π
<-
Chat plein-écran
[^]

Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Python

Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Python

Unread postby Admin » 09 Jul 2022, 12:40

15827Début juin
NumWorks
a lancé le bêta-test public de sa future mise à jour
19
de rentrée 2022 avec la version
19.0.0
datée du
2 juin
, alors uniquement pour les modèles
N0110
ainsi que les testeurs du futur modèle
N0120
.

Nous avions depuis eu droit à deux nouvelles versions :
  • la
    19.1.0
    datée du
    17 juin
    pour
    N0110
    et
    N0120
  • la
    19.1.1
    datée du
    20 juin
    pour
    N0100
Un ajout était donc le support du modèle historique
N0100
, remplacé par la
N0110
depuis la rentrée 2019.

Ce
7 juillet
voici enfin la sortie de la version stable
19.2.0
mais pour les seules
N0110
et
N0120
. L'ancien modèle
N0100
reste pour le moment avec la version bêta.

Découvrons ou redécouvrons-en ensemble les nouveautés.


Mais avant cela, parlons
N0100
. Cet ancien modèle sorti pour la rentrée 2017 ne dispose que de
1 Mio
de mémoire
Flash
, et le
firmware
officiel
Epsilon
est bien évidemment devenu de plus en plus gros avec tous ses ajouts ces dernières années. Cela rendait l'intégration des ajouts apportés par les dernières mises à jour de plus en plus difficile.

NumWorks
avait dû ruser lors des dernières mises à jour, par exemple en supprimant toutes les langues autres que le Français et l'Anglais lors de la mise à jour
17.0.0
dès
novembre 2021
.

Mais plus on gagne de la place et plus il devient difficile d'en gagner davantage. La dernière version
18.2.0
de
mars 2022
par exemple nécessitait
1015,584 Kio
soit
99,17%
de la mémoire
Flash
de la machine.

Un problème fort complexe de sélection au kilooctet près des fonctionnalités que l'on décide de compiler ou pas qui explique justement le retard de cette version bêta pour
N0100
, et sans doute l'absence de version finale stable à ce jour.

Cette fois-ci hélas pas de miracle, faute de place pour la première fois la
N0100
ne bénéficie pas de l'intégralité des nouveautés d'
Epsilon 19
. Nous te préciserons le cas échéant ci-après.

La version
19.1.1
ainsi dépouillée de plusieurs des grandes nouveautés d'
Epsilon 19
nécessite
1015,938 Kio
, soit
99,21%
de la mémoire
Flash
.

Le modèle
N0100
nous semble donc maintenant en fin de vie : il ne pourra pas
(ou juste très peu)
recevoir de nouvelles fonctionnalités, sauf à supprimer d'autres fonctionnalités jugées moins importantes pour faire de la place. Ou alors, une solution serait que
NumWorks
permette à l'utilisateur de sélectionner lui-même les fonctionnalités à installer ou pas lors d'une tentative de mise à jour. Mais le temps de développement nécessaire spécifiquement pour cet ancien modèle en voie de disparition en vaudrait-il vraiment la peine ?...

15532Egalement, avertissement d'importance si tu es muni(e) d'une calculatrice
N0110
et as installé les dernières versions des
firmwares
tiers , ou intégrant un
bootloader
.

Les
bootloaders
tiers en question étaient conçus pour te permettre d'installer et basculer entre 2
firmwares
, idéalement le
firmware
tiers concerné et une copie récente du
firmware
officiel
Epsilon
comme illustré ci-contre, ce qui marchait parfaitement avec toutes les versions d'
Epsilon
conçues pour s'amorcer sur un
bootloader
, c'est-à-dire jusque-là les versions
16
à
18
.

15819Sans surprise, cela ne fonctionne soudainement plus avec
Epsilon 19
. Il est certes toujours possible d'installer
Epsilon 19
sur les
bootloaders
tiers précédents avec le raccourci dédié
reset+
4
mais le problème vient après :
Epsilon 19
refusera de s'amorcer sur ces
bootloaders
tiers et selon le cas :
  • te donnera un écran noir
    (cas des bootloaders
    Omega
    et
    Phi
    )
    , avec le gros inconvénient de faire passer la machine pour éteinte alors que ce n'est pas le cas et donc de vider ta batterie.
  • redémarrera sur l'écran d'erreur du
    bootloader
    (cas du bootloader
    Upsilon
    )

14500Il semble en effet que la mise à jour
Epsilon 19
intègre également une nouvelle version du
bootloader
officiel qui :
  • d'après des membres de la communauté
    Omega/Upsilon
    qui ont regardé de près change des choses dans le contexte de l'amorçage, notamment des horloges/fréquences, ce qui peut expliquer le plantage avec les
    bootloaders
    tiers
  • et d'après nos propres tests ne permet plus d'installer/amorcer les anciennes version d'
    Epsilon
    disposant de la faille permettant de déverrouiller sa machine

Pour pouvoir installer et tester
Epsilon 19
sur ta machine, tu dois donc autoriser la réécriture du
bootloader
en effectuant la mise à jour dans le contexte du raccourci
reset+
6
.

