π
<-
Chat plein-écran
[^]

News 2019
August (1)
July (3)
June (3)
May (5)
April (1)
March (2)

News 2018
August (4)
July (1)
June (5)
May (9)
April (13)
March (5)

News 2017
August (4)

Méga mise à jour NumWorks 12.2: fonctions, probas, suites, …

New postby critor » 12 Nov 2019, 16:39

11781Suite à des mois de travail avec sans doute une bonne dose d'abnégation estivale,
NumWorks
nous sort aujourd'hui aussi bien pour ses modèles
N0100
que
N0110
sa grande mise à jour de rentrée 2019, une version
12.2.0
très enrichie en fonctionnalités suite aux nombreuses demandes d'enseignants en France et de par le monde. Découvrons cela ensemble application par application :
Image Image Image Image Image Image


Application Probabilités

Go to top

L'application
Probabilités
gère désormais non plus
5
mais
8
lois de probabilités différentes, avec l'ajout de :
  • 2 lois continues :
    Chi2
    et
    Student
  • 1 loi discrète :
    Géométrique
Une excellente nouvelle, puisque nombre d'étudiants concernés par ces nouvelles lois vont ainsi pouvoir eux aussi bénéficier aux aussi de l'interface remarquablement bien conçue de cette application ! :bj:


Application Calculs

Go to top

Contrairement au calcul numérique, le calcul matriciel ne bénéficiait jusqu'à présent pas de l'excellent moteur de calcul exact de la machine, se contentant donc de résultats décimaux qui lorsque approchés n'étaient pas recopiables de façon utile sur une copie de devoir ou d'examen.

Et bien c'est fini, dorénavant le calcul matriciel bénéficiera lui aussi du moteur de calcul exact ! :bj:


Enfin, de façon plus intuitive pour l'enseignement secondaire français, la multiplication est désormais représentée non plus par le point médian mais par la croix signe de multiplication, qui sera de plus omise lorsque possible pour des affichages plus légers. :)


Application Paramètres et fonctionnalités transversales

Go to top

Aussi, un objectif des programmes est d'amener les élèves à effectuer des tâches complexes et résoudre des problèmes transversaux. C'est-à-dire en pratique, à chaîner les appels à divers applications de la calculatrice
NumWorks
.
Or en pratique tu étais bien embêté(e) pour les lois de probabilités. Tu devais donc aller définir ta loi dans l'application
Probabilités
pour y obtenir quelques résultats, et ensuite si jamais ces résultats devaient être réutilisés au sein de calculs il te fallait les noter sur papier pour les resaisir à la main dans l'application
Calculs
, ou mieux les y copier-coller avec
shift
var
si tu y pensais.

1177011771A partir de maintenant fini cette gymnastique, la touche boîte à outils t'apporte un nouveau menu
Probabilités
te donnant directement accès aux fonctions de densité, répartition et inverse des lois binomiales et normales ! :bj:
Et si les suffixes en
cdf
/
pdf
te sont toujours obscurs, sur ce même écran le menu accompagne chaque fonction d'une ligne de légende qui te clarifiera la chose ! :bj:


11772Mais ce n'est pas tout, l'option
Unité d'angle
accueille une nouvelle unité, les
Grades
, une excellente nouvelle pour les séries professionnelles ! :)

11773L'option
Format résultat
se voit quant à elle rajouté la notation
Ingénieur
, une variante de la notation
Scientifique
qui sera fort pratique pour les spécialités scientifiques ! :)


Application Suites

Go to top

11776L'application
Suites
accepte la définition d'une 3ème suite numérique. Permettant de travailler simultanément sur jusqu'à 3 suites, elle couvre dès maintenant un éventail encore plus large des types d'exercices pouvant être rencontrés sur les suites numériques au lycée ! :bj:


Application Fonctions

Go to top

117791177811777Grande nouveauté, contrairement à une bonne partie de la concurrence l'application
Fonctions
distingue désormais les bornes de la fenêtre graphique du domaine de tracé ! Fini les embêtements à calculer la bonne fenêtre graphique correspondant à l'exercice, l'on peut maintenant préciser le domaine de tracé pour chaque fonction en faisant juste
OK
après avoir sélectionné son nom. Ce domain prend la forme d'un intervalle, avec comme toujours chez
NumWorks
une notation mathématique correcte, y compris sur le sens des crochets en cas de borne infinie ! :bj:

11780En définissant plusieurs fonctions et jouant sur les domaines de tracé de chaque fonction, cela permet notamment de travailler sur des fonctions définies par morceaux. Et d'ailleurs ces dernières commencent déjà à être gérées : pas besoin de t'embêter à sélectionner le bon morceau pour le curseur de suivi du tracé; lorsque déplacé avec
et atteignant la limite d'un morceau, il passera automatiquement au morceau précédent/suivant et ce sans sauter de valeur ! :bj:

1177411775Mais ce n'est pas tout. Outre les fonctions cartésiennes, la
NumWorks
gère dorénavant 2 types de fonctions suplémentaires : :bj:
  • Paramétriques

    Une excellente nouvelle pour la spécialité Physique-Chimie et notamment la Mécanique, la spécialité Mathématique, et les séries STI2D/STL/STD2A :bj:
  • Polaires

La touche
x,n,t
saisira automatiquement le bon paramètre selon le mode choisi :
  • x
    pour les fonctions cartésiennes
  • t
    pour les fonctions paramétriques
  • θ
    pour les fonctions polaires
Notons que le type de fonction se choisit en faisant
OK
après avoir sélectionné le nom de fonction. Il est donc défini pour chaque fonction, si bien que contrairement à une bonne partie de la concurrence l'on peut donc faire coexister des fonctions de différents types ! :bj:


Application Python

Go to top

Enfin, précisons que l'interpréteur
Micropython
intégré passe de la version
1.9.4
à la nouvelle version
1.11
! :)


Si la concurrence de milieu de gamme pouvait objecter jusqu'à présent que la
NumWorks
était plus légère en fonctionnalités, notamment de par l'absence des courbes paramétriques et polaires, cet argument ne nous semble plus tenable désormais. Pire, la balance des fonctionnalités est peut-être même en train de s'inverser, et nous avons rarement en face de mise à jour apportant autant de choses...

Malgré toutes ces superbes nouveautés la progression en taille du
firmware
reste très raisonnable, si bien que même les anciens modèles
NumWorks N0100
dotés de seulement
1 Mio
de mémoire
Flash
devraient encore pouvoir bénéficier de toutes les dernières nouveautés pendant un bon moment ! :bj:



Liens
:

Omega, firmware NumWorks ultime pour les regrouper tous

New postby critor » 31 Oct 2019, 14:17

La
NumWorks
est revendiquée comme une calculatrice ouverte. Tu as accès au code source, et es libre de le modifier et soumettre à l'équipe NumWorks, ou de le recompiler toi-même.

