π
<-
Chat plein-écran
[^]

News 2022

News 2021
August (8)
July (28)
June (20)
May (19)
April (25)
March (15)

News 2020
August (16)
July (13)
June (17)
May (38)
April (21)
March (17)

News 2019
August (10)
July (3)
June (4)
May (11)
April (7)
March (19)
January (14)

News 2018
August (5)
July (1)
June (9)
May (10)
April (2)
March (14)
January (12)

News 2017
August (10)
July (14)
June (14)
May (11)
April (9)
March (12)
January (11)

News 2016
October (10)
August (8)
July (4)
June (8)
May (14)
April (9)
March (13)
January (11)

News 2015
October (15)
August (11)
July (4)
June (7)
May (12)
April (6)
March (11)

News 2014
August (2)
July (4)
June (2)
May (5)
April (4)
March (5)

News 2013
August (6)
July (6)
June (8)
May (14)
April (24)
March (16)
January (10)

News 2012
October (11)
August (6)
July (7)
June (8)
May (16)
April (16)
March (6)

News 2011
August (4)
July (4)
June (11)
May (5)
April (2)
March (6)

News 2010
July (1)
June (1)
May (2)
April (1)

News 2009
August (2)
April (1)

Mario | Oiram : Sky, pack de 6 niveaux aériens

New postby critor » 11 Jan 2022, 09:40

12303En janvier 2017, c'est tout un monument du jeu vidéo qui débarquait sur calculatrices
TI-83 Premium CE
et
TI-84 Plus CE
, j'ai nommé
Oiram CE
par .

Oiram CE
est un moteur de jeu
Mario-like
reprenant partiellement le
gameplay
ainsi que les
sprites
de jeu
Super Mario Bros 3
sorti en 1988 pour la console de jeu japonaise
Nintendo Famicom
puis en 1990 pour sa déclinaison internationale
Nintendo NES
.

Outre les niveaux intégrés, tu peux rajouter pléthore de packs de niveaux additionnels, et même en créer toi-même très facilement grâce à un éditeur dédié pour
Windows
ou
Mac
.

Grâce à
Oiram CE
, ta
TI-83 Premium CE
se transforme en formidable console de jeux portable. ;)

En août 2020,
Thomas Williamson
portait
Oiram CE
pour calculatrices
Casio Graph 90+E
et
fx-CG10/20/50
.

Le portage avait comme gros point fort le fait d'accepter directement d'ouvrir les fichiers de niveaux au format
.8xv
de
Texas Instruments
.

Mais la version
Casio
bénéficiait également d'avantages spécifiques, comme celui de tirer profit de la puissance supérieure du matériel pour nous offrir une hauteur d'affichage bien plus grande. Tu peux comparer toi-même, rien à voir avec le demi-écran de la
TI-83 Premium CE
: :D
1249512784

Aujourd'hui pour bien commencer l'année, nouveau
pack
de 6 niveaux par
Sky
, surnommé donc fort logiquement le
Sky's Levelpack
.

Les
Koopa
ont envahi le
château dans le ciel
, et c'est une nouvelle fois à toi de les déloger dans un nouveau
pack
de 6 niveaux. :bj:

Un
pack
conçu tout en talent et humour comme on le note aux messages très loin hors écran et ainsi invisibles pour le simple joueur, ainsi que plusieurs énormes tableaux de portraits au mur à la
Mario 64
: :favorite:

Attention,
Oiram CE
rentre dans la catégorie des programmes en langage machine dits
ASM
.

Sur
Casio
, aucun problème. :)

Mais par contre chez
Texas Instruments
, suite à un acte irresponsable d'un enseignant de Mathématiques français avec ses gesticulations aveugles dans le contexte de la réforme du lycée, le constructeur a réagi en supprimant la gestion de tels programmes depuis la mise à jour
5.5.1
.

Si tu es sur une des versions ainsi bridées, tu peux quand même jouer sans trop d'efforts. Il te faut :
  1. installer
    arTIfiCE
    pour remettre la possibilité de lancer des programmes
    ASM
  2. ensuite de préférence installer
    Cesium
    pour pouvoir lancer les programmes
    ASM
    plus facilement, ou même
    AsmHook
    pour pouvoir les lancer comme avant
  3. installer les bibliothèques
    C
    nécessaires au fonctionnement de certains jeux dont celui-ci
    (mais rien de compliqué, juste à transférer le fichier et c'est tout)


Téléchargements
:


Logiciels oral CAPES Maths 2022: suppression TI-83 + Xcas

Postby critor » 10 Jan 2022, 16:42

Aux épreuves orales du concours de recrutement des enseignants de Mathématiques
(
CAPES
)
, la forme adoptée pour l'évaluation des compétences numériques a déjà subi plusieurs évolutions techniques majeures en ce siècle.

On peut découper la chose en 3 phases :
  1. Jusqu'à la session
    2010
    incluse, les candidats souhaitant exposer leurs compétences numériques dans le cadre du sujet, le faisaient sur calculatrices graphiques. La calculatrice personnelle n'était pas autorisée, mais différents modèles de calculatrices étaient mis à disposition des candidats dans la salle de préparation, et des tablettes de rétropojection adaptées à chaque modèle étaient disponibles dans la salle du jury. Les grands constructeurs de calculatrices graphiques faisaient livrer gracieusement le matériel
    (calculatrices et tablettes)
    par camions entiers sur le site des épreuves, de façon très assidue chaque année dans le cas de
    Casio
    et
    Texas Instruments
    , de façon plus épisodique concernant
    Hewlett Packard
    .
  2. À compter de la session
    2011
    , plus de calculatrice graphique. Les candidats disposaient directement d'un ordinateur sous
    Windows
    dans la salle de préparation, avec un ensemble de logiciels préinstallés. Un ordinateur disposant du même ensemble de logiciels et connecté à un vidéoprojecteur était disponible dans la salle du jury, et les fichiers conçus par le candidat y étaient transférées par le réseau en fin de préparation.
  3. Nouveau gros changement à partir de la session
    2018
    , les candidats ne travaillent plus sous
    Windows
    mais sur
    CAPESOS
    , un système d'exploitation
    Linux
    embarqué sur clé
    USB
    , clé
    USB
    que les candidats recevaient en début de préparation et emportaient eux-mêmes dans la salle du jury.

Les modèles de calculatrices puis logiciels mis à la disposition des candidats ont varié avec les années, et sont résumés ci-contre depuis la session 2004.

Il est toutefois à noter que, dans un premier temps, les calculatrices n'ont pas disparu suite à la session
2011
. En effet les logiciels d'émulation de calculatrices des différents constructeurs ont pris le relais et étaient installés sur chaque ordinateur.

Suite à la session 2016, le site du jury s'est mis à afficher une information fort étrange à la fin de la liste des logiciels :
NB : algobox et les émulateurs de calculatrices ne seront plus proposés à partir de la session 2018


2018
c'était certes la première session à se passer sous
Linux
avec
CAPESOS
, mais ce n'était pas un obstacle technique suffisant pour expliquer cette suppression :
  • Algobox
    est un logiciel multiplateforme et est donc entre autres parfaitement disponible sous
    Linux
  • l'émulateur
    HP Prime
    est disponible pour
    Linux
  • et
    Texas Instruments
    avait déjà fourni des versions
    Linux
    de ses logiciels dans le cadre de l'
    Agrégation de Mathématiques

Non, le jury du
CAPES de Mathématiques
semblait tout simplement vouloir faire le ménage, et retirer des logiciels pour forcer les candidats à en utiliser d'autres. Pourquoi pas, nous n'avons pas à juger.

Cela n'a absolument pas été présenté en ce sens, mais après coup on peut se dire que la suppression d'
Algobox
semblait répondre à la volonté de n'offrir que
Scratch
et
Python
comme langages de programmation, conformément aux nouveaux programmes du lycée. À l'époque les modèles de calculatrices avaient également le défaut chacun de n'être programmable que dans un langage
Basic
spécifique au constructeur.

Rentrée 2017, est publiée une première version de la liste de logiciels pour la session
2018
. Elle s'accompagne à la fin d'une mention :
NB : algobox et les émulateurs de calculatrices ne sont plus proposés.


Mais fort bizarrement, le jury allait bien au-delà de ce qu'il avait annoncé dans sa purge. En effet le logiciel
TI-Nspire CAS
avait été supprimé de la liste lui aussi. Or, il ne s'agit absolument pas d'un émulateur de calculatrice, mais d'un véritable logiciel intégré de Mathématiques, issu historiquement d'une fusion du logiciel de calcul formel
Derive
et du logiciel de géométrie dynamique
Cabri
. Le seul rapport avec la calculatrice est que le logiciel permet entre autres de choisir d'afficher les documents au format calculatrice
(notamment pour prendre des captures d'écran comme sur calculatrice sans avoir à connecter cette dernière)
, et également entre autres l'enregistrement des documents dans un format pouvant etre ouvert sur calculatrice.