C'est-à-dire que tu reverrouilles ta machine et perds ainsi à ce jour définitivement la liberté d'utiliser , et .


Sommaire
:





Mais avant d'entrer dans le détail, commençons pour une fois par l'écran d'accueil, présentant la liste des applications officielles au nombre de 9.

Rappelons que l'écran de la
NumWorks
n'est pas tactile. Pour lancer une application il fallait donc commencer par la sélectionner avec les touches du pavé directionnel, manipulation répétitive et longue qui n'était pas la plus agréable de la machine, avant de valider.

Les
firmwares
tiers
Omega
,
Upsilon
et
Khi
avaient pour leur part introduit des raccourcis permettant de lancer directement n'importe laquelle des 12 application intégrées, applications justement affichées en premier.

Les applications étant affichées sur 3 colonnes, les raccourcis utilisaient de façon fort intuitive le pavé numérique avec de haut en bas aussi bien sur le clavier qu'à l'écran :
  • shift
    7
    ,
    shift
    8
    ,
    shift
    9
    pour les 3 applications de la 1ère ligne
  • shift
    4
    ,
    shift
    5
    ,
    shift
    6
    pour les 3 applications de la 2ème ligne
  • shift
    1
    ,
    shift
    2
    ,
    shift
    3
    pour les 3 applications de la 3ème ligne
  • shift
    0
    ,
    shift
    .
    ,
    shift
    ×10^x
    pour les 3 applications de la 4ème ligne

Une amélioration jusqu'ici jamais reprise par le
firmware
officiel
Epsilon
.

Et bien nous y sommes, avec cette version
19
Epsilon
rajoute enfin des raccourcis pour sélectionner et lancer rapidement n'importe laquelle des 9 applications officielles.

Ces raccourcis utilisent ici encore les touches numériques. Ils sont toutefois nettement plus agréables que les précédents, n'utilisant chacun qu'une seule touche. Et pour valider le lancement de l'application une fois sélectionnée même pas besoin de changer de touche, il suffit de taper une deuxième fois la même touche numérique !

Par contre, l'ordre de numérotation choisi est le sens naturel de lecture, totalement différent du choix précédent donc :
  • 1
    ,
    2
    ,
    3
    pour les 3 applications de la 1ère ligne
  • 4
    ,
    5
    ,
    6
    pour les 3 applications de la 2ème ligne
  • 7
    ,
    8
    ,
    9
    pour les 3 applications de la 3ème ligne
C'est regrettable car nous trouvons ce choix absolument pas intuitif, obligeant à un décompte mental lors de tes premières tentatives avant de peut-être à terme retenir tout ou partie des raccourcis par cœur.

Certes, l'on pourra nous objecter que c'est également le choix effectué par
Casio
pour ses modèles
Graph 35+E II
et
Graph 90+E
.

Mais grosse différence, avec
Casio
ces raccourcis non naturels sont clairement indiqués sur l'icône de chaque application.




A1) Transversal : boîte à outils et saisie
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Plusieurs nouveautés sont transversales à l'ensemble des applications bénéficiant d'une intégration à l'environnement
Epsilon
, c'est-à-dire à ce jour toutes à l'exception de l'application
Python
. Cela concerne la saisie ainsi que la boîte à outils accessible via la touche dédiée.

Voici ici dans un premier temps les changements et ajouts communs à l'ensemble des modèles.

Niveau saisie il y a des changements sur l'ensemble des modèles, dont plusieurs qui nous laissent perplexes.

Jusqu'à présent comme chez la concurrence, on distinguait sur la
NumWorks
:
  • la variable
    i
    saisie via le modificateur
    alpha
    du nombre complexe
    i
    saisi via sa touche dédiée
    i
  • la variable
    e
    saisie via le modificateur
    alpha
    du nombre
    e
    saisi via sa touche dédiée
    e^x
Impossible de les confondre visuellement.

Et pourtant malgré cela c'est fini, désormais peu importe la façon dont tu saisis les lettres
e
et
i
, si en minuscules elles seront toujours interprétées comme les nombres mathématiques.