On peut citer nombre de réalisations communautaires; de façon non exhaustive :

Mais derrière cette façade la réalité est tout autre, et paradoxalement le développement communautaire rencontre bien plus de succès sur les modèles concurrents non ouverts. :#roll#:

En effet l'équipe
NumWorks
n'intègre généralement que peu de ces créations.

Cela peut peut certes se comprendre puisque nombre d'entre elles sont de simples
'amusements'
sans intérêt justifié, surtout quand on sait que :
  • la
    NumWorks N0100
    n'a que
    1Mio
    de mémoire
    Flash
  • les
    NumWorks N0100
    et
    NumWorks N0110
    n'ont que
    256Kio
    de mémoire
    RAM

D'autres ont pourtant un intérêt scolaire parfaitement pertinent et ne sont pas intégrées pour autant ou alors après plusieurs mois.
  • Celles concernant le calcul littéral/formel vont à l'encontre des intérêts commerciaux du constructeur, ces fonctionnalités étant interdites aux examens chez nos voisins européens
    (Italie, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni...)
    .
  • Mais nombre de refus ou mises de côté à ce jour ne rentrent pas dans ce cas. Peut-être parce que les ajouts en question correspondent à une future fonctionnalité déjà prévue par le constructeur, avec une interface différente, les interfaces
    NumWorks
    étant généralement fort bien pensées...

Et donc voilà le problème. Contrairement à la concurrence, la
NumWorks
ne dispose pas à ce jour d'une gestion d'applications
(ou plus généralement extensions, add-in, addon, plug-in, bibliothèque, librairies, modules...)
.

Les auteurs d'améliorations non retenues par l'équipe
NumWorks
n'ont que le choix :
  • de les diffuser sous forme de code source, qu'il faudra intégrer au code officiel avec d'éventuelles modifications puisque ce dernier change chaque semaine - cela ne cible déjà plus l'utilisateur scolaire lambda
  • de les diffuser sous forme de
    firmware
    précompilé, facile à installer grâce à notre outil en ligne

Si la distribution sous forme de
firmware
est la plus pertinente à ce jour pour le grand public, elle est loin d'être sans inconvénient. En effet :
  • Chaque développeur compile donc dans son coin son
    firmware
    incluant ses propres ajouts, et il est donc impossible d'installer simultanément les ajouts de différents développeurs
  • De plus, le code du
    firmware
    NumWorks
    officiel change chaque semaine avec des mises à jour quasiment chaque mois. Passer sur un
    firmware
    tiers c'est donc se priver de toutes les améliorations officielles. A moins que le développeur concerné ne se donne la peine d'intégrer les ajouts officiels au fur et à mesure, avec corrections éventuelles du code pour compatibilité avec ses modifications. Et en pratique très peu s'en donnent la peine, laissant donc leurs firmwares devenir progressivement de plus en plus obsolètes dans leur coin. :'(

avait certes tenté de faire quelque chose contre cet énorme problème l'été dernier, avec une compilation ponctuelle d'un
firmware
regroupant plusieurs de ses améliorations et de celles d'autres développeurs jusqu'à présent refusées ou délaissées par l'équipe
NumWorks
.

Il faudra compter cette année avec un nouveau projet de
firmware
par aidé de ,
Omega
.

Omega
a pour but d'intégrer un maximum des ajouts non repris par l'équipe
NumWorks
, et de les maintenir fonctionnels au fur et à mesure des mises à jour officielles ! :bj:

A ce jour l'essentiel de ce qui a été énuméré plus haut et non encore intégré par l'équipe
NumWorks
en fait partie :

L'intégration du tableau périodique des éléments par est également dans les tuyaux.

De plus avec
Omega
pas besoin de t'embêter à compiler ou chercher et récupérer le dernier fichier
firmware
, une interface d'installation en ligne est également disponible
(pour
NumWorks N0100
uniquement à ce jour)
te proposant directement la dernière version
Omega
, à ce jour
1.8
. :bj:
Cet outil nécessitera juste un navigateur utilisant le moteur
Chromium
(
Google Chrome
,
Microsoft Edge
, ...)
.

Nous allons donc voir si
Omega
permet de redonner un nouvel élan à la communauté des développeurs
NumWorks
. ;)


Liens
:


Téléchargement
:
Omega 1.10.1
pour
NumWorks N0110


Source
:
viewtopic.php?f=102&t=23093#p247402

Dumpe et reflashe facilement ta NumWorks N0110 depuis Chrome

New postby critor » 27 Sep 2019, 21:05

8668L'ancienne
NumWorks N0100
dispose de
1 Mio
de mémoire
Flash
directement intégrés à la puce
ASIC STM32F412
.

Grâce à notre outil en ligne
webdfu_numworks
, avec l'ancienne
NumWorks N0100
il était très facile de faire une copie de sauvegarde du
firmware
contenu dans les
1 Mio
de mémoire
Flash
de la calculatrice, mais également de reprogrammer cette dernière avec le contenu de ton choix comme par exemple un
firmware
tiers ! :bj:

La nouvelle
NumWorks N0110
utilise une architecture très différente avec :
  • seulement
    64 Kio
    de mémoire
    Flash
    directement intégrés à la nouvelle puce
    ASIC STM32F730
    , dite mémoire
    Flash
    interne
  • 8 Mio
    sur une puce distincte
    Flash Adesto AT25SF641
    , dite mémoire
    Flash
    externe

Hélas, notre outil en ligne
webdfu_numworks
n'était pas compatible avec la
NumWorks N0110
. :'(

Mais voilà qui, dans le contexte de son outil en ligne d'installation de l'émulateur
Nintendo NES
pour ta
NumWorks N0110
, en a profité pour apporter les modifications nécessaires au code de
webdfu_numworks
! :bj:

Tu n'auras pas eu à attendre bien longtemps, pour bénficier avec ta
NumWorks N0110
des mêmes libertés que sur la
NumWorks N0100
. ;)

Tu as désormais toute liberté de faire une copie de sauvegarde du
firmware
installé, ainsi que d'installer un
firmware
tiers comme Delta. :D

Dans le cas de la
NumWorks N0110
tu disposes désormais sur l'outil en question de deux boutons pour sauvegarder
(dumper)
/ reprogrammer
flasher
au choix la mémoire interne ou externe.

Que ce soit pour
dumper
ou
reflasher
, précisons que dans les deux cas il faudra traiter les deux mémoires, les
firmware
NumWorks N0110
les utilisant toutes les deux. Tu devras donc fournir ou récupérer deux fichiers.
Précisons également que dans le cas d'une reprogrammation, la mémoire externe doit être traitée avant la mémoire interne, car la calculatrice redémarrera automatiquement en fin de reprogrammation de cette dernière.

