet donc directement d'effacer
  • et la simple combinaison
    alpha
    clear
    te permet toujours de saisir le caractère
    %
    lorsque souhaité

Et tant que nous en sommes à parler clavier, signalons l'ajout par
Omega
de plusieurs raccourcis :
  • Plus besoin de t'embêter à aller ouvrir l'application
    Paramètres
    pour régler la luminosité de l'écran, tu as désormais les combinaisons
    shift
    +
    et
    shift
    -
    pour augmenter ou diminuer la luminosité et qui à la différence marcheront depuis n'importe quelle application ! :)
  • Egalement autre raccourci bien sympa,
    shift
    (
    te permet de saisir directement une paire de parenthèses
    ()
    , et de laisser le curseur de saisie positionné à l'intérieur. :)

En
Python
les possibilités d'interactions avec des interfaces, notamment pour des menus ou jeux, étaient très limitées sur la
NumWorks
.

En effet, il n'y avait pas de fonction permettant de tester la pression d'une touche.

12026
Omega
tentait déjà de palier ce manque en te rajoutant au module
kandinsky
les fonctions
get_keys()
et
wait_vblank()
, comme illustré ci-contre via l'exploration avec .
NumWorks
s'attaque enfin au problème dans la prochaine version
13
, avec un nouveau module
ion
à cette fin dont voici l'exploration en avant-première avec :
1202712028120291203012031

Suite à cet ajout majeur, profitons-en pour voir où nous en sommes niveau
Python
sur calculatrices. Voici déjà l'éventail des modules disponibles :

autorisés aux
examens français
inutilisables aux
examens français
NumWorks
Casio Graph
35+E II
90+E
TI-83PCE
Ed. Python
MicroPython
TI-Nspire
CasioPython
Casio Graph
35+E II
35+E/USB
75/85/95
TI-Python
builtins
array
collections
cmath
gc
math
micropython
os
random
sys
time
turtle
uerrno

.
.

.


.

.


.

.
.
.
.

.
.

.
.
.
.



.


.
.



.
.


.




.
.

.
.


.




.
.

.
.
.


.




.


.
.



.


.
.



.
.











.
.
spécifique
kandinsky
ion
prime
nsp
board
storage
Total
9
3
8
9
8
9
9
13

En terme de quantité de modules, la
NumWorks
arrive ainsi désormais au premier rang des solutions
Python
utilisables aux examens français, félicitations ! :bj:
Aux examens :
  1. 9
    modules :
    NumWorks

    HP Prime
    (version alpha)
  2. 8
    modules :
    TI-83 Premium CE Edition Python
  3. 3
    modules :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
Hors examens :
  1. 13
    modules :
    TI-Python
    (firmware tiers)
  2. 9
    modules :
    NumWorks

    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 35+E/USB
    Casio Graph 75/85/95
    Casio fx-9750GII
    Casio fx-9860GII
    Casio fx-9860G

    (appli CasioPython)

    HP Prime
    (version alpha)
  3. 8
    modules :
    TI-83 Premium CE Edition Python

    TI-Python

    TI-Nspire
    (appli MicroPython)
  4. 3
    modules :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
    Casio fx-CG50


Et voici maintenant pour le contenu de ces mêmes modules :

autorisés aux
examens français
inutilisables aux
examens français
NumWorks
Casio Graph
35+E II
90+E
TI-83PCE
Ed. Python
MicroPython
TI-Nspire
CasioPython
Casio Graph
35+E II
35+E/USB
75/85/95
TI-Python
builtins
array
collections
cmath
gc
math
micropython
os
random
sys
time
turtle
uerrno
88-188
.
.
12
.
41
6
.
8
.
3
38
.
84-175
.
.
.
.
25
.
.
8
.
.
.
.
91-190
4
2
.
7
28
.
.
8
15
4
.
.
97-428
3-13
.
13-17
9-13
42-46
10-14
.
.
17-21
.
.
25-29
93-218
4
.
12
7
41
3
.
.
15
.
.
.
91-204
4
.
12
7
41
6
.
8
12
.
.
24
91-190
4
2
.
7
28
.
.
8
15
4
.
.
93-191
4
2
12
7
41
6
15
8
15
10
.
.
spécifique
6
(kandinsky)

48
(ion)
3-7
(prime)
10
(nsp)
22
(board)

21
(storage)
Total
250-350
117-208
159-258
219-588
185-310
205-318
159-258
213-354