C'est un changement fort curieux dont nous n'arrivons pas à voir l'intérêt. Cela fait que nous perdons définitivement 2 noms de variables usuels pour stocker des résultats. Dans un contexte purement mathématique l'utilisateur disposait des touches dédiées
i
et
e^x
pour une saisie immédiate de ces nombres, nous ne comprenons pas l'intérêt à aller embêter les utilisateurs qui faisaient le choix plus long de passer par la touche
alpha
exprès afin d'utiliser des variables. Cela fait maintenant plusieurs combinaisons de touches possibles pour saisir les mêmes nombres
e
et
i
au clavier, et donc des doublons...

Accessoirement, cela semble condamner un peu plus un éventuel retour un jour du formidable moteur de calcul littéral supprimé avec la mise à jour
11.2
si plusieurs lettres sont désormais inutilisables en tant que variables.

Effet de bord, les opérateurs de sommation et produit qui utilisaient jusqu'ici par défaut la variable
i
comme itérateur, sont obligés d'en changer pour
k
.

Si il s'agissait de faciliter la vie de l'utilisateur, et bien nous trouvons justement que c'est raté.
i
est en effet très courant en tant qu'itérateur dans ce contexte, et l'impossibilité désormais de le choisir forcera l'utilisateur à s'embêter à transformer l'expression sommée ou multipliée en conséquence, on espère sans erreurs...

Du changement niveau multiplications implicites.

Par exemple la saisie xln(5) est maintenant interprétée en x×ln(5).

Mais cela va beaucoup plus loin que ça. En fait lors de toute saisie ininterrompue d'une suite de lettres, la
NumWorks
regarde désormais en mémoire les sous-suites de lettres en commençant par les plus longues correspondant à des variables déjà affectées, et interprète la saisie en conséquence en rajoutant les multiplications éventuelles.

Ici c'est mieux dans le sens où cela n'interdit pas de noms de variables, dans le sens où c'est toujours interprété intelligemment en fonction du contexte.

Par contre, cette façon de priviléger les variables déjà affectées nous semble une nouvelle fois entrer en conflit avec un éventuel retour un jour du moteur de calcul littéral.

La réutilisation de la dernière réponse dans la saisie d'une expression était possible via la touche
Ans
qui saisissait ans.

Cette saisie est maintenant modifiée en Ans de façon plus cohérente avec les instructions du clavier.
Justement lorsque tu commençais une saisie par un opérateur infixé, par exemple +, × ou /, la calculatrice comprenait que tu souhaitais faire intervenir le dernier résultat en tant que première opérande, et préfixait donc automatiquement ta saisie d'un ans.

Par contre ce n'était pas le cas lorsque tu commençait une saisie par -, car là il y avait ambiguité. Il pouvait s'agir :
  • soit effectivement de l'opérateur infixé de soustraction comme dans 2-7
  • soit de l'opérateur unaire préfixé de signe, comme dans -5
Jusqu'ici, la machine interprétait systématiquement toute saisie commençant par - comme opérateur de signe, et si ce n'était pas la signification que tu avais en tête tu devais donc taper toi-même
Ans
avant.

Et bien maintenant tu as le choix. Si tu démarres une saisie en commençant par quelque chose que tu veux être l'opérateur infixé de soustraction, c'est désormais possible : il te suffira de taper
-
-
pour voir ta saisie préfixée de Ans. Une nouvelle fois pas de changement de touche, c'est fort bien pensé !

Contrairement à l'ensemble de la concurrence, jusqu'à présent la
NumWorks
ne gérait pas d'objet de type liste. Tu avais bien les délimiteurs {} au clavier depuis le lancement à la rentrée 2017, mais en dehors de l'application
Python
ils ne servaient strictement à rien.

Les seules choses pouvant être qualifiées de listes que tu avais étaient les colonnes des tableaux de données des applications
Statistiques
et
Régressions
.

Mais d'une part ce n'était pas une gestion complète de listes dans le sens où tu ne pouvais pas faire tout ce que tu voulais avec ces listes, uniquement les manipulations orientées permises par les applications en question. D'autre part, ces listes ne pouvaient être exploitées par les autres applications, un gros défaut d'intégration.

Et bien grande nouvelle,
Epsilon 19
apporte enfin une gestion transversale des objets de type liste !

La touche
var
te permettra de retrouver et exploiter l'ensemble des listes présentes en mémoire, peu importe l'application où elles ont été définies. Tu y trouveras donc aussi bien tes affectations de l'application
Calculs
que tes remplissages de colonnes des applications
Statistiques
et
Régressions
.

15820La boîte à outils accessible avec la touche dédiée accueille également une nouvelle section concernant les listes.