Gros avantage, contrairement à la
NumWorks N0100
avec la
NumWorks N0110
tu n'as plus besoin de redémarrer la calculatrice en mode DFU pour l'utiliser avec
webdfu_numworks
! :bj:
D'ailleurs il ne faut surtout pas le faire, car dans dans le contexte du redémarrage en mode DFU la Flash externe ne sera pas accessible. :#non#:

A noter que malheureusement,
webdfu_numworks
ne gère pas encore le format de fichier unifié
.dfu
des
firmwares
NumWorks N0110
.
Si tu récupères un
firmware
utilisant ce format il faudra commencer par en extraire les images pour les
Flash
interne et externe, en utilisant par exemple
Dfu File Manager
.

Lien
:
(nécessite un navigateur
Google Chrome
ou
Chromium
)


Téléchargement
:
Dfu File Manager
(pour
Windows
)


Source
:
viewtopic.php?f=97&t=21765&start=10#p245675 et posts suivants

Emulateur Nintendo NES déjà pour NumWorks N0110 !

New postby critor » 25 Sep 2019, 11:55

9829L'année dernière pour ta calculatrice
NumWorks
, avait sorti un émulateur de la console de jeux de salon
Nintendo NES
.

L'ajoute de l'application
NES
nécessitait une reprogrammation du
firmware
de la calculatrice, mais heureusement
zardam
avait sorti par la suite un outil en ligne automatisé où tu avais juste à fournir le fichier ROM du jeu auquel tu souhaitais jouer.

Mais voilà, ces outils n'étaient pas compatibles avec la nouvelle
NumWorks N0110
sortie pour cette rentrée 2019.

De plus, l'ancienne
NumWorks N0100
n'avait que
1 Mio
de mémoire Flash, déjà occupée à près de 80% par le système
NumWorks
, et selon la taille du fichier ROM que tu choisissais d'émuler tu pouvais donc être amené(e) à devoir supprimer une ou plusieurs des applications officielles.

11616Et bien sur l'incitation de ses fans dont ,
zardam
vient tout juste de mettre à jour son émulateur
NES
pour la
NumWorks N0110
, et de sortir un nouvel outil en ligne dédié à l'installation sur cette machine; tu n'auras vraiment pas attendu bien longtemps ! :bj:

Mais avec en prime une Flash de
8 Mio
dans la
NumWorks N0110
, plus aucun besoin de renoncer à des applications
NumWorks
officielles, et donc plus aucune raison de ne pas découvrir ou redécouvrir les meilleurs jeux de la console ! :bj:


Liens
:


Source
:
viewtopic.php?f=97&t=21765#p245578 et posts suivants

Firmware Delta N0110: calcul formel GIAC même en mode exam !

New postby critor » 18 Sep 2019, 10:48

Le calcul littéral et formel est un formidable outil de découverte et réelle compréhension des Mathématiques, permettant de porter un tout autre regard sur les problèmes du lycée.

Pour les lycéens passionnés de Mathématiques ou plus précisément d'algèbre, ainsi que pour les poursuites d'études supérieures avec une part significative de Mathématiques, la
HP Prime
est un excellent choix. Elle intègre un portage par du moteur de calcul formel
GIAC
de son logiciel de Mathématiques intégré
Xcas
.
Comme il s'agit d'un portage officiel, il est reconnu par le mode examen qui une fois activé peut laisser les fonctionnalités associées accessibles lorsqu'elles sont autorisées, notamment pour la France.
Le seul bémol à cette excellente solution est hélas son prix à 3 chiffres, qui en France fera fuir une large majorité des familles.

Mais
Bernard
a depuis quelques années entamé un formidable travail autour de la démocratisation et l'accessibilité du calcul littéral et formel, avec ses applications
KhiCAS
gratuites pour calculatrices de milieu de gamme.

L'application
KhiCAS
intègre un portage du moteur de calcul formel
GIAC
du logiciel
Xcas
, agrémenté de fonctionnalités annexes diverses selon les modèles ciblés.

Il en existait désormais 3 déclinaisons pour cette rentrée 2019 :
  • KhiCAS
    pour
    TI-Nspire
    :
    Ce programme étend donc les capacités formelles des
    TI-Nspire CAS
    au niveau de la
    HP Prime
    , ou rajoute ces mêmes capacités formelles aux
    TI-Nspire
    numériques
    (non
    CAS
    )
    . Il bénéficie d'une interface d'entrée-sortie qui fonctionne d'origine en écriture naturelle.
    Un exemple de capacité additionnelle bénéficiant à la fois aux
    TI-Nspire CAS
    et
    TI-Nspire
    numériques, c'est la possibilité d'obtenir un tableau d'étude de fonction !
    Nécessitant
    Ndless
    , il ne peut donc être installé que sur les seules
    TI-Nspire CX
    en version inférieure à
    4.5.1
    , et est à ce jour exclu des
    TI-Nspire CX II
    .
    En tant que portage non officiel, il sera systématiquement bloqué en mode examen. :#non#:
  • KhiCAS
    pour
    Casio Graph 90+E
    :
    On retrouve ici le moteur de calcul formel
    GIAC
    , avec une interface fonctionnant en écriture ligne et ne gérant l'écriture naturelle que sur demande
    (éditeur d'expression)
    .
    Toutefois l'application bénéficie ici de plusieurs compléments fort bienvenus.
    D'une part pour une prise en main bien plus autonome, une sélection de commandes
    GIAC
    est disponible via les menus de bas d'écran.
    D'autre part, il est ici possible de créer et exécuter des programmes et la syntaxe
    Python
    est gérée avec tout ce qu'il faut, éditeur et coloration syntaxique !
    Et en prime, le langage de programmation inclut des commandes de tracé à la
    Scratch/Logo
    !
    Là encore, en tant que portage non officiel, il sera inutilisable en mode examen. :#non#:
  • KhiCAS
    pour
    Casio Graph 35+E II
    :
    La non disponibilité de cette application pour les modèles précédents
    Casio Graph 35+E
    et
    Graph 75+E
    , s'explique par le fait que la version
    KhiCAS
    optimisée pour calculatrices
    Casio Graph
    prend à ce jour près de 2 Mio, or ces anciens modèles ne disposaient que de 1,5 Mio de capacité de mémoire de stockage. Avec désormais 3 Mio de mémoire de stockage sur
    Graph 35+E II
    , c'est bon maintenant.
    On retrouve exactement les mêmes fonctionnalités que dans la déclinaison
    Graph 90+E
    .
    Cela n'empêche pas l'application d'avoir été conçue sur mesures, avec des fonctionnalités pertinemment adaptées à l'écran monochrome de la
    Graph 35+E II
    . Par exemple, la coloration syntaxique des programmes et ici remplacé par de l'enrichissement syntaxique !
    Là encore, en tant que portage non officiel, il sera inaccessible en mode examen. :#non#:

11557Pour cette rentrée 2019, la
NumWorks
bénéficie d'une nouvelle révision matérielle avec une puce
Flash
de capacité accrue, on passe de 1 Mio à 8 Mio, désormais bien plus qu'il n'en faut.