Par contre quand on annonce des critères et va jusqu'à se montrer extrêmement pointilleux dans leur application avec certains, faut-il encore savoir se montrer cohérent, constant et équitable.

Dans le contexte précédent quelle ne fut pas notre indignation de découvrir dès décembre 2017 une mise à jour de la liste rajoutant l'émulateur de calculatrice
NumWorks
.

La mention de fin de liste indiquant qu'il n'y avait plus d'émulateur de calcultarice avait comme par hasard été retirée lors de cet ajout. Cela empêchait certes la page de se contredire elle-même dans l'instant, mais pas de se contredire dans le temps puisque nous disposons de toutes les sauvegardes et te les lions à chaque fois.

Etait-ce tout simplement parce que la
NumWorks
était programmable en
Python
, contrairement à toutes ses concurrentes à l'époque ?

Quoi qu'il en soit, nous étions également fort surpris niveau pertinence de cet ajout. L'émulateur
NumWorks
a l'énorme défaut de ne pas retenir la saisie : tout ce que le candidat y saisit pendant son temps de préparation sera perdu lors de sa fermeture, notamment lors de l'extinction du système pour se rendre dans la salle du jury. Il n'y a aucune possibilité d'en sauvegarder ou recharger un état, et c'est même un piège pour les candidats qui ne seraient pas au courant. À quoi cet émulateur pouvait-il donc bien servir ?...

Nous comprenions parfaitement que le constructeur bride cet émulateur par rapport à la calculatrice physique, c'est totalement légitime. Sinon les élèves utiliseraient directement cet émulateur gratuit sur leur tablette/smartphone sans jamais avoir à acheter de calculatrice.

Mais maintenant que la licence
NumWorks
a changé et n'autorise plus la redistribution par des tiers du code compilé, il serait peut-être grand temps de reconsidérer la question.

Juillet 2019, une mise à jour de la liste annonce la suppression de
Xcas
pour la session 2020.

C'est fort étrange, une fois de plus.
Xcas
est un logiciel de mathématiques intégré par , enseignant-chercheur à l'Université de Grenoble, comportant entre bien d'autres choses un moteur de calcul formel, et programmable dans une syntaxe
Python
.

Des éditions sont de plus disponibles pour différents modèles de calculatrices , permettant ainsi de réunir les utilisateurs devant une interface unique et des fonctionnalités haut de gamme communes, peu importe le prix d'achat de leur machine. :bj:

À la rigueur pourrait-on reprocher à
Xcas
de n'être pas véritablement programmable en
Python
mais juste dans une syntaxe proche du
Python
. Le code
Python
devait être adapté dans nombre de cas. Mais ce serait ici encore une application bien extrême des règles que nous supposons... avec certains.

Xcas
fut finalement réintégré à la liste dès la session
2020
suite aux protestations.

Sessions
2018
,
2019
et
2020
donc, l'émulateur
NumWorks
est ainsi le seul émulateur de calculatrice graphique utilisable par les candidats aux épreuves orales du
CAPES de Mathématiques
.

Nous doutons que beaucoup de candidats aient fait appel à cet émulateur lors de leur oral suite au gros problème évoqué plus haut, les derniers rapports du jury ne faisant d'ailleurs strictement aucune mention au sujet de cet outil.

Par contre il n'en offrait pas moins une mise en avant exclusive de la seule calculatrice
NumWorks
auprès des futurs enseignants.

Nous étions tout heureux suite à cela de t'annoncer enfin le retour de l'émulateur
TI-83
pour la session
2021
après 4 ans d'absence,
Texas Instruments
en ayant en effet développé une version compatible
Linux
acceptée dans la liste, cette fois-ci dans son édition couleur
TI-83 Premium CE
.

Un gros avantage par rapport à l'émulateur
NumWorks
était ici la possibilité sur demande de sauvegarder et recharger l'état de l'émulateur !
Toutefois petit problème, ce logiciel n'émulait que l'ancien modèle
TI-83 Premium CE
, et pas la nouvelle
TI-83 Premium CE Edition Python
.

Cet émulateur n'était donc pas programmable en
Python
mais uniquement dans le langage
Basic
propriétaire de
Texas Instruments
, critère qui semblait avoir suffi à exclure bien d'autres logiciels avant lui.

Et nous y sommes, la liste des logiciels offerts lors des épreuves orales du
CAPES de Mathématiques
vient d'être mise à jour pour la session
2022
. Au menu, une nouvelle purge :
  • Geogebra
  • LibreOffice
  • émulateur
    NumWorks
  • Python
    (bibliothèques
    matplotlib
    ,
    numpy
    et
    scipy
    )
    via
    Pyzo
  • Scratch
  • émulateur TI-83 Premium CE
  • Xcas
  • Jupyter
Une nouvelle fois, le jury du
CAPES de Mathématiques
annonce la suppression de
Xcas
, alors que ce logiciel est presque programmable en
Python
. Décidément, ils y tiennent dur comme fer.

Ou bien le but serait-il d'empêcher les candidats d'avoir accès à un moteur de calcul formel ? Dans ce cas, nous signalons que pour être cohérent, il faudrait également supprimer
Geogebra
qui en intègre un, même si à la différence ce n'est pas mis en avant dans le nom du logiciel.

Et également, nous apprenons avec stupeur la disparition pour la session
2022
de l'émulateur
TI-83 Premium CE
, et ce alors que l'émulateur
NumWorks
est pour sa part conservé.

Est-ce parce que ce premier n'est pas programmable en
Python
?

Malgré des membres de jury de plus en plus compétents dans le domaine numérique, l'offre logicielle au
CAPES de Mathématiques
est en plein effondrement. Plus que 5 éléments quand elle a pu en compter jusqu'à 13, on peut la résumer à la suite bureautique,
Geogebra
, et pour la programmation
Scratch
ou
Python
selon le niveau sur lequel le candidat est interrogé, à croire qu'il n'existe qu'une seule bonne façon de faire du numérique en Mathématiques.

Le jury n'a bien évidemment absolument pas à se justifier et nul doute qu'il agit pour le plus grand bien des futurs enseignants et de leurs futurs élèves, mais il n'empêche que la logique selon laquelle les logiciels rentrent et sortent de la liste nous est totalement inaccessible, et qu'en l'absence d'explication logique la seule alternative pour l'observateur extérieur est le pire.

Source
:
https://capes-math.org/index.php?id=epreuves-orales

Menus BBC micro:bit français v2.1 pour TI-83 Premium CE

New postby critor » 04 Jan 2022, 15:31

12212Depuis des années maintenant,
Texas Instruments
réalise de gros efforts pour rendre la programmation de ses calculatrices accessible à tous et toutes. Le constructeur a prêté une attention toute particulière aux plus jeunes et non initiés, souhaitant leur permettre de créer tous les projets imaginables sans avoir à se concentrer sur des difficultés annexes. :)

Nous pouvions déjà citer l'interface , le robot pilotable , la grille programmable ou encore l'adaptateur
TI-SensorLink
pour capteurs analogiques
Vernier
.
Tous ces éléments ont de plus l'avantage d'être utilisables directement avec le langage
Python
des calculatrices concernées, faisant de l'écosystème
Texas Instruments
le seul
Python
connecté ! :bj:

Un superbe support pour les enseignements scientifiques au lycée surtout maintenant que tous partagent le même langage de programmation, notamment en
SNT
, spécialité
NSI
,
SI
et
Physique-Chimie
, avec le gros avantage de la mobilité. En effet, les programmes produits et données collectées restent présents dans la calculatrice apportée par chaque élève à chaque cours, ce qui allège la charge logistique de l'enseignant. Données et algorithmes pourront donc être traités / travaillés à la prochaine séance, en devoir à la maison ou même de façon transdisciplinaire en collaboration avec un autre enseignant ! :D

129591295812957Et depuis la rentrée 2020 dernière grande révolution en date, plus besoin de t'équiper en
TI-Innovator
pour bénéficier de ces formidables avantages. En effet, la
TI-83 Premium CE Edition Python
française s'est vu rajouter la gestion du nanoordinateur programmable en
Python
dont tu étais peut-être déjà équipé·e ! :bj:

La carte
micro:bit
est initialement un projet lancé par la
BBC
(
B
ritish
B
roadcasting
C
orporation)
, le groupe audiovisuel public britannique, accompagné de nombre de partenaires dont
ARM
,
Microsoft
et
Samsung
. Elle fut distribuée gratuitement à un million d'élèves britanniques de 11 et 12 ans.

Le nom rend hommage au précédent succès du groupe dans ce domaine, le microordinateur à vocation pédagogique
BBC Micro
des années 1980, l'équivalent britannique de par son adoption à nos microordinateurs
Thomson MO5
et
TO7
inondant écoles, collèges et lycées à la fin de cette décennie dans le cadre du plan
IPT
(
I
nformatique
P
our
T
ous)
.
12277Les cartes
micro:bit
utilisent un connecteur
micro-USB
et ta calculatrice un
mini-USB
.