En terme de richesse des modules, la
NumWorks
varie donc entre les 2ème et 3ème rangs ! :bj:
Aux examens :
  1. 219-588
    éléments :
    HP Prime
    (version alpha)
  2. 250-350
    éléments :
    NumWorks
  3. 159-258
    éléments :
    TI-83 Premium CE Edition Python
  4. 117-208
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E
Hors examens :
  1. 219-588
    éléments :
    HP Prime
    (version alpha)
  2. 213-354
    éléments :
    TI-Python
    (firmware tiers)
  3. 250-350
    éléments :
    NumWorks
  4. 205-318
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 35+E/USB
    Casio Graph 75/85/95
    Casio fx-9750GII
    Casio fx-9860GII
    Casio fx-9860G

    (appli CasioPython)
  5. 185-310
    éléments :
    TI-Nspire

    (appli MicroPython)
  6. 159-258
    éléments :
    TI-83 Premium CE Edition Python

    TI-Python
  7. 117-208
    éléments :
    Casio Graph 35+E II
    Casio Graph 90+E




2) Applications externes KhiCAS et compagnie

Go to top

Dans un article précédent nous te présentions un autre
firmware
tiers,
Delta
pour
NumWorks N0110
.

Son principal avantage était de te rajouter une application
External
permettant elle-même de lancer des applications externes à installer séparément.

Les applications externes disponibles à ce jour incluent :
  • KhiCAS
    par :
    Basée sur
    Xcas
    , son logiciel intégré de mathématiques, l'appli étend les capacités mathématiques de ta
    NumWorks
    au niveau d'une
    HP Prime
    , bénéficiant du moteur de calcul formel
    GIAC
    avec notamment la possibilité de construire automatiquement des tableaux d'étude de fonction avec indications d'éléments de démarche ! :bj:
    Elle est de plus programmable sous deux syntaxes au choix,
    Xcas
    ou
    Python
    . Et en prime, le langage de programmation inclut des commandes de tracé à la
    Scratch
    /
    Logo
    pour réinvestir les acquis de collège ! :D
  • Periodic
    par , déjà intégrée dans
    Omega
    sous le nom d'
    Atom
    .
  • et enfin
    Nofrendo
    , un émulateur de console de jeux
    Nintendo NES
Nous regrettions justement dans l'annonce en question que dans la cas d'une
NumWorks N0110
tu aies donc à choisir entre les améliorations apportées par
Omega
et celles apportées par
Delta
. :'(

Et bien bonne nouvelle, plus besoin de choisir,
Omega
intègre désormais l'application
External
et offrira à ta
NumWorks N0110
l'ensemble de ses possibilités ! :bj:
1202212024120239829

Sur
NumWorks N0100
l'application
External
sera également listée, mais sans contenu à la différence.




3) Triple mode examen France, Pays-Bas et compagnie

Go to top

Les spécifications officielles du mode examen sont bien plus restrictives aux Pays-Bas qu'en France niveau fonctionnalités, interdisant :
  • non seulement l'accès au contenu mémoire préchargé
  • mais aussi toute fonctionnalité de calcul littéral et formel
  • également toute utilisation d'un éditeur de programmes
    (même pas possible donc de saisir et lancer un petit programme pendant l'épreuve)
  • et encore l'utilisation de toute application
La
NumWorks
n'était donc pas conforme pour les Pays-Bas. :'(

Dans la prochaine version
13
,
NumWorks
nous prépare un 2ème mode examen conforme pour les Pays-Bas dit
Néerlandais
, faisant clignoter la diode non pas en rouge mais en jaune, et bloquant tout accès à l'application
Python
.

Omega
complète cette démarche en respectant dans l'esprit et dans la forme ce nouveau mode examen, et désactive également dans ce mode :
  • le moteur de calcul littéral, dont la disponibilité est de plus maintenant indiquée par un drapeau
    sym
    en haut d'écran pour une vérification facile par les surveillants aux examens l'interdisant
  • l'application
    External
    permettant l'accès aux applications externes non officielles
On note en passant que la couleur de fond du drapeau mode examen est maintenant corrigée. :)

Mais ce n'est pas tout,
Omega
rajoute également un 3ème mode examen dit
Sans symbolique
. Son but est de bloquer les fonctionnalités de calcul littéral et formel, et donc comme le mode examen néerlandais :
  • désactive le moteur de calcul littéral
  • bloque l'application
    External
    afin d'interdire l'utilisation de
    KhiCAS
La seule différence ici est qu'il ne bloque pas l'application
Python
, et cible ainsi plutôt la réglementation mode examen du Portugal ou encore de l'IB
(Baccalauréat International)
.