Il n'en fallait pas davantage pour que
Bernard
se remette à faire des miracles, et avec l'aide de et voici venir
Delta
! :bj:

Il ne s'agit pas d'une application rajoutable cette fois-ci puisque contrairement à la concurrence la calculatrice
NumWorks
ne permet pas de rajouter des applications à chaud, mais d'un
firmware
complet conçu spécifiquement pour ta
NumWorks N0110
.
Plus précisément, il s'agit d'une reprise du
firmware
officiel, avec remplacement du moteur de calcul par
GIAC
.

Ce qui signifie non seulement le retour sur ta
NumWorks
du calcul littéral supprimé depuis la version 11, mais aussi plus que ça l'arrivée du calcul formel !

L'intégration du moteur
GIAC
s'est visiblement faite dans un grand respect de l'esprit du système
NumWorks
, puisque le moteur se fait totalement oublier tant qu'on n'y pense pas. Il ne perturbe pas le fonctionnement normal de l'application
Calculs
, où l'on continue à bénéficier de l'affichage mixte des résultats
(exact + décimal)
ainsi que de l'affichage naturel pour la saisie et les résultats.

Ici encore, un grand soin à été apporté pour une prise en main autonome, avec tout un travail sur la boîte à outils qui liste et documente les fonctions.

1155011556On y retrouve par exemple un nouveau menu
Algebre
, avec ce qu'il te faudra pour changer la forme de tes résultats
(factorisation réelle ou complexe, décomposition en éléments simples, simplification...)
.

Mais ce n'est pas tout, car d'autres menus comme celui
Matrice
se voient rajouter nombre d'éléments, ici entre autre pour l'algèbre linéaire en BAC+1/2 selon les cursus
(noyau, valeurs et vecteurs propres, réduction...)
.
1155211551


11554Méticuleusement,
Bernard
va même jusqu'à corriger la documentation des fonctions qui ont désormais un comportement différent, comme diff(...) pour la dérivation dans le menu calculs.

Et le gros avantage du
firmware
Delta
par rapport aux applications
KhiCAS
rajoutées sur
TI-Nspire
ou
Casio Graph
, c'est que ses fonctionnalités de calcul formel cette fois-ci intégrées restent disponibles en mode examen ! :bj:

Malheureusement, les licences protégeant le code
NumWorks
et le code
Delta
issu de
GIAC/KhiCAS/Xcas
, sont incompatibles.
Il n'est donc pas possible de distribuer le fichier firmware
Delta
.

La contribution a été soumise à
NumWorks
donc espérons qu'elle pourra être intégrée après correction des licences dans un sens ou dans l'autre.
Mais dans le contexte encore fort récent
(Juillet dernier)
de la suppression de tout calcul littéral pour s'ouvrir les portes des marchés de nos voisins européens dont les examens interdisent ces fonctionnalités
(Royaume-Uni, Pays-Bas, Portugal, Italie...)
, nous doutons qu'une évolution rapide soit possible.

En attendant le code source est public et, pour une installation moins complexe en attendant mieux, a été rendu disponible via un conteneur
Docker
.
Une dois
Docker
installé, l'unique commande ci-dessous suffira pour construire et flasher le firmware
Delta
.


Lien Docker
:
https://hub.docker.com/r/zardam/epsilon-builder
Commande Docker
:
docker run -it --rm --privileged zardam/epsilon-builder https://github.com/zardam/epsilon.git n110-giac

Sources et compléments
:
viewtopic.php?f=97&t=22870&start=50#p244721 , viewtopic.php?f=97&t=22870&start=70#p244750 et posts suivants à chaque fois

Firmware 11.1.0 tiers: Python avec 32K/40K mémoire travail !

New postby critor » 08 Sep 2019, 13:48


La
NumWorks
offre à ce jour l'implémentation
Python
la plus riche sur calculatrice, avec
188
éléments
builtins
et pas moins de 6 modules complémentaires dont le module graphique
kandinsky
et le module de tracé
turtle
. :bj:

C'est a priori une aubaine pour le nouvel enseignement numérique
NSI
de Première au lycée à compter de cette rentrée 2019. :)

Sauf que la
NumWorks
se traîne également un véritable boulet niveau mémoire. Elle dispose de :
  • 16 Kio
    de mémoire de stockage pour les scripts
    Python
  • 16 Kio
    de mémoire de travail pour l'exécution des scripts
    Python
    , comme le report notre script de test

Or les
16 Kio
de mémoire de travail constituent la plus faible valeur toute concurrence confondue ! :mj:

Etant ainsi très à l'étroit, faire fonctionner des scripts
Python
un minimum conséquents, comme par exemple avec une interface texte ou graphique, relève d'un véritable défi d'optimisation à l'aveugle comme nous avions déjà pu nous en rendre compte avec les scripts de notre concours de rentrée 2018. :'(

A noter que ces
16 Kio
sont une limite logicielle. Matériellement la
NumWorks
offre bien davantage avec
256 Kio
de mémoire
SRAM
.

La limite dépendra bien évidemment du contenu de chaque script et des habitudes de codage de chacun, mais le plus gros script que nous avons pu exécuter jusqu'à présent et fort péniblement sur
NumWorks
faisait près de 3,75 Ko soit, 23,5% de la capacité de travail totale.

En effet, lorsque l'interpréteur
Python
importe un script pour exécution :
  • tout le texte du script est chargé dans la mémoire de travail
  • tous les objets y étant définis
    (fonctions, variables, ...)
    sont alors créés en mémoire de travail en tant qu'objets
    Python
    utilisables, si bien qu'ils y seront alors présents en double exemplaire
    (une version texte, et une version Python)

Or, nous ne sommes pas en
C
mais en
Python
. Les objets
Python
ça prend beaucoup de place, beaucoup plus que ce que tu as saisi dans le script :
  • 24 octets juste pour un entier court
  • 49 octets rien que pour une chaîne de caractères vide
  • 64 octets pour une simple liste vide
  • 136 octets pour une fonction vide sans paramètres
  • ... :#roll#:

1150311504Ce problème vient d'être signalé chez nous une énième fois hier, cette fois-ci par dans le cadre d'un script sur les polynômes du second degré muni d'une interface texte pour ses élèves de Première. Un script dépassant les 6 Ko et n'ayant donc strictement aucune chance de marcher en l'état sur
NumWorks
.

Suite à cela, a décidé de s'attaquer au problème.

Il vient donc tout juste de compiler un
firmware
NumWorks 11.1.0
amélioré, avec une application
Python
qui s'alloue
32 Kio
de mémoire de travail, de quoi enfin pouvoir un peu respirer ! :bj:
Et en prime, c'est mieux que les
20 Kio
des
TI-83 Premium CE
! ;)

De quoi désormais pouvoir espérer exécuter des scripts
Python
faisant jusqu'à 7 Ko. :)

Une autre version, plus expérimentale toutefois car s'arrangeant avec d'autres choses, t'offrira même
40 Kio
de mémoire de travail pour l'exécution de tes scripts
Python
! :#tritop#:


En suivant les liens ci-après, tu peux dès maintenant installer facilement ce
firmware
si tu disposes de l'ancien modèle
NumWorks N0100
.