Pour relier les deux une solution est d'adjoindre un adaptateur
mini-USB
.

1296512964Pour moins d'encombrement, tu as aussi la solution d'utiliser un câble direct, au choix :
  • USB micro-B
    mâle ↔
    USB mini-A
    mâle
  • USB micro-B
    mâle ↔
    USB mini-B OTG
    mâle

1296212961La carte
micro:bit
dans ses versions 1 est programmable en
Python
et présentait initialement les caractéristiques et capacités suivantes :
  • processeur
    32 bits ARM Cortex-M0
    cadencé à
    16 MHz
  • mémoire de stockage
    Flash
    d'une capacité de
    256 Kio
  • mémoire de travail
    RAM
    d'une capacité de
    16 Kio
    permettant un
    heap (tas)
    Python
    de
    10,048 Ko
  • un afficheur, grille programmable de 5×5= 25 diodes rouges adressables, bien adapté pour l'affichage de motifs éventuellement animés ou encore de texte défilant
  • nombre de capteurs intégrés :
    • capteur de luminosité
      (lié aux diodes)
    • capteur de température
      (sur le processeur)
    • 2 boutons poussoirs
      A
      et
      B
      programmables de part et d'autre, comme sur les premières manettes et consoles de jeux portables de chez
      Nintendo
    • accéléromètre 3D, permettant de détecter les variations d'accélération et par conséquence diverses actions : secouer, pencher, chute libre, ...
    • boussole magnétique 3D, pour détecter cette fois-ci les champs magnétiques
  • connectivité
    Bluetooth 4.0
    basse énergie 2,4 GHz maître/esclave

134501296113451Depuis début 2021 est disponible la nouvelle carte
micro:bit v2
.

Elle utilise un tout nouveau microcontrôleur, le
nRF52833
, toujours de chez
Nordic Semiconductor
. Cette fois-ci nous avons des spécifications qui devraient nous permettre de respirer :
  • processeur
    32 bits ARM Cortex-M0
    cadencé à
    64 MHz
    au lieu de
    16 MHz
    soit 4 fois plus rapide ! :bj:
  • mémoire de stockage
    Flash
    d'une capacité de
    512 Kio
    au lieu de
    256 Kio
    soit 2 fois plus grande ! :bj:
  • mémoire de travail
    RAM
    d'une capacité de
    128 Kio
    au lieu de
    16 Kio
    soit 8 fois plus grande, permettant un
    heap (tas)
    Python
    de
    64,512 Ko
    ! :bj:

Elle apporte sur cette même face plusieurs nouveautés ou changements :
  • ajout d'un haut-parleur
  • ajout d'un microphone MEMs
  • bouton poussoir qui ne sert plus seulement à la réinitialisation
    (reset)
    , mais permet désormais également d'éteindre la carte
    (appui long)
    et de la rallumer
    (appui court)
  • l'antenne
    Bluetooth
    qui devient compatible
    BLE Bluetooth 5.0
    , contre seulement
    4.0
    auparavant
1344912962D'autres nouveautés ou changements sont également présents sur l'autre face :
  • ajout d'une diode DEL indiquant l'état du microphone
  • ajout d'un bouton tactile sur le logo
    micro:bit
    , voici pourquoi il perd sa couleur au profit de contacts métalliques

13453Expliquons brièvement la composition de la solution de connectivité
BBC micro:bit
de
Texas Instruments
, ainsi que son fonctionnement.

Le solution se compose d'une part d'un fichier
TI-Runtime
unique à copier sur la carte
micro:bit
v1
ou
v2
et qui lui permet d'être pilotée par la calculatrice. La bonne installation du fichier est aisément vérifiable, puisque faisant afficher à la carte le logo
Texas Instruments
.

La solution a un principe de fonctionnement très simple, mais non moins ingénieux pour autant. La carte
micro:bit
étant justement programmable en
Python
, une fois le
TI-Runtime
installé elle se met alors à écouter les commandes
Python
envoyées depuis la calculatrice et à les exécuter.

Depuis ta calculatrice, tu peux envoyer n'importe quelle commande
Python
à ta carte
micro:bit
et profiter pleinement de ses capacités grâce à la fonction
ti_hub.send()
, à condition d'encadrer la commande des bons caractères de contrôle. Voici une fonction
mb_run()
en ce sens :

14956
Code: Select all
from ti_hub import *

def mb_run(code):
  send('\x05') # enter paste mode (Ctrl-E)
  send(code)
  send('\x04') # exit paste mode (Ctrl-D)

Pour afficher par exemple
Pac-Man
, il te suffit d'appeler mb_run("display.show(Image.PACMAN)"), conformément à la documentation du .

Toutefois en pratique dans le contexte scolaire, cette façon de faire n'était pas idéale. Elle rajoutait un niveau d'imbrication : tu devais produire du code
Python
qui lui-même devait construire le code
Python
à envoyer et exécuter par la carte
micro:bit
, une marche sans doute un peu haute pour bien des élèves débutants.


Et bien justement,
Texas Instruments
est loin de s'être arrêté là. Sa solution de connectivité comporte également des bibliothèques
Python
additionnelles à charger sur ta calculatrice, au choix en Français ou Anglais, et rajoutant alors des menus permettant de faire appel plus simplement aux éléments correspondants sur la carte
micro:bit
. 9 bibliothèques étaient initialement disponibles, facilitant ainsi l'utilisation de certaines bibliothèques du :
  • microbit
    (générale, permet d'accéder aux menus des autres bibliothèques)
  • mb_butns
    (boutons
    A
    et
    B
    intégrés - importée/accessible via le menu
    Buttons
    ou
    Boutons
    )
  • mb_disp
    (afficheur à 5×5=25 LEDs rouges intégré - importée/accessible via le menu
    Display
    ou
    Affichage
    )
  • mb_grove
    (capteurs et actionneurs
    Grove
    à rajouter - importée/accessible via le menu
    Grove
    )
  • mb_music
    (haut-parleur à rajouter sur
    micro:bit v1
    ou intégré sur
    micro:bit v2
    - importée/accessible via le menu
    Music
    ou
    Musique
    )
  • mb_neopx
    (rubans de LEDs programmables à rajouter - importée/accessible via le menu
    NeoPixel
    )
  • mb_pins
    (contacts programmables intégrés - importée/accessible via le menu
    Input/output pins
    ou
    Broches entrée/sortie
    )
  • mb_radio
    (communication radio intégrée - importée/accessible via le menu
    Radio
    )
  • mb_sensr
    (capteurs intégrés : boussole, accéléromètre, température - importée/accessible via le menu
    Sensors
    ou
    Capteurs
    )

La mise à jour
2.4
du
TI-Runtime
avait rajouté la compatibilité avec la nouvelle carte
micro:bit v2
, mais hélas rien concernant ses nouvelles capacités.

On pouvait juste noter que le code écrit avec la bibliothèque
mb_music
et ciblant donc initialement un haut-parleur externe connecté sur
micro:bit v1
, marchait sans le moindre changement directement avec le haut-parleur interne de la
micro:bit v2
.

Mais mis à part cela, tous les autres nouveaux éléments de la
micro:bit v2
t'étaient inaccessibles, du moins via les menus de la calculatrice.

Il y a quelques semaines,
Texas Instruments
nous sortait une mise à jour majeure de sa solution de connectivité
micro:bit
pour
TI-83 Premium CE Edition Python
,
TI-84 Plus CE-T Python Edition
et
TI-84 Plus CE Python
, en double version
1.0
et
2.1
.

La publication comprenait les éléments suivants :
  • TI-Runtime 2.1.0
    pour les
    micro:bit v2
  • TI-Runtime 1.0.0
    pour les
    micro:bit v1
  • menus anglais
    2.1.0
    avec une
    micro:bit v2
  • menus anglais
    1.0.0
    avec une
    micro:bit v1
    (menus allégés ne comprenant pas les éléments spécifiques aux
    micro:bit v2
    )

Aujourd'hui
Texas Instruments
commence enfin à diffuser une version française de ces nouveaux menus. Découvrons donc les nouveautés par rapport aux menus français précédents.








A) Eléments et versions

Go to top

Texas Instruments
a donc fait le choix de scinder sa solution de connectivité
micro:bit
en deux. En effet à compter d'aujourd'hui tu devras choisir entre 2 packs de fichiers différents selon la carte
micro:bit
que tu utilises :
  • un pack avec des fichiers en version
    1
    pour une
    micro:bit v1
  • un pack avec des fichiers en version
    2
    pour une
    micro:bit v2
La numérotation est donc sans lien logique avec les versions déjà diffusées.