4) Installation Omega, KhiCAS et compagnie

Go to top

Pour installer
Omega
rien de plus simple. De façon similaire à ce qui existait déjà pour les applications externes, un installateur en ligne est désormais également disponible pour
Omega
. Il te suffira tout simplement de connecter ta calculatrice, d'ouvrir la page liée en fin d'article dans ton navigateur, puis d'un seul clic ! :bj:
Tu auras besoin pour cela d'un navigateur utilisant un moteur
Chromium
ou compatible :
Google Chrome
,
Microsoft Edge
...


Notons qu'un tutoriel pour une installation avancée est également disponible et lié ci-après pour ceux qui souhaitent compiler
Omega
par eux-mêmes. Une méthode qui te donnait déjà accès à des possibilités supplémentaires, comme celle de protéger ta
NumWorks
contre le vol en signant l'écran
A propos
avec ton nom ou tout ce que tu veux.

Désormais réaliser ta propre compilation te permettra d'opter pour un thème au choix :
  • epsilon_light
  • epsilon_dark
  • omega_light
    (par défaut)
  • omega_dark


Les applications externes
KhiCAS
et autres sont pour leur part à installer séparément avec leur propre installateur en ligne dédié, également lié en fin d'article.




Tous nos remerciements à l'ensemble de l'équipe
Omega
qui rajoute à ta
NumWorks
non seulement des fonctionnalités haut de gamme, mais également des fonctionnalités disponibles sur d'autres modèles concurrents en mode examen, contribuant ainsi à une meilleure égalité entre candidats en mode examen, mais avec pour une fois un nivellement par le haut ! :bj:

Et toutes nos félicitations également pour réussir aussi bien ce numéro surhumain de jonglage entre le respect de l'esprit des derniers ajouts officiels de
NumWorks
, le respect de la réglementation des examens français, de celle des Pays-Bas, et de celle d'autres pays européens ou examens internationaux ! :#tritop#:

Grâce à
Omega
, ta
NumWorks
démarre l'année 2020 sur les chapeaux de roues ! :D




Liens
:


Téléchargements
:

Link to topic: Omega 1.18: KhiCAS + NumWorks préversion 13 (Comments: 10)

Découvre le couvercle NumWorks transparent officiel !

New postby critor » 22 Dec 2019, 00:28

Les plans de ta calculatrice
NumWorks
sont publics et librement utilisables et même modifiables ! :bj:

Dans un article précédent, nous te présentions les couvercles transparents imprimés en 3D par .

Voici maintenant la couvercle transparent officiel de
NumWorks
! :D

Réalisé non pas en impression 3D mais en injection plastique, il est d'une qualité incomparablement supérieure tout en étant fabriqué à la différence en moins d'une seconde ! :o

Ce couvercle est exclusivement produit en interne à quelques exemplaires et utilisé par l'équipe
NumWorks
dans le but de pouvoir vérifier facilement visuellement l'absence de défaut dans l'injection plastique et ainsi la bonne conception des moules dédiés.
Rare et non distribué, il en est ainsi ultra-
collector
! :#tritop#:


Téléchargements
:
https://github.com/numworks/dieter
(format .stl)

Source
:
https://www.reddit.com/r/numworks/comme ... d/e4r3w7z/

-
Search
-
Featured topics
Omega, le fork étendant les capacités de ta NumWorks, même en mode examen !
Comparaisons des meilleurs prix pour acheter sa calculatrice !
12
-
Donations / Premium
For more contests, prizes, reviews, helping us pay the server and domains...

Discover the the advantages of a donor account !
JoinRejoignez the donors and/or premium!les donateurs et/ou premium !


Partner and ad
Notre partenaire Jarrety 
-
Stats.
397 utilisateurs:
>384 invités
>7 membres
>6 robots
Record simultané (sur 6 mois):
6892 utilisateurs (le 07/06/2017)
-
Other interesting websites
Texas Instruments Education
Global | France
 (English / Français)
Banque de programmes TI
ticalc.org
 (English)
La communauté TI-82
tout82.free.fr
 (Français)