Pour la nouvelle
NumWorks N0110
, nous ne disposons pas encore d'outil grand public permettant d'installer un
firmware
non officiel.


Toutefois, l'amélioration a été soumise à l'équipe
NumWorks
. Espérons qu'elle sera acceptée et donc disponible dès la prochaine mise à jour pour
NumWorks N0110
également. ;)

Téléchargements
:

Lien
:
outil en ligne d'installation de firmware
NumWorks N0100
(nécessite le navigateur
Google Chrome
)

La NumWorks réinventée avec la N0110 - rentrée 2019

New postby critor » 06 Aug 2019, 17:54

La
NumWorks
, calculatrice graphique programmable en
Python
, de conception française et au code ouvert, fut lancée à la rentrée 2017.

Au cours de l'année scolaire 2018-2019, tous les autres constructeurs de calculatrices graphiques nous ont sorti de nouvelles éditions de leurs modèles phares :
  • Casio
    avec la
    Graph 35+E II
    qui remplace la
    Casio Graph 35+E
  • Texas Instruments
    avec la
    TI-83 Premium CE Edition Python
    qui remplace la
    TI-83 Premium CE
  • et les
    TI-Nspire CX II
    qui remplacent les
    TI-Nspire CX
  • Hewlett Packard
    avec la
    HP Prime G2
    qui remplace la
    HP Prime
    (G1)
  • et même dans un certain sens
    Lexibook
    , avec l'
    Esquisse GCEXFR
    qui clone la
    Lexibook GC3000FR
    (soit en réalité la
    Truly TG206
    )
    tout en changeant quelques petites choses, et dont nous te parlerons prochainement

La
NumWorks
quant à elle avait déjà bénéficié d'une première révision matérielle pour la rentrée 2018 avec des changements esthétiques, au niveau du boîtier et du clavier. Toutefois, la référence du modèle était restée la même,
N0100
.

Cette fois-ci par contre pour sa révision matérielle de rentrée 2019 que nous venons de recevoir, la calculatrice
NumWorks
adopte apparemment une nouvelle référence,
N0110
. Référence effectivement indiquée dans le FCCID sur la tranche,
2ALWP-N0110
, ainsi qu'à l'arrière de la boîte sur la représentation de la face arrière de la calculatrice.

Vu le changement de référence, il se pourrait donc bien que les changements ne soient pas juste cosmétiques mais bien plus croustillants cette année; nous allons donc découvrir ensemble la toute nouvelle édition
NumWorks N0110
de la rentrée 2019.

En réalité moi-même puis avons reçu successivement un échantillon chacun (merci !), de références différentes pour la nouvelle révision matérielle
NumWorks
de la rentrée 2019, afin notamment de préparer cet article :
  • un prototype qui portait la référence
    N0200
  • puis la version finalisée avec la référence
    N0110

Il s'agit de la même révision matérielle, la référence
N0200
un temps envisagée n'ayant donc finalement pas été retenue pour nommer la révision matérielle de rentrée 2019.

Certaines illustrations qui vont suivre pourront ainsi porter la référence non finale
N0200
qu'il faudra donc ignorer et remplacer par
N0110
.




Sommaire :





1) Déballage et tour d'observation :

Go to top

Commençons donc par ouvrir la boîte. Elle comprend donc la calculatrice, le guide de sécurité, le câble
USB A ↔ USB micro-B
de connectivité aux couleurs de
NumWorks
ainsi que, nouveauté, un autocollant
NumWorks
. :)

Et si tu as l'œil observateur, peut-être as-tu déjà remarqué ci-dessus plusieurs changements vu que la calculatrice est représentée sur la boîte. ;)

A priori la calculatrice
NumWorks N0110
et son couvercle pèsent toujours
166g
comme avant. Mais en réalité cela cache quelque chose d'intéressant :
  • la calculatrice seule a perdu du poids, passant de
    136g
    à seulement
    127g
  • le couvercle dans le même temps a gagné du poids, passant de
    28g
    à
    37g

En effet nous disposons d'un nouveau couvercle nettement plus épais et donc résistant bien mieux à la flexion lorsque l'on appuie dessus pour le retirer.

Les bosses latérales internes au couvercle sont également bien plus prononcées, ce qui permet de mieux surélever le couvercle et ainsi l'éloigner davantage de l'écran.

Deux changements permettant de bien mieux protéger l'écran contre les rayures dont ont pu souffrir des utilisateurs de la
NumWorks N0100
! :bj:

Si l'on se concentre sur la calculatrice maintenant, on note plusieurs choses.

Déjà, la vitre de protection de l'écran est nettement plus épaisse.

Niveau clavier on note enfin l'ajout du caractère pourcent
(%)
fort utile en
Python
. Toutefois, ce caractère a été ajouté en tant que fonction alphabétique de la touche d'effacement :
.
Nous comprenons bien qu'il n'y avait pas d'autre possibilité dans la partie supérieur du clavier où figurent les autres caractères spéciaux, mais nous trouvons cela fort embêtant qu'une touche aussi importante puisque l'on peut être amené à devoir corriger une saisie à tout moment, puisse ainsi être détournée de sa fonction principale. Particulièrement dans le contexte du
Python
où l'on sera très souvent en verrouillage alphabétique, il ne faudra pas oublier de désactiver ce dernier... Peut-être est-ce une simple question d'habitude.

Mais ce n'est pas tout. Au dos de la calculatrice on note une position différente du bouton
reset
, ce qui implique donc l'usage interne d'une toute nouvelle carte mère... ;)

Et en passant sur la
NumWorks N0110
le bouton
reset
n'est plus à aller chercher dans le boîtier. Fini les mines de criterium
(conductrices)
que tu cassais dans ta calculatrice ! :bj:

Enfin, allons vérifier la version
firmware
à l'écran
À propos
de l'application
Paramètres
:
  • le prototype
    NumWorks
    N0200
    non final est muni de la version
    11.0.0
  • la calculatrice
    NumWorks N0110
    finalisée est quant à elle munie de la version
    11.1.0
    bien évidemment un peu plus récente
Dans les deux cas, les fonctionnalités correspondent à la version
11.2.0
sortie récemment pour les
NumWorks N0100
, comme on le remarque aisément à l'absence de possibilités de calcul littéral.




2) Diode examen et recharge batterie :

Go to top

Autre témoin de changements matériels, la diode examen joue maintenant également le rôle de témoin de charge lorsque la calculatrice est branchée sur une alimentation USB.

La diode RVB restant alors allumée en orange, cela ne peut être confondu avec le signal du mode examen
(rouge clignotant)
. De plus, cette fonctionnalité est désactivée une fois la calculatrice en mode examen, ce qui évite donc de parasiter le signal du mode examen en branchant par exemple une batterie USB externe.

Mais quelque chose qui est curieux, c'est que cette diode est bien faiblarde par rapport à celle des
NumWorks N0100
. La luminosité est bien plus faible que ce à quoi nous étions habitués, et les contours du disque dessiné par le faisceau sont également flous.