Les packs français d'aujourd'hui comportent les éléments suivants :
  • TI-Runtime 1.0.0
    pour les
    micro:bit v1
  • TI-Runtime 2.0.0
    pour les
    micro:bit v2
    (oui, version bizarrement inférieure à celle du pack anglais)
  • menus français
    2.1.0
    avec une
    micro:bit v2
Contrairement aux packs anglais, ici donc pas de menus allégés si tu utilises une
micro:bit v1
. Peut-être s'agit-il d'une erreur de publication, en fait les fichiers de menus du pack spécifique à la
micro:bit v1
sont bizarrement identiques à ceux du pack pour
microl:bit v2
. Mais ce n'est pas bien grave, tu peux quand même les utiliser dans tous les cas, il te suffira juste d'ignorer les menus concernant des spécificités de la
micro:bit v2
.
Attention, les nouvelles nouvelles bibliothèques
Python
ne fonctionneront pas correctement avec les cartes
micro:bit
munies d'une ancienne version du
TI-Runtime
.

Dans ce cas tu obtiendras une erreur de connexion dès l'importation de la bibliothèque.

Chose très pénible avec les bibliothèques
microbit
des versions précédentes pour ta calculatrice, elles n'étaient pas par défaut au menu.

Elles n'étaient présentes au menu que lorsque tu éditais un script contenant une ligne les important, par exemple from microbit import *. Et donc pour un nouveau script, tu devrais saisir cette ligne intégralement à la main, caractère par caractère, au clavier de ta calculatrice, opération très fastidieuse... :mj:

Et bien excellente chose, les nouvelles bibliothèques codées par
TI
ont cette fois-ci été converties en fichiers pour ta calculatrice avec le tout dernier
py2appvar 1.2.1
, et peuvent ainsi être reconnues en tant que bibliothèques complémentaires par la dernière version
5.7
de l'application
Python
de ta calculatrice
(nécessitant elle-même la mise à jour système
5.7
)
.

C'est justement le cas de la bibliothèque
micropython
. À partir de la liste des bibliothèques intégrées, l'onglet de bas d'écran
Compl.
lié à la touche
F4
te permet de saisir le from microbit import * d'une seule touche pour activer le menu
microbit
! :bj:




B) Nouveautés toutes BBC micro:bit

Go to top

Commençons par les nouveautés communes à toutes les cartes
micro:bit
.

Le menu disponible suite à l'importation de la bibliothèque
microbit
fait apparaître non plus 8 mais 11 bibliothèques, dont 9 utilisables à la fois avec les
micro:bit v1
et
v2
.

La nouveauté est
Enregistrement de données
à la bibliothèque
mb_log
.

Il y a également une autre nouvelle bibliothèque. Le choix
Music
(Musique)
importe désormais non seulement la bibliothèque
mb_music
, mais également une nouvelle bibliothèque
mb_notes
.

Nouveauté également au menu, un nouvel onglet
Commands
(
Commandes
)
.

Il nous permet d'avoir directement sous la main différentes méthodes bien utiles en provenance d'autres bibliothèques :
  • sleep()
    pour patienter
    (
    builtins
    )
  • escape()
    pour attendre l'appui sur la touche
    annul
    ou
    clear
    (
    ti_system
    )
  • disp_clr()
    pour effacer l'écran
    (
    ti_system
    )
  • store_list()
    pour enregistrer une liste de nombres dans l'environnement de la calculatrice
    (
    ti_system
    )
  • et bizarrement
    temperature()
temperature() était jusqu'à présent fourni par la bibliothèque
mb_sensr
dédié à l'interrogation des capteurs intégrés à la
micro:bit
, et c'est ainsi curieux qu'il se retrouve tout seul ici. Mais c'est un capteur à part, puisque c'est le seul qui n'effectue par une mesure externe mais interne. En effet ce n'est pas la température de l'environnement qu'il retourne, mais la températeur du processeur de la
micro:bit
.

Nous regarderons les nouvelles bibliothèques plus loin, commençons pour le moment par les changements apportés aux bibliothèques par rapport à la version précédente.








B1) Changements mb_disp

Go to top

Le choix
Affichage
permet d'importer la bibliothèque
mb_disp
et activer son menu. Cette bibliothèque te permet de contrôler facilement la grille de diodes adressables.

Tu pouvais au choix :
  • afficher des images prédéfinies
  • créer tes propres images à afficher au format
    micro:bit
  • contrôler individuellement chaque pixel
12970Pour afficher par exemple
Pac-man
, le menu te permettait de construire facilement l'appel display.show("Image.PACMAN").

35 noms d'images prédéfinies pouvaient être saisis très facilement grâce à l'onglet
Images


Toutefois la carte
micro:bit
connaît bien davantage d'images que ça. Il nous manquait :
  • 12 images d'horloge
    CLOCK
  • 8 images de flèches
    ARROW
  • BUTTERFLY
    ,
    STICKFIGURE
    ,
    GHOST
    ,
    SWORD
    ,
    GIRAFFE
    ,
    SKULL
    ,
    UMBRELLA
    et
    SNAKE

13176Pourquoi ?
Texas Instruments
limite volontairement à 36 le nombre d'éléments dans les menus, afin qu'ils soient tous accessibles via un raccourci clavier à 1 touche. Or, nous ne disposons que de 10 chiffres et 26 lettres.

Tu pouvais parfaitement utiliser les images non listées au menu, mais il te fallait en connaître le nom et le saisir manuellement.

Pour afficher le papillon par exemple, tu devais donc saisir ou corriger ta saisie en display.show("Image.BUTTERFLY").
Nouveauté donc,
Texas Instruments
nous déplace la commande permettant de créer tes propres images de l'onglet
Images
vers l'onglet
Display
(Affichage)
.

À la place,
Texas Instruments
te rajoute un 36ème nom d'image prédéfinie dans l'onglet
Images
, justement le
BUTTEFLY
(papillon)
! :bj:

Code: Select all
from microbit import *
from mb_disp import *

boat = Image("05050:""05050:""05050:""99999:""09990")

spin1 = Image("00900:""00900:""00900:""00900:""00900")
spin2 = Image("00090:""00000:""00900:""00000:""09000")
spin3 = Image("00009:""00090:""00900:""09000:""90000")
spin4 = Image("00000:""00009:""00900:""90000:""00000")
spin5 = Image("00000:""00000:""99999:""00000:""00000")
spin6 = Image("00000:""90000:""00900:""00009:""00000")
spin7 = Image("90000:""09000:""00900:""00090:""00009")
spin8 = Image("09000:""00000:""00900:""00000:""00090")
spinner=[spin1,spin2,spin3,spin4,spin5,spin6,spin7,spin8]

flash = [Image().invert(i) for i in range(9, -1, -1)]

disp_clr()
print("Display and Image Test")
print("display.clr")
display.clear()
print("display.show('Image.HEART, delay = 3000, wait = True')")
display.show("Image.HEART",delay=3000, wait = True)
print("display.show(1.4142)")
display.show(1.4142)
print("brightness =",display.read_light_level())
print("display.scroll('Fast as a Fox', delay = 50)")
display.scroll("Fast as a Fox",delay=50,wait=True)
print("display.scroll('Slow as Molasses', delay = 200)")
display.scroll("Slow as Molasses",delay=200,wait=True)
print("display.set_pixel(x,y,i)")
display.set_pixel(1,0,9)
display.set_pixel(3,0,9)
display.set_pixel(0,1,9)
display.set_pixel(2,1,9)
display.set_pixel(4,1,9)
display.set_pixel(1,2,9)
display.set_pixel(3,2,9)
display.set_pixel(0,3,9)
display.set_pixel(2,3,9)
display.set_pixel(4,3,9)
display.set_pixel(1,4,9)
display.set_pixel(3,4,9)
sleep(2000)
print ("display.show(boat, delay = 3000)")
display.show(boat,delay=3000)
print ("display.show(spinner, delay = 50)")
for i in range(5):
  display.show(spinner,delay=50)
print ("display.show(flash, delay = 100)")
for i in range (5):
  display.show(flash, delay=100)




B2) Changements mb_grove

Go to top

Le choix
Grove
est renommé
Grove Devices
. Il permet toujours d'importer les bibliothèques
mb_grove
et
mb_pins
, et d'activer leurs menus respectifs :
grove
et
broches entrée/sortie
.

Nous nous concentrerons ici sur la seule bibliothèque
mb_grove
. Elle permet pour sa part de contrôler des capteurs et actionneurs
Grove
connectés à ta carte
micro:bit
.

Son menu subit ici une régression par rapport à la version précédente : les broches
pin14
et
pin15
y sont faussement intitulées
pin16
, bien que la saisie reste correcte.

C'est pourtant un bug que nous avions déjà signalé sur une version anglaise précédente, et qui avait été corrigé.

Puisque le bug revient à l'identique, il faut croire que
Texas Instruments
maintient en parallèle différentes branches des fichiers source, et s'est ici mélangé...

Dans l'onglet
Sortie
, nous remarquons la disparition du commentaire indiquant que le besoin d'une alimentation externe.