On y trouve :
  • de quoi saisir une liste manuellement comme au clavier
  • la fonction
    dim()
    pour interroger la taille d'une liste
  • ainsi que de quoi générer une liste par itération d'une simple formule !
Vu d'où l'on partait, un formidable travail d'intégration qui a clairement dû monopoliser une grande part du temps de développement de cette version
19
. Félicitations !




A2) Transversal : boîte à outils et saisie
(
N0110
et
N0120
uniquement)

Go to top

Restons sur les nouveautés transversales à l'ensemble des applications en dehors de
Python


Voici maintenant les changements et ajouts spécifiques aux seuls modèles
N0110
et
N0120
.

Concernant la nouvelle gestion des listes, la boîte à outils comporte ici bien davantage de fonctions dédiées.

D'une part dans
Opérations
, en plus de la fonction
dim()
nous en trouvons bien d'autres :
  • min()
    et
    max()
    pour trouver le minimum ou le maximum d'une liste
  • sort()
    pour trier les éléments d'une liste
  • sum()
    et
    prod()
    pour calculer la somme ou le produit des éléments d'une liste
D'autre part, toujours pour une meilleure intégration, nous trouvons dans
Statistiques
de quoi demander le calcul de différents paramètres d'une série statistique, mais ici sans avoir à passer par les applications
Statistique
ou
Régressions
!

8909Comme nous l'avons déjà dit maintes fois, l'application
Probabilités
de la
NumWorks
est absolument formidable. Elle permet d'interroger poser à la calculatrice directement dans la langue de l'énoncé plein de questions types sur une remarquable collection de lois de probabilités différentes !

Mais voilà, comme déjà évoqué plusieurs fois rien que dans cette partie elle souffrait du même défaut que bien d'autres choses, un manque cruel d'intégration, qui pouvait jusqu'à présent faire paraître la
NumWorks
non pas comme un véritable logiciel intégré de Mathématiques, mais comme un simple agrégat d'applications diverses.

Sur les 9 lois de probabilités gérées par la calculatrices, seules 2 pouvaient être interrogées depuis n'importe quelle application grâce à la section
Probabilités
de la boîte à outils : les lois binomiale et normale. Toutes les autres lois nécessitaient obligatoirement de passer par l'application
Probabilités
.

Et bien ici encore il y a un net mieux, la boîte à outils permet désormais d'interroger 5 lois de probabilités différentes !
Les 3 nouvelles lois devenant utilisables de façon transversale à l'ensemble des applications sont les loi géométrique, loi de Student et loi de Poisson.

Bien que le symbole pourcent soit présent au clavier depuis le tout début à le rentrée 2017, la
NumWorks
avait toujours refusé jusqu'à ce jour d'effectuer des calculs sur des pourcentages.

En dehors de l'application
Python
, le symbole % ne servait donc à rien.

Et bien bonne nouvelle, les calculs de pourcentage sont dès maintenant gérés !

Tu peux entre autres :
  • prendre une proportion d'une valeur par multiplication par un pourcentage
  • appliquer une hausse ou une baisse à une valeur par simple addition ou soustraction d'un pourcentage
  • combiner des hausses ou baisses par addition ou soustraction de pourcentages
Nous ne sommes toutefois pas convaincus que l'addition ou soustraction d'une valeur et d'un pourcentage soit une bonne chose pour la construction mentale des jeunes utilisateurs, ce raccourci d'écriture certes possiblement plus facile à saisir n'ayant pas de sens mathématique, ou du moins pas du tout le sens correspondant au résultat communiqué.

Puisque la calculatrice nous indique que
$mathjax$10\%=0.1$mathjax$
, pour nous
$mathjax$10\%+10\%$mathjax$
est la simple somme de deux nombres, donnant donc
$mathjax$0.1+0.1=0.2$mathjax$
et non pas
$mathjax$0.11$mathjax$
.

La
NumWorks
nous introduit donc des pourcentages qui changent de signification/sens en fonction de la position dans la saisie
(l'addition étant pourtant une opération commutative)
, ou encore en fonction de si le pourcentage est affecté à une variable ou non.
Les opérateurs + et - changent eux aussi de signification en fonction de si ils sont utilisés avec un pourcentage ou pas, devenant des multiplications qui en prime n'ont pas la même priorité opératoire. Une saisie se terminant par +10% par exemple indique en réalité une multiplication par le coefficient
$mathjax$1+\frac{10}{100}$mathjax$
.

Des saisies pourtant toutes équivalentes sur les différents écrans précédents selon les règles des priorités opératoires, auraient dû donner le même résultat.