Tentons d'explorer ce mystère. Nous allons lancer le test usine pour pouvoir allumer les différents composants de la diode RVB. Pour cela il nous suffit dans l'application
Paramètres
d'accéder à l'écran
À propos
, de sélectionner
FCC ID
puis de taper
6
.

Et effectivement, voilà découvert le pot aux roses. Lorsque l'on éclaire la diode dans ses composantes les plus lumineuses, rouge, bleu et blanc, on note au dos un chemin lumineux qui traverse l'écran verticalement. Encore un signe qui plaide pour une toute nouvelle carte mère. En effet la diode n'est visiblement plus accolée à la tranche supérieure du boîtier. La carte mère probablement plus petite doit désormais s'arrêter en-dessous de l'écran, et c'est un guide qui conduit alors sa lumière jusqu'à la tranche supérieure.




3) Performances :

Go to top

La
HP Prime G2
était récemment passée devant la
NumWorks
pour le titre de calculatrice graphique la plus performante. Est-ce toujours le cas ?

Prenons le script
Python
suivant, et adaptons-le dans le langage historique de chaque calculatrice programmable conforme pour les examens français 2020 :
Code: Select all
try:
  from time import *
except:
  pass

def hastime():
  try:
    monotonic()
    return True
  except:
    return False

def seuil(d):
  timed,n=hastime(),0
  start,u=0 or timed and monotonic(),2.
  d=d**2
  while (u-1)**2>=d:
    u=1+1/((1-u)*(n+1))
    n=n+1
  return [(timed and monotonic() or 1)-start,n,u]


L'appel seuil(0.008) s'exécute sur la
NumWorks N0110
en seulement
0,498s
: :bj:
  1. 0,498s
    :
    NumWorks N0110
    (?)
  2. 0,688s
    :
    HP Prime G2
    (32 bits : Cortex/ARMv7 @
    528MHz
    )
  3. 0,785s
    :
    NumWorks N0100
    (32 bits : Cortex/ARMv7 @
    100MHz
    )
  4. 2,414s
    :
    HP Prime G1
    (32 bits : ARM9/ARMv5 @
    400MHz
    )
  5. 8,93s
    :
    TI-Nspire CX II
    (32 bits : ARM9/ARMv5 @
    396MHz
    )
  6. 12,24s
    :
    TI-Nspire
    (32 bits : ARM9/ARMv5 @
    120MHz
    )
  7. 18,67s
    :
    TI-Nspire CX CR4+
    (révisions W+)
    (32 bits : ARM9/ARMv5 @
    156MHz
    )
  8. 20,92s
    :
    TI-Nspire CX
    (révisions A-V)
    (32 bits : ARM9/ARMv5 @
    132MHz
    )
  9. 50,77s
    :
    Casio Graph 90+E
    (32 bits : SH4 @
    117,96MHz
    )
  10. 81,03s
    :
    Casio Graph 35+E II
    (32 bits : SH4 @
    58,98MHz
    )
  11. 101,1s
    :
    Casio Graph 35/75+E
    (32 bits : SH4 @
    29,49MHz
    )
  12. 117,29s
    :
    Casio Graph 25+E
    (32 bits : SH4 @
    29,49MHz
    )
  13. 120,51s
    :
    TI-83 Premium CE Edition Python
    (8 bits : eZ80 @
    48MHz
    )
  14. 196,79s
    :
    TI-83 Premium CE
    /
    TI-84 Plus CE-T
    (8 bits : eZ80 @
    48MHz
    )
  15. 260,41s
    :
    TI-82 Advanced
    /
    TI-84 Plus T
    (8 bits : z80 @
    15MHz
    )
  16. 607,91s
    :
    Casio fx-CP400+E
    (32 bits : SH4 @
    117,96MHz
    )
  17. 672,65s
    :
    Casio fx-92+ Spéciale Collège
    (8 bits : nX-U8/100 >
    1,5MHz
    - spécifications ancien modèle fx-92 Collège 2D+, non confirmées sur le nouveau)
  18. 738,75s
    :
    Lexibook GC3000FR
    (non programmable, estimation relative par comparaison des performances en tracé de graphes avec le modèle le plus proche technologiquement, la
    TI-82 Advanced
    )


La
NumWorks N0110
rafle donc ainsi la tête du classement, plus performante que la
HP Prime G2
qui ne sera donc pour sa part pas restée bien longtemps à cette place, surtout avec le retard d'une année qu'a subi sa disponibilité en France. La
NumWorks N0110
serait donc en calcul dans les
1,57
fois plus performante que la
NumWorks N0100
, et dans les
1,38
fois plus performante que la
HP Prime G2
. Des différences tellement grandes qu'elles suggèrent non pas seulement une nouvelle carte mère, mais bien l'utilisation d'un tout nouveau cœur. ;)

Voici maintenant un test un peu plus visuel, non plus purement calculatoire mais graphique, avec le script
Python
suivant retranscrit ligne à ligne dans le langage historique de chaque machine :
Code: Select all
from kandinsky import *
def mb(n,w=320,h=222):
  for x in range(w):
    for y in range(h):
      z=0
      d=3.5*x/(w-1)-2.5-2.5j*y/(h-1)+1.25j
      k=0
      while k<n and abs(z)<2:
        k=k+1
        z=z*z+d
      t=int(255*k/n)
      c=color(int(t),int(t*0.75),int(t*0.25))
      set_pixel(x,y,c)
import kandinsky
def mandelbrot(W,H,N) :
for x in range(W):
  for y in range(H):
   z=complex(0,0)
   c=complex(2.7*x/(W-1)-2.1,-(1.87*y/(H-1)-.935))
   j=0
   while j<N and abs(z)<2:
    j=j+1
    z=z*z+c
   t=255*j/N
   kandinsky.set_pixel(x,y,kandinsky.color(int(t),int(.75*t),int(.25*t)))



On note là encore que la
NumWorks N0110
(en bas à droite)
reste la calculatrice la plus performante, battant aussi bien les deux
HP Prime
que la
TI-Nspire CX II
, et de loin dans ce dernier cas. Mais on peut noter que dans le contexte de ce test, c'était déjà le cas dans une moindre mesure de la
NumWorks N0100
.




4) Mémoire de stockage et mémoire de travail Python :

Go to top

Une fois les scripts préchargés effacés, le Workshop
NumWorks
reporte un espace de stockage de
16382
octets sur la
NumWorks N0110
, comme sur la
NumWorks N0100
.