Code: Select all
from microbit import *
from mb_grove import *
from mb_pins import *

disp_clr()

while not escape():
  T = grove.read_temperature(pin0)
  print("Temperature = %.1f\u00b0C"%round(T,1))
  p = 50
  print("Pump On at %.1f"%round(p,1)+"% power")
  grove.power(pin8,p)
  sleep(2000)
  p = 0
  print("Pump On at %.1f"%round(p,1)+" % power")
  grove.power(pin8,p)
  disp_clr()
grove.power(pin8,0)




B3) Changements mb_neopx

Go to top

Le choix
NeoPixel
est renommé
NeoPixel et Couleur
. Il permet d'importer la bibliothèque
mb_neopx
et d'activer son menu.

Cette bibliothèque permet de piloter les rubans de diodes adressables à connecter à ta carte
micro:bit
.

On peut noter justement l'ajout au menu d'un nouvel onglet
Color
, histoire que tu aies directement sous la main de quoi manipuler les couleurs.

Regardons dans l'onglet
setup
, désormais correctement traduit en
Configuration
. Nous remarquons la disparition du commentaire indiquant que le rubans ont besoin d'une alimentation externe.

Nous notons également la disparition de l'onglets
pins
, le renommage de l'onglet
setup
en
Configuration
semblant ne plus laisser suffisamment de place pour cet onglet.
Code: Select all
from microbit import *
from mb_neopx import *
from random import *

np = NeoPixel(pin0, 16)

while not escape():
  for id in range(len(np)):
    red = randint(0,255)
    green =randint(0,255)
    blue =randint(0,255)
    np[id]=(red, green, blue)
    np.show()
    sleep(100)
np.clear()




B4) Changements mb_pins

Go to top

Le choix
Broches entrée/sortie
permet d'importer la bibliothèque
mb_pins
et d'activer son menu.

Cette bibliothèque permet de contrôler les broches programmables de ta carte
micro:bit
, aussi bien en entrée qu'en sortie, et aussi bien en analogique qu'en digital.

Regardons dans l'onglet
pins
maintenant correctement traduit en
Broches
. Nous notons l'ajout de nouvelles broches au menu :
  • pin13
  • pin_speaker
Code: Select all
from microbit import *
from mb_pins import *

while not escape():
  disp_clr()
  print("Analog/Digital Input")
  print("digital0.read =",pin0.read_digital())
  print("digital1.read =",pin1.read_digital())
  print("digital2.read =",pin2.read_digital())
 
  print("analog0.read =",pin0.read_analog())
  print("analog1.read =",pin1.read_analog())
  print("analog2.read =",pin2.read_analog())
 
  sleep(3000)
  disp_clr()
  print("Analog/Digital Output Test")
  print("digital0.write(1)",pin0.write_digital(1))
  sleep(1000)
  print("digital0.write(0)",pin0.write_digital(0))
  sleep(1000) 
  print("digital1.write(1)",pin1.write_digital(1))
  sleep(1000)
  print("digital1.write(0)",pin1.write_digital(0))
  sleep(1000)
  print("digital2.write(1)",pin2.write_digital(1))
  sleep(1000)
  print("digital2.write(0)",pin2.write_digital(0))
  sleep(1000)
  print("analog0.write(50)",pin0.write_analog(50))
  sleep(1000)
  print("analog0.write(0)",pin0.write_analog(0))
  sleep(1000)
  print("analog1.write(50)",pin1.write_analog(50))
  sleep(1000)
  print("analog1.write(0)",pin1.write_analog(0))
  sleep(1000)
  print("analog2.write(50)",pin2.write_analog(50))
  sleep(1000)
  print("analog2.write(0)",pin2.write_analog(0))
  sleep (1000)




B5) Changements mb_sensr

Go to top

Le choix
capteurs
est renommé
Capteurs et gestes
. Il permet d'importer la bibliothèque
mb_sensr
et d'activer son menu, affiché par erreur en tant que
capteurs et estes
(sic)
.

Cette bibliothèque permet d'interroger les capteurs intégrés à ta carte
micro:bit
.

L'onglet
tempé
disparaît, mais à la place un nouvel onglet
Geste
nous permet enfin d'interroger directement et facilement les accéléromètre et boussole de la carte au sujet de différents types de mouvements : :bj:

7 types de mouvements/positions sont ici directement au menu :
  • up
  • down
  • left
  • right
  • face up
  • face down
  • shake

D'autres mouvements sont également reconnues pas la carte
micro:bit
, et tu devras ici corriger les saisies au clavier alphabétique pour y accéder :
  • freefall
  • 3g
  • 6g
  • 8g

Voici par exemple de quoi interroger et afficher les mouvements en boucle :
Code: Select all
from microbit import *
from mb_sensr import *

while not escape():
  print(accelerometer.current_gesture())
  #print(accelerometer.is_gesture('face up'))
  #print(accelerometer.was_gesture("face down"))


Nous perdons l'onglet
tempé
. Ce n'est pas grave, puisque nous avons vu plus haut que l'appel temperature() était désormais directement disponible au menu de la bibliothèque
microbit
. Et comme déjà dit, c'est peut-être plus logique ainsi, puisque le capteur de température de la
micro:bit
est lié au processeur, effectuant donc contrairement à tous les autres une mesure interne et non une mesure de l'environnement.

Mais que bien que n'étant plus mis en avant au menu, remarquons que
Texas Instruments
a pris le soin de laisser l'appel mb_sensr.temperature() fonctionnel. Ceci garantit ainsi malgré le changement la compatibilité avec les scripts déjà produits ! :bj:




B6) Nouveau mb_log

Go to top

Le choix
Enregistrement de données
permet d'importer la bibliothèque
mb_log
et d'activer son menu.

Cette bibliothèque permet de représenter en direct sous la forme d'un diagramme en ligne brisée, les valeurs retournées par le capteur
micro:bit
de ton choix, ou plus généralement par n'importe quel appel
Python
.

Voici de suite un exemple interrogeant et traçant en boucle la composante
X
de l'accéléromètre :
Code: Select all
from microbit import *
from mb_log import *
from mb_sensr import *

data_log.set_duration(10)
data_log.set_sensor('accelerometer.get_x()')
data_log.set_range(-1200,1200)
data_log.start()




B7) Nouveau mb_notes

Go to top

Le choix
Music
(
Musique
)
permet d'importer les bibliothèques
mb_music
et également désormais
mb_notes
, et d'activer leurs menus respectifs :
music
(
musique
)
et
notes
.

Nous nous concentrerons ici sur la nouveauté : la bibliothèque
mb_notes
. Elle permet d'accélérer la saisie de notes au format
micro:bit
, pour tes mélodies à jour avec la bibliothèque
mb_music
. La saisie clavier te sera ainsi beaucoup plus aisée et rapide ! :bj:

Les 7 notes de la gamme ainsi que le silence te sont directement accessibles sur les octaves n°1 à 6
(la
micro:bit
reconnaissant les octaves n°0 à 8)
, avec par défaut une durée de 4.

Rappelons que notre outil en ligne te permet de convertir tes mélodies au format
MIDI
en scripts
Python
à jouer avec ta calculatrice sur
micro:bit
ou
TI-Innovator Hub
.
Code: Select all
from microbit import *
from mb_music import *

notes = ['c4:1', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5','c4', 'd', 'a', 'd5', 'f5', 'a4', 'd5', 'f5', 'c4', 'd', 'a', 'd5', 'f5', 'a4', 'd5', 'f5','b3', 'd4', 'g', 'd5', 'f5', 'g4', 'd5', 'f5', 'b3', 'd4', 'g', 'd5', 'f5', 'g4', 'd5', 'f5','c4', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5','c4', 'e', 'a', 'e5', 'a5', 'a4', 'e5', 'a5', 'c4', 'e', 'a', 'e5', 'a5', 'a4', 'e5', 'a5','c4', 'd', 'f#', 'a', 'd5', 'f#4', 'a', 'd5', 'c4', 'd', 'f#', 'a', 'd5', 'f#4', 'a', 'd5','b3', 'd4', 'g', 'd5', 'g5', 'g4', 'd5', 'g5', 'b3', 'd4', 'g', 'd5', 'g5', 'g4', 'd5', 'g5','b3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5', 'b3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5','a3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5', 'a3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5','d3', 'a', 'd4', 'f#', 'c5', 'd4', 'f#', 'c5', 'd3', 'a', 'd4', 'f#', 'c5']

disp_clr()
print("Music and Tone Test")

print("music.play('A4:8')")
music.play('A4:8')

print("music.set_tempo(4,120)")
music.set_tempo(4,120)

print("music.play(music.ODE)")
music.play('music.ODE', wait=True)

print("music.set_tempo(8,360)")
music.set_tempo(8,360)

print("music.play(music.ODE)")
music.play('music.ODE', wait=True)

print("music.pitch(261,1000,wait=True)")
music.pitch(261,1000,wait=True)

print("Play an octave")
for i in range (13):
  note = int(440*2**(i/12))
  print('note = ',note)
  music.pitch(note,500,wait=True)

print("music.set_tempo(4,200)")
music.set_tempo(4,200)

print("music.play(notes)")
music.play(notes, wait=True)

music.set_tempo(4,120)
print("music.play('music.POWER_DOWN')")
music.play('music.POWER_DOWN')




C) Nouveautés BBC micro:bit v2

Go to top

Nous arrivons enfin aux nouveautés concernant la carte
micro:bit v2
.