Les
$mathjax$10\%+10\%$mathjax$
et
$mathjax$10\%-10\%$mathjax$
qui changent de sens selon la façon dont on l'effectue, ou encore le
$mathjax$0+10\%\ne 10\%+0$mathjax$
... beaucoup de choses nous piquent les yeux rien que sur les quelques exemples des écrans ci-contre.

Ce choix certes original et innovant nous semble extrêmement dangereux. Déjà que nombre d'élèves ne maîtrisent pas les priorités opératoires même en Terminale, ont du mal à comprendre la différence entre le moins de soustraction
(opérateur binaire infixé)
et le moins de signe
(opérateur unaire préfixé)
, ou encore dans le même style les différents sens du signe égal
(égalité entre deux objets comme dans
$mathjax$\frac{1}{4}=0.25$mathjax$
, définition d'une notation comme dans
$mathjax$\Delta=b^2-4ac$mathjax$
, affectation comme dans «soit
$mathjax$x=42$mathjax$
», équation comme dans
$mathjax$x^2=42$mathjax$
, ...)
, nous n'avons pas besoin de ça en prime. Autant de mauvaises constructions mentales induites auxquelles il faudra ensuite remédier, d'autant plus dans la douleur que les années de mauvaises pratiques passeront...

Nous avons interrogé plusieurs professeurs à ce sujet, et jusqu'à présent ils nous ont tous fait part de réticences.

Là où la
NumWorks
était jusqu'à présent un modèle de rigueur mathématique, c'est très dommage de voir l'équipe ainsi céder ainsi aux sirènes d'une facilité qui n'est que d'apparence, vu les lourdes erreurs de construction mentale qu'elle génère en contrepartie pour qui n'a pas le recul suffisant pour comprendre toutes les nuances précédentes.

La concurrence pour sa part a fait le choix certes peut-être frustrant mais respectable de refuser d'interpréter la saisie de calculs avec des pourcentages, évitant d'induire la compréhension des élèves en erreur que ce soit dans un sens ou dans l'autre.




B) Application Calculs
(
N0110
et
N0120
uniquement)

Go to top

Sur les seuls modèles
N0110
et
N0120
, l'application
Calculs
bénéficie d'une nouveauté absolument inédite dans le monde des calculatrices.

En effet lorsque tu effectues des calculs avec des unités et demandes des informations complémentaires sur le résultat obtenu, en fonction de l'unité tu pourras maintenant obtenir des comparaisons par rapport à des grandeurs de référence jugées suffisamment proches.

Mont Everest, tour Eiffel, piscine olympique, terrain de foot ou de tennis, océan Atlantique, la Manche, fosse des Mariannes, bouteille de pongée, grain de riz ou de sable, goutte d'eau, atome d'hydrogène, système solaire, la Lune, planète Mars, ballon de basket ou de foot, flash, pyramide de Khéops... c'est une formidable culture générale que renferme désormais ta
NumWorks
, permettant de donner du sens aux résultats obtenus, d'en vérifier éventuellement la pertinence, et même de te faire remarquer favorablement par ton correcteur en en faisant mention ou encore mieux usage dans tes devoirs !




C) Applications Fonctions et Suites
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Contrairement à l'ensemble de la concurrence munie d'un écran couleur, les applications
Fonctions
et
Suites
ne te permettaient pas de choisir les couleurs des diverses représentations graphiques. Ces couleurs étaient choisies automatiquement par la calculatrice en fonction de l'ordre de saisie des définitions de fonctions ou suites associées.

C'était particulièrement contraignant dans le cadre du défi organisé chaque année depuis maintenant 3 ans par .

Et bien excellente nouvelle, avec
Epsilon 19
tu as maintenant le choix !

Dans les options de ta définition, tu trouves maintenant une nouvelle entrée
Couleur
, avec pas moins de 8 couleurs prédéfinies au choix : rouge, bleu, vert, jaune, magenta, turquoise, rose et orange.

Notons de plus une interface particulièrement bien pensée, à la fois intuitive et inclusive. En effet nous notons à droite un aperçu des couleurs montrant donc ce que ça va donner, et à gauche en écriture contrastée les noms de couleurs pour notamment ceux qui les percevraient mal :




D) Applications Statistiques et Régressions
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Les applications
Statistiques
et
Régressions
partagent la même interface de saisie dans leur onglet
Données
, permettant de saisir jusqu'à 3 séries statistiques.

Toute série dans tu entâmais la saisie était systématiquement prise en compte pour les calculs et représentations graphiques. Or, ce n'était pas toujours le comportement souhaité.

La seule façon que tu avais de faire ignorer une série statistique était d'en effacer les données. Or c'était fort embêtant