Afin d'estimer la mémoire de travail
Python
on peut utiliser le script suivant :
Code: Select all
def sizeenv():
  s=0
  import __main__
  for o in dir(__main__):
    try:s+=size(eval(o))
    except:pass
  return s
def size(o):
  s,t=0,type(o)
  if t==str:s=49+len(o)
  if str(t)=="<class 'function'>":s=136
  if t==int:
    s=24
    while o:
      s+=4
      o>>=30
  if t==list:
    s+=64
    for so in o:s+=8+size(so)
  return s
def mem(v=1,r=1):
  try:
    l=[]
    try:
      l+=[r and 793+sizeenv()]
      if v*r:print(" ",l[0])
      l+=[0]
      l+=[""]
      l[2]+="x"
      while 1:
        try:l[2]+=l[2][l[1]:]
        except:
          if l[1]<len(l[2])-1:l[1]=len(l[2])-1
          else:raise(Exception)
    except:
      if v:print("+",size(l))
      try:l[0]+=size(l)
      except:pass
      try:l[0]+=mem(v,0)
      except:pass
      return l[0]
  except:return 0

Là encore, la mémoire de travail offerte aux scripts
Python
par la
NumWorks N0110
reste sur le même ordre de grandeur que pour la
NumWorks N0100
, dans les
16 Kio
.

Si le nouveau cœur dispose de capacités mémoires accrues, ce qui est sûr c'est qu'à date l'édition
N0110
du
firmware
ne les exploite pas.




5) Mode DFU et dumping :

Go to top

On peut maintenant tenter la connectivité de la
NumWorks N0110
dans le contexte du
boot
. Mettons donc la calculatrice en mode
DFU
afin d'accéder à son
firmware
à l'aide de notre outil en ligne.

Petit changement bienvenu, le mode
DFU
ne se déclenche plus en faisant redémarrer la calculatrice
(reset)
avec une connexion
USB
. C'était en effet très embêtant dans le contexte d'une batterie à plat. En cas de batterie à plat, le démarrage de la charge correspondant à une mise sous tension la calculatrice effectuait un démarrage à froid, et déclenchait donc automatiquement le mode
DFU
(avec écran qui restait noir)
en lieu et place du fonctionnement normal. Il faut maintenant faire redémarrer la calculatrice tout en maintenant la touche
6
pour enclencher le mode
DFU
, ce qui évitera désormais les activations involontaires et déroutantes. :bj:

Le mode
DFU
avait également le défaut de ne donner aucun signe de vie puisque n'allumant pas l'écran. On ne pouvait donc pas savoir si la calculatrice était allumée ou pas sans la connecter en
USB
. Autre changement appréciable donc, le mode
DFU
signale désormais son activation via l'allumage de la diode en rouge. :)

C'est visiblement toujours un
STM32 BOOTLOADER associé
qui est détecté, on resterait donc a priori sur la même famille de puces
ASIC
(processeur 32 bits
Cortex/ARMv7
)
.

Notre outil en ligne continue à lister 4 interfaces
DFU
pour la
NumWorks N0110
, mais avec plusieurs changements dont un d'importance par rapport à la
NumWorks N100
:
  • Internal Flash
    : capacité réduite, ne faisant plus 4×16+1×64+7×128=
    1024 Kio
    mais comme sa description l'indique seulement 4×16+1×64+3×128=
    512 Kio
    désormais
  • Option Bytes
    : capacité augmentée de
    16
    à
    48
    octets
  • OTP Memory
    : capacité faisant apparemment toujours
    528
    octets, mais dont nous n'arrivons pas à récupérer le contenu à la différence des autres
  • Device Feature
    : capacité toujours de
    4 octets

La dernière version compilée du
firmware
NumWorks
dépassant les 800 Kio, il est ici strictement impossible qu'elle rentre dans la mémoire
Flash
interne de la puce
ASIC
réduite à
512 Kio
de capacité. :o

Cela voudrait-il dire que
NumWorks
a fait le choix de rajouter enfin une puce
Flash
externe, comme encouragé dès octobre 2017 par avec le challenge
NumWorks++
?

En tous cas cela y ressemblerait très fortement puisque l'image récupérée des
512 Kio
de la
Flash
interne à la puce
ASIC
ne comporte qu'une minuscule portion de code utile :
  • 9212
    octets utiles pour la version
    11.0.0
  • 8720
    octets utiles pour la version
    11.1.0
De façon évidente le
firmware
n'est plus dans la
Flash
interne de la puce
ASIC
sur
NumWorks N0110
, donc oui on va considérer qu'il y a forcément une
Flash
externe.

Nous n'avons rien noté de spécial dans les images récupérées des autres interfaces, mais pour ceux qui souhaiteraient creuser elles sont téléchargeables en fin de test.




6) Flashing firmwares et compatibilités :

Go to top

Conséquence du point précédent, le mode
DFU
ne permet apparemment plus d'accéder directement au
firmware
sur la
NumWorks N0110
, ni en lecture ni en écriture.

Les
firmwares
officiels déjà compilés pour
NumWorks N0100
que nous hébergeons font tous plus de
512 Kio
et ne rentreront donc pas dans la
Flash
interne de la puce
ASIC
de la
NumWorks N0110
.

Pour ceux qui souhaitent pouvoir installer autre chose que la dernière version du
firmware
officiel, une ancienne version du
firmware
officiel
(par exemple les versions
1.2.0
à
10.1.0
pour remettre le calcul littéral)
ou bien une version modifiée, il faudra donc trouver une autre méthode. Dommage car notre outil en ligne avait vraiment l'avantage de la simplicité.

Toutefois grâce au convertisseur en ligne de
ROMs Nintendo NES
, il est possible de produire des firmwares
NumWorks N0100
plus petits que
512 Kio
, notamment quand on fournit une petite
ROM
et fait le choix de supprimer nombre d'applications intégrées. A la différence, ces
firmwares
modifiés peuvent donc rentrer dans la
Flash
interne de
512 Kio
de la
NumWorks N0110
à laquelle nous avons accès en
DFU
. Nous avons donc testé et donc non, ces firmwares ne fonctionnent pas sur
NumWorks N0110
. L'écran reste noir et la calculatrice n'est pas détectée en
USB
, bref le firmware ne s'amorce même pas correctement, probablement à cause de différences matérielles.

Mais comment fait
NumWorks
dans ce cas-là, la possibilité de récupérer la calculatrice en
DFU
étant essentielle pour le cas où le
firmware
serait endommagé ou absent et ne s'amorcerait donc pas correctement ?

Dans le cas de la
NumWorks N0110
, le mode de récupération offert par le Workshop
NumWorks
charge et exécute dans la calculatrice une image minimaliste qui s'occupera donc à son tour de recevoir le
firmware
complet et de l'écrire dans la
Flash
externe.

Cette image est visiblement chargée en mémoire
RAM
, puisqu'elle disparaît en cas de redémarrage de la calculatrice avant toute réception de
firmware
, aussi n'avons-nous pas pu cette fois-ci te la récupérer.




7) Matériel :

Go to top

Et bien puisque tous les éléments observés dans les points précédents nous renvoient au matériel, il est grand temps de s'y plonger et de répondre ainsi aux ultimes interrogations.

On note au passage que le boîtier nous semble bien plus solide, avec des vis de plus gros calibre cachées sous les 6 patins au dos, ainsi que des clips maintenant les 2 faces solidaires.