2 choix supplémentaires spécifiques sont ici au menu de la bibliothèque
microbit
:
Audio
et
Microphone
.

Nous les regarderons bien évidemment plus loin, mais commençons pour le moment par les ajouts apportés aux bibliothèques déjà existantes.








C1) Ajouts mb_butns

Go to top

Le choix
Boutons
est renommé ici
Boutons et Logo
. Il permet d'importer la bibliothèques
mb_butns
et d'activer son menu.

Cette bibliothèque se spécialise dans l'interrogation des boutons présents sur la carte
micro:bit
:
  • bouton
    A
  • bouton
    B
  • et justement, spécificité de la
    micro:bit v2
    , bouton tactile sur le logo de la carte

Nous avons donc ici un onglet supplémentaire dédié au bouton tactile.
Code: Select all
from microbit import *
from mb_butns import *

while not escape():
  disp_clr()
  print ("Buttons A and B Test")
  print("A.is_pressed",button_a.is_pressed())
  print("A.was_pressed",button_a.was_pressed())
  print("A.get_presses",button_a.get_presses())
  print("B.is_pressed",button_b.is_pressed())
  print("B.was_pressed",button_b.was_pressed())
  print("b.get_presses",button_b.get_presses())
  print("pin_logo.is_touched",pin_logo.is_touched())
  sleep(2000)




C2) Ajouts mb_grove

Go to top

Le choix
Grove Devices
permet toujours d'importer les bibliothèques
mb_grove
et
mb_pins
, et d'activer leurs menus respectifs :
grove
et
broches entrée/sortie
.

Nous nous concentrerons ici sur la seule bibliothèque
mb_grove
. Elle permet pour sa part de contrôler des capteurs et actionneurs
Grove
connectés à ta carte
micro:bit
.

Une fonction additionnelle
read_bme280()
nous permet ici de récupérer d'un seul coup les 3 mesures retournées par un capteur
BME280
, capteur
Grove
de pression barométrique, température et humidité.




C3) Ajouts mb_music

Go to top

Le choix
Musique
permet toujours d'importer les bibliothèques
mb_music
et
mb_notes
, et d'activer leurs menus respectifs :
musique
et
notes
.

Nous nous concentrerons sur la bibliothèque
mb_music
. Elle permet de jouer des notes et donc par extension mélodies, sur le haut parleur directement intégré à la carte
micro:bit v2
.

Spécificité donc ici de la
micro:bit v2
, nous avons ici au menu une nouvelle fonction
set_volume()
permettant de régler le volume de la sortie audio sur une valeur allant de 0 à 255.
Code: Select all
from microbit import *
from mb_music import *

notes = ['c4:1', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5','c4', 'd', 'a', 'd5', 'f5', 'a4', 'd5', 'f5', 'c4', 'd', 'a', 'd5', 'f5', 'a4', 'd5', 'f5','b3', 'd4', 'g', 'd5', 'f5', 'g4', 'd5', 'f5', 'b3', 'd4', 'g', 'd5', 'f5', 'g4', 'd5', 'f5','c4', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e5', 'g4', 'c5', 'e5','c4', 'e', 'a', 'e5', 'a5', 'a4', 'e5', 'a5', 'c4', 'e', 'a', 'e5', 'a5', 'a4', 'e5', 'a5','c4', 'd', 'f#', 'a', 'd5', 'f#4', 'a', 'd5', 'c4', 'd', 'f#', 'a', 'd5', 'f#4', 'a', 'd5','b3', 'd4', 'g', 'd5', 'g5', 'g4', 'd5', 'g5', 'b3', 'd4', 'g', 'd5', 'g5', 'g4', 'd5', 'g5','b3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5', 'b3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5','a3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5', 'a3', 'c4', 'e', 'g', 'c5', 'e4', 'g', 'c5','d3', 'a', 'd4', 'f#', 'c5', 'd4', 'f#', 'c5', 'd3', 'a', 'd4', 'f#', 'c5', 'd4', 'f#', 'c5','g3', 'b', 'd4', 'g']

disp_clr()
print("Music and Tone Test")

print("music.play('A4:8')")
music.play('A4:8')

print("music.set_tempo(4,120)")
music.set_tempo(4,120)

print("music.play(music.ODE)")
music.play('music.ODE', wait=True)

print("music.set_tempo(8,360)")
music.set_tempo(8,360)

print("music.play(music.ODE)")
music.play('music.ODE', wait=True)

print("music.pitch(261,1000,wait=True)")
music.pitch(261,1000,wait=True)

print("Play an octave")
for i in range (13):
  note = int(440*2**(i/12))
  print('note = ',note)
  music.pitch(note,500,wait=True)

print("music.set_tempo(4,200)")
music.set_tempo(4,200)

print("music.play(notes)")
music.play(notes, wait=True)

print("Testing volume")

for n in range (0,250,25):
  music.set_volume(n)
  print (n)
  music.pitch(440,500,wait=True)
for n in range (250,0,-25):
  music.set_volume(n)
  print (n)
  music.pitch(440,500,wait=True)

music.set_volume(255)
music.set_tempo(4,120)
print("music.play('music.POWER_DOWN')")
music.play('music.POWER_DOWN')




C4) Nouveau mb_audio

Go to top

Le choix
Audio
permet d'importer la nouvelle bibliothèque
mb_audio
et d'activer son menu.

Cette bibliothèque te permet d'exploiter les nouvelles possibilités de synthèse sonore de la carte
micro:bit v2
. En effet cette dernière peut gère bien davantage que de simples notes, tu peux lui faire produire des effets sonores ou même la faire parler.

L'onglet
Sons
te donne accès à 10 effets sonores prédéfinis.
Code: Select all
from microbit import *
from mb_audio import *

disp_clr()
print("GIGGLE")
audio.play("Sound.GIGGLE",wait=True,)
sleep(1000)

print("HAPPY")
audio.play("Sound.HAPPY",wait=True,)
sleep(1000)

print("HELLO")
audio.play("Sound.HELLO",wait=True,)
sleep(1000)

print("MYSTERIOUS")
audio.play("Sound.MYSTERIOUS",wait=True,)
sleep(1000)

print("SAD")
audio.play("Sound.SAD",wait=True,)
sleep(1000)

print("SLIDE")
audio.play("Sound.SLIDE",wait=True,)
sleep(1000)

print("SOARING")
audio.play("Sound.SOARING",wait=True,)
sleep(1000)

print("SPRING")
audio.play("Sound.SPRING",wait=True,)
sleep(1000)

print("TWINKLE")
audio.play("Sound.TWINKLE",wait=True,)
sleep(1000)

print("YAWN")
audio.play("Sound.YAWN",wait=True,)
sleep(1000)




C5) Nouveau mb_mic

Go to top

Enfin, le choix
Microphone
permet d'importer la nouvelle bibliothèque
mb_micro
et d'activer son menu.

Cette bibliothèque te permet d'accéder au microphone intégré à la carte
micro:bit v2
.


Code: Select all
from microbit import *
from mb_mic import *

microphone.set_threshold(SoundEvent.LOUD,200)
while not escape():
  print(microphone.sound_level())
  print(microphone.current_event())
 
  print(microphone.is_event(SoundEvent.LOUD))
  print(microphone.was_event(SoundEvent.LOUD))




D) Téléchargements

Go to top

  • TI-Runtime
    :
    • 2.1.0
      pour
      BBC microbit v2
    • 2.0.0
      pour
      BBC microbit v2
    • 1.0.0
      pour
      BBC microbit v1
  • bibliothèques
    Python
    complémentaires :
    • 2.1.0 Français
      pour
      TI-83 Premium CE Edition Python
      ,
      TI-84 Plus CE-T Python Edition
      ou
      TI-84 Plus CE Python
      avec
      BBC microbit v1/v2
    • 2.1.0 English
      pour
      TI-83 Premium CE Edition Python
      ,
      TI-84 Plus CE-T Python Edition
      ou
      TI-84 Plus CE Python
      avec
      BBC microbit v2
    • 1.0.0 English
      pour
      TI-83 Premium CE Edition Python
      ,
      TI-84 Plus CE-T Python Edition
      ou
      TI-84 Plus CE Python
      avec
      BBC microbit v1
    • 2.34
      Français
      English
      pour
      TI-Nspire CX II
      avec
      BBC microbit v1/v2

Source
:
https://resources.t3france.fr/t3france?resource_id=3086

Découverte matériel TI-82 Advanced révision B

New postby critor » 03 Jan 2022, 12:24

46234626Pour la rentrée 2015 sortait la , l'entrée de gamme monochrome par
Texas Instruments
dans le contexte de la réforme du mode examen tout juste annoncée.

La carte électronique avait pour référence
SG82F-10-1
.

Le matériel de ce modèle d'entrée de gamme reprenait celui de l'ancien modèle de milieu de gamme
TI-84 Plus
:
  • écran monochrome
    96×32
    pixels
  • processeur
    z80
    cadencé à
    15 MHz
    (ou
    6 MHz
    pour le mode de compatibilité
    TI-83 Plus
    )
  • mémoire
    RAM
    de
    48 Kio
    de capacité
  • mémoire
    Flash
    de
    1 Mio
    de capacité, dont
    480 Kio
    d'espace de stockage
La seule différence concerne le port de communication
mini-Jack 2.5mm
historique qui disparaît ici, son circuit étant réutilisé pour la diode examen.


15067Or,
Texas Instruments
effectue régulièrement des révisions du matériel de ses calculatrices. Cela permet de s'adapter à la disponibilité des composants électroniques, de réduire les coûts de fabrication, et parfois même d'améliorer les performances ou capacités.

Nous avions omis de t'en parler, mais les
TI-82 Advanced
assemblées à partir de
Juin 2017
ont bénéficier d'une première révision du matériel, la révision
A
.

La référence de la carte change et surtout se complexifie, devenant
SG82F/T-14
. Il s'agit en fait d'une référence hybride. En effet afin d'optimiser les coûts de production,
Texas Instruments
a eu l'idée de mutualiser la chaîne de production de la carte pour 2 modèles différents à diode examen :
  • la
    TI-82 Advanced
    pour la France, basée sur le matériel
    TI-84 Plus
  • la
    TI-84 Plus T
    pour les Pays-Bas, basée sur le matériel
    TI-84 Plus Silver Edition

Les cartes bifurquent ainsi en aval de la chaîne :
  • TI-82 Advanced
    : on soude sur la carte une puce
    Flash
    de
    1 Mio
    , et alors on barre le
    T
    pour donner
    SG82F-14
  • TI-84 Plus T
    : on soude sur la carte une puce
    Flash
    de
    2 Mio
    , et alors on barre le
    F
    pour donner
    SG82T-14
Rappelons au passage que les examens néerlandais utilisent une liste officielle de modèles autorisés mise à jour chaque année, et qu'il a déjà été annoncé que la
TI-84 Plus T
en serait retirée après la session d'examens 2022. La production de ce modèle a donc peut-être déjà cessé.

Au-delà de ce changement de référence, on note :
  • un changement du format des 2 gros condensateurs, qui deviennent plus compacts et peuvent ainsi être soudés sans avoir besoin d'être couchés
  • un changement du format de l'oscillateur quartz
    X02D
    , qui devient également beaucoup plus compact
  • des modifications sur le circuit du contrôleur écran qui amènent nombre de petits composants à bouger

15068Ce week-end nous permettait de découvrir l'existence d'une nouvelle révision matérielle
B
, concernant les
TI-82 Advanced
assemblées depuis
Juillet 2018
.

La révision
B
utilise à nouveau une nouvelle carte électronique de référence hybride
SG82F/T-15
.

Rien de gros cette fois-ci, mais on note une fois encore une fois des changements de circuits :
  • des modifications sur le circuit du port
    mini-USB
    qui amènent plusieurs composants à bouger
  • des modifications sur le circuit d'alimentation amenant ici encore plusieurs composants à bouger
  • des modifications sur le circuit de la diode examen, amenant plusieurs composants à changer d'orientation

Voilà, les modifications sont cette fois-ci moins flagrantes, mais peut-être bien plus majeures car générales.

Crédits images
:


Nouvel emballage carton (2021) TI-82 Advanced + révision B

New postby critor » 01 Jan 2022, 14:06

14115Comme nous te l'avons déjà annoncé pour cette année scolaire 2021-2022, l'ensemble de la gamme
Texas Instruments
passe progressivement aux emballages carton. Fini les emballages historiques à coque blister rigide très difficiles à ouvrir proprement, quasiment impossibles à réutiliser une fois ouverts, pénibles et encombrants à ranger, et n'ayant donc dans la plupart des cas que la poubelle comme seule destination possible après ouverture ! :bj:

À ce sujet nous t'avons déjà présenté les nouveaux emballages :
1399414124

1412014117Pour cette année 2021-2022 tu peux donc encore te retrouver en rayon avec un même modèle de calculatrice à la fois sous emballage carton et blister, exactement au même prix puisque utilisant le même code barre.

Rappelons que pour les
TI-83 Premium CE Edition Python
il est dans ton intérêt de choisir l'emballage carton, et pas seulement pour l'écologie et la planète.

Choisir le tout nouvel emballage carton c'est certes également la garantie d'avoir une machine assemblée ces derniers mois, alors qu'un emballage
blister
peut avoir traîné dans le stock de ton magasin pendant des années.

Mais surtout, grande nouveauté de la rentrée 2021, pour le même prix le nouvel emballage carton a l'avantage exclusif d'intégrer également le logiciel d'émulation sous la forme d'une licence d'utilisation de 3 ans, ce qui n'est pas le cas des anciens emballages
blister
. :#non#:

150611506015059Aujourd'hui, vient enfin de nous trouver et acheter une
TI-82 Advanced
sous le nouvel emballage carton.
On peut voir sur sa tranche qu'il est daté du 2 février 2021.

Comme les autres nouveaux emballages carton français du constructeur, il est très sobre sur sa face avant.

C'est au dos que les fonctionnalités sont mises en avant : mode examen, calcul exact sur les fractions, application
PolySimult
pour la recherche des racines de polynômes et la résolution de systèmes d'équations linéaires, ...

C'est l'occasion pour nous de récupérer une
TI-82 Advanced
parmi les plus récentes, et de découvrir qu'il s'est passé des choses.

Sortie pour la rentrée 2015, la
TI-82 Advanced
avait bénéficié d'une révision matérielle
A
pour les machines assemblées à partir de
Juin 2017
.

Ici grâce au timbre à date au dos de la calculatrice, nous notons que cette machine assemblée en
Juillet 2018
présente à son tour une nouvelle révision matérielle
B
inconnue jusqu'à ce jour.

Reste encore à la démonter pour peut-être découvrir ce que
Texas Insruments
a bien pu changer. À bientôt... ;)

Crédits images
:
TI-82 Advanced
-
Adriweb

Découverte TI-XX, prototype TI-83 avec ROM 0.01013

New postby critor » 01 Jan 2022, 11:13

Pour la rentrée
1990
,
Texas Instruments
démarrait sa formidable odyssée dans le monde des calculatrices graphiques avec son tout premier modèle , muni d'un processeur
Zilog z80
8 bits et dépourvu d'un port de communication.

Ce modèle était programmable dans une première version de ce qu'on appelle aujourd'hui le langage
TI-Basic
. Les premiers fans
Texas Instruments
furent rapidement confrontés aux limites de ce langage. D'une part il s'agit d'un langage interprété, c'est-à-dire que les lignes sont lues une par une à l'exécution et alors seulement traduites en instructions machine pour exécution. Un langage donc assez lent, peu adapté aux jeux notamment. D'autre part tu étais limité(e) aux seules instructions prévues par
Texas Instruments
, à l'époque peu nombreuses. Pas de gestion des chaînes de caractères, matrices ou images, et bien qu'il y ait eu des progrès c'est encore assez rudimentaire sur ces dernières aujourd'hui.


Pour la rentrée
1992
,
Texas Instruments
récidive avec la , munie d'un langage similaire étendu avec les matrices, et cette fois-ci d'un port de communication, dans la version normale de la calculatrice. Mais
Texas Instruments
allait ici avoir quelques surprises...

Car en
novembre 1994
, et sont entrés dans l'histoire en tant que pionniers avec . Premier
shell
assembleur pour la
TI-85
,
ZShell
est un outil qui permettait :
  1. de programmer en langage assembleur
    z80
    sur ton ordinateur
  2. de compiler le code en question en langage machine
    TI-85
  3. d'encapsuler le code machine obtenu dans un format de variable transférable sur
    TI-85
    , ici des chaînes de caractères
  4. et enfin d'exécuter les variables en question une fois transférées sur la
    TI-85
Sur calculatrice, l'installation de
ZShell
exploitait une faille dans une fonctionnalité officielle, la possibilité de transférer et recevoir des
backups (sauvegardes)
, et donc de réécrire intégralement le contenu de la mémoire
RAM
avec tout ce que l'on voulait. Un fichier
backup
tout spécialement trafiqué était ainsi fourni pour l'installation de
ZShell
sur calculatrice. Ce fut pour la communauté
Texas Instruments
alors naissante une formidable révolution. Des dizaines de programmes codés en assembleur sont sortis en quelques mois pour
ZShell
et d'autres
shells
s'en inspirant. De formidables jeux, des outils révolutionnaires à l'époque
(affichage d'images, sortie son sur le port série mini-Jack 2.5 de la calculatrice, ...)
.
ZShell
aura, pour un temps, contribué à changer la face du monde.