Effectivement, on confirme bien une nouvelle carte mère plus petite s'arrêtant sous l'écran sur la
NumWorks N0110
, et dont la lumière de la diode est conduite jusqu'à la tranche supérieure via un guide.

La
NumWorks N0110
bénéficie également d'une nouvelle batterie, une
PD295572
, batterie
LiPo
(Lithium Polymère)
. Elle offre à la fois une tension inférieure,
3.7 Volts
au lieu de
3.8 Volts
, et une capacité inférieure,
1450 mAh
au lieu de
1820 mAh
.
Nous n'avons pas eu le temps de réaliser pour aujourd'hui des tests d'autonomie, mais sur ce genre de batterie sans marque il n'est pas certain que cette baisse nominale de 20% implique forcément une baisse d'autonomie de 20%, les protocoles de mesure variant fortement d'un constructeur à un autre, et par ailleurs des composants plus récents consomment généralement moins. En tout cas, la page des specs techniques indique la même durée en heure qu'avant :)

La
NumWorks N0110
nous offre également un tout nouvel écran. Plus précisément on passe de
TFT-LCD
sur
NumWorks N0100
, à du
IPS-LCD
sur
NumWorks N0110
. Cela implique entre autres un bien meilleur angle de vision, avec des couleurs désormais quasiment plus altérées lorsque l'on regarde l'écran de biais ! :bj:

Penchons-nous pour finir sur la carte.

Comme sur la
NumWorks N0100
, on note que la broche d'identification USB n'est toujours pas connectée sur la
NumWorks N0110
, ce que l'on confirme au multimètre. Il ne sera donc toujours pas possible de faire fonctionner des périphériques USB
(clavier, souris, clé, capteurs...)
.

Niveau puces, on note :
  • À l'emplacement
    U1
    , à la place de la
    STM32F412
    de la
    NumWorks N0100
    , la
    NumWorks N0110
    nous offre une .
    C'est-à-dire que l'on reste sur un coeur
    Cortex/ARMv7
    , à la différence que nous passons d'un
    Cortex-M4
    cadencé à
    100 MHz
    , à désormais un
    Cortex-M7
    cadencé à
    216 MHz
    ! :bj:
    Par contre pour la
    Flash
    interne à cette puce, oubliés les
    1 Mio
    de la
    NumWorks N0100
    , ce ne serait pas non plus du
    512 Kio
    comme supposé plus haut, mais apparemment seulement du
    64 Kio
    . Peut-être pour ça que le test de notre
    firmware
    allégé n'a pas marché, il était en effet quand même plus gros que ça.
    Niveau mémoire de travail maintenant, on reste sur du
    256 Kio
    de
    SRAM
    .
  • Et comme dans
    64 Kio
    de
    Flash
    interne il ne rentre pas grand chose, on note à l'emplacement
    U4
    une puce
    Flash
    externe, plus précisément une
    Adesto AT25SF641
    , comme par hasard l'une des deux puces utilisées pour le le challenge
    NumWorks++
    , offrant
    8 Mio
    de capacité.
    Globalement, on passe donc de
    1 Mio
    de
    Flash
    sur la
    NumWorks N0100
    à
    8,0625 Mio
    sur la
    NumWorks N0110
    ! :bj:




Conclusion :

Go to top

Après avoir chamboulé le marché avec la calculatrice graphique qui
"fait aimer les Maths"
pour la rentrée 2017, et après avoir été brièvement dépassé en performances par la
HP Prime G2
,
NumWorks
t'offre à nouveau pour la rentrée 2019 la calculatrice graphique la plus performante du marché ! :bj:

Mais ce n'est pas tout. Bouton
reset
désormais externe qui évitera de casser et laisser des mines de criterium dans sa calculatrice, nouveau couvercle qui évitera de rayer l'écran quand on le retire, plus de déclenchement automatique déroutant du mode DFU
(avec écran restant noir)
en cas de batterie déchargé... Nous ne pouvons que féliciter à nouveau
NumWorks
qui semble avoir été à l'écoute de tous les moindres retours de ses utilisateurs ! :bj:

NumWorks
avait déjà été très productif niveau mises à jour sur les années scolaires 2017-2018 et 2018-2019, pas moins de 15 mises à jour publiées soit en moyenne une toutes les 6 semaines
(contre au mieux 0 à 2 par an et par modèle chez la concurrence)
, une grande réactivité et pertinence par rapport aux actuelles évolutions des programmes scolaires dans le cadre de la réforme du lycée et du BAC.
Mais voilà avec plus de
800 Kio
pour le dernier
firmware
NumWorks N0100
, la limite de
1024 Kio
de
Flash
commençait à s'approcher dangereusement, et on aurait pu craindre des mises à jour moins fréquentes ou moins intéressantes.
A priori il n'en sera rien, avec désormais
8 Mio
de
Flash
sur la
N0110
NumWorks
vient de faire sauter la limite, nous avons hâte de voir ce que les prochaines mises à jour vont bien pouvoir donner maintenant qu'il n'y a plus à se préoccuper de la taille du
firmware
! ;)

Nous avons également hâte de voir ce que la communauté
NumWorks
va pouvoir faire de ces
8 Mio
de
Flash
. Quid de porter le moteur programmable de calcul formel
Xcas/KhiCAS
comme déjà fait pour
HP Prime
,
TI-Nspire
,
Casio Graph 35+E II
et
Graph 90+E
? ;)

Se pose par contre la question des anciennes
NumWorks N0100
, qui avec seulement
1 Mio
de
Flash
ne pourront plus un jour ou l'autre bénéficier de toutes les dernières nouveautés. Selon le le challenge
NumWorks++
, il est possible de leur rajouter la puce
Flash
externe manquante, mais cela risque de ne pas suffire pour que le Workshop
NumWorks
leur envoie un
firmware
compatible et le programme bien dans la
Flash
externe, puisque c'est donc le
workshop
ici qui détecte le type de calculatrice et choisit le
firmware
approprié. Il reste donc des outils à inventer à la communauté
NumWorks
. ;)


Téléchargements
:

-
Search
-
Featured topics
Concours TI-Planet-Casio de rentrée 2019. 3 défis pour plus d'une 15aine de calculatrices graphiques et nombre de goodies sortant de l'ordinaire ! :D
Comparaisons des meilleurs prix pour acheter sa calculatrice !
12
-
Donations / Premium
For more contests, prizes, reviews, helping us pay the server and domains...

Discover the the advantages of a donor account !
JoinRejoignez the donors and/or premium!les donateurs et/ou premium !


Partner and ad
Notre partenaire Jarrety 
-
Stats.
484 utilisateurs:
>471 invités
>9 membres
>4 robots
Record simultané (sur 6 mois):
6892 utilisateurs (le 07/06/2017)
-
Other interesting websites
Texas Instruments Education
Global | France
 (English / Français)
Banque de programmes TI
ticalc.org
 (English)
La communauté TI-82
tout82.free.fr
 (Français)