La sort pour la rentrée
1995
avec cette fois-ci un processeur
Motorola 68k
16 bits, un modèle alors révolutionnaire avec le calcul formel issu du logiciel
Derive
, ainsi qu'une application de géométrie dynamique. Le langage de programmation toujours appelé
TI-Basic
n'avait rien à voir avec les précédents, étant cette fois-ci construit autour de la définition et l'appel de fonctions. Il n'en restait toutefois pas moins un langage interprété avec donc les mêmes défauts de vitesse et dans une moindre mesure de puissance.

10 Novembre 1995
soit à peine quelques semaines après la disponibilité du modèle, apporte sa pierre à l'édifice avec , un
shell
assembleur pour la
TI-92
, exploitant la même famille de failles avec le transfert d'un fichier
backup
trafiqué. La communauté s'empressa de s'engouffrer dans les possibilités inédites offertes ainsi par le contrôle total de ce processeur très supérieur.

La était entre temps sortie pour la rentrée
1993
, bien évidemment à l'époque sans support assembleur officiel pour sa part.
Cette lacune ne sera partiellement comblée que bien plus tard le
7 août 1997
, par et qui sortent , le premier
shell
assembleur pour
TI-82
, toujours la même méthode s'appuyant sur le transfert d'un fichier
backup
trafiqué. Toutefois ce dernier avait le défaut de ne pas offrir de
relocation
mémoire, et c'est en fait un autre shell que l'histoire retiendra, du
26 août 1997
par et .

Niveau matériel,
Texas Instruments
introduisait avec les premières
TI-82
une architecture à 4 puces, ce qui témoignait déjà d'une bien meilleure intégration que sur les
TI-81
et
TI-85
précédentes :
  • Toshiba
    T84C00AM-8
    : processeur
    8 bits
    z80
    cadencé à
    6 MHz
  • Sharp LH531ARH
    ou
    Macronix MX J9533
    : mémoire
    ROM
    de
    128 Kio
    de capacité
  • Suwa Seikosha / Sharp
    SRM20256
    ou
    SRM2A256
    : mémoire
    RAM
    de
    32 Kio
    de capacité
  • Toshiba
    TC14L010AF
    : ASIC



On avance à la rentrée
1996
,
Texas Instruments
sort la , dont le système d'exploitation sera réutilisé après mise à jour pour les futurs modèles d'entrée de gamme reprenant la technologie matérielle de cette machine :
TI-82 STATS
(2004)
,
TI-82 Stats.fr
(2006)
et
TI-76.fr
(2009)
.
Chez
Texas Instruments
, l'un des ingénieurs derrière l'écriture de ce système d'exploitation, , fut particulièrement impressionné par le formidable travail communautaire déjà effectué donc autour de l'assembleur des
TI-85
et
TI-92
, et défendit l'idée d'intégrer un moyen d'exécuter du code assembleur pour les utilisateurs les plus passionnées et exigeants. Le projet fut a priori validé mais dans un premier temps à de simples fins de test : la
TI-83
et ses modèles dérivés dissimulent une instruction initialement secrète pour exécuter des programmes contenant du code assembleur, Send(9prgm.... Oui, c'est l'instruction de transfert de fichier qui n'a en apparence rien à voir qui servait via un paramètre spécial à exécuter un programme assembleur, digne d'un
easter egg (œuf de Pâques)
. Les programmes assembleur étaient donc cette fois-ci facilement utilisables par tout-le-monde puisque la fonctionnalité n'avait pas à être installée via des manipulations plus ou moins complexes. La communauté entra en véritable ébullition et battit rapidement en quantité l'exploit
TI-85
précédent :


La rumeur dit que
Pat Milheron
aurait ajouté l'instruction Send(9prgm... secrète dans le dos de
Texas Instruments
, sans que l'entreprise soit au courant ni ait donné son accord, et aurait été licencié pour cela. Nous ignorons si c'est vrai, par absence de sources publiques à croiser.


Niveau matériel, on reste sur l'architecture à 4 puces introduite avec la
TI-82
précédente :
  • Toshiba
    T84C00AM-8
    : processeur
    8 bits
    z80
    cadencé à
    6 MHz
  • Atmel
    AT27C020
    : mémoire
    ROM
    de
    256 Kio
    de capacité
  • Suwa Seikosha / Sharp
    SRM2A256
    : mémoire
    RAM
    de
    32 Kio
    de capacité
  • Toshiba
    TC14L010AF
    : ASIC
Les toutes premières
TI-83
de production assemblées pour la rentrée 1996 à compter de Mars 1996, étaient munies d'une carte mère de référence
9T883MB-30D
, carte qui continua à être utilisée jusqu'en Juin 1996 avec la révision matérielle F.

La
ROM
incluait donc un logiciel que l'on ne pouvait pas mettre à jour, et dont on pouvait consulter la version via la combinaison de touches
MODE
ALPHA
LN
. À partir donc de ce lancement, les versions du logiciel programmé en usine ont été successivement :
  • 1.0200
  • 1.0300
  • 1.0400
  • 1.0500
  • 1.0600
  • 1.07000
  • 1.08000
  • 1.10
  • 1.10001
    (commune
    TI-83
    et premières
    TI-82 STATS
    )
  • 1.11
    (
    TI-82 STATS
    uniquement)
  • 1.11fr7
    (
    TI-82 Stats.fr
    uniquement)
  • 1.00fr5
    (
    TI-76.fr
    uniquement)

Et bien grande nouvelle,
LogicalJoe
vient de trouver et s'acheter un prototype de
TI-83
, estampillé de façon non finale
TI-XX
. Pas de numéro de série au dos. Contrairement à d'autres modèles les prototypes de
TI-83
sont extrêmement rares, nous ne t'en avions jamais présenté jusqu'à présent.

Le numéro de version logiciel consultable via
MODE
ALPHA
LN
est
0.01013
, inférieur donc à tout ce que nous avons connu jusqu'à présent.

Un prototype d'un intérêt historique exceptionnel, car selon
LogicalJoe
l'instruction Send(9prgm... n'y fonctionne pas. Cela signifie soit que
Pat Milheron
ne l'avait pas encore codée, soit qu'il avait travaillé sur une branche distincte pour la coder et l'a injectée au tout dernier moment juste avant la mise en production de masse.
L'inconvénient, c'est que sans support des programmes assembleur, la sauvegarde de cette version
ROM
va être nettement plus compliquée.

Matériellement, la référence de la carte mère est légèrement inférieure à ce que nous connaissions :
9T883MB-30C
. Sinon, nous sommes sans surprise sur l'architecture à 4 puces attendue pour quelque chose d'intermédiaire entre les
TI-82
et
TI-83
:
  • Toshiba
    T84C00AM-8
    : processeur
    8 bits
    z80
    cadencé à
    6 MHz
  • Atmel
    AT27C020
    : mémoire
    ROM
    de
    256 Kio
    de capacité
  • Suwa Seikosha / Sharp
    SRM2A256
    : mémoire
    RAM
    de
    32 Kio
    de capacité
  • Toshiba
    TC14L010AF
    : ASIC
Petite remarque toutefois par rapport à l'ASIC, en-dessous de sa référence se trouve un numéro qui est semble croissant en fonction du temps, et avait toujours été suffixé d'un
EAI
sur les modèles de production présentés jusqu'à présent. Ici surprise, il est suffixé d'un
-ES
, peut-être pour
Engineering Sample
.

Crédits images
:


-
Search
-
Social
-
Featured topics
Concours de dessin de Noël 2021 Jusqu'au 31 janvier 2022 inclus par Casio. Dessine ta liste au Père Noël sur calculatrice/émulateur Graph 90/35+E II en Python ou fx-92+ Spéciale Collège. Ouvert aux élèves et enseignants, classement séparé. À gagner 2 consoles Nintendo Switch pour les élèves, 2 trottinettes électriques pour les enseignants, 10 calculatrices Graph 90/35+E II au choix, 72 montres Casio G-Shock ou Vintage. Pas de perdant, goodies Casio pour tous les autres !
Coque NumWorks édition limitée Janvier 2022 à gagner.
Comparaisons des meilleurs prix pour acheter sa calculatrice !
123
-
Donations / Premium
For more contests, prizes, reviews, helping us pay the server and domains...
Donate
Discover the the advantages of a donor account !
JoinRejoignez the donors and/or premium!les donateurs et/ou premium !


Partner and ad
Notre partenaire Jarrety Calculatrices à acheter chez Calcuso
-
Stats.
557 utilisateurs:
>544 invités
>7 membres
>6 robots
Record simultané (sur 6 mois):
6892 utilisateurs (le 07/06/2017)

-
Other interesting websites
Texas Instruments Education
Global | France
 (English / Français)
Banque de programmes TI
ticalc.org
 (English)
La communauté TI-82
tout82.free.fr
 (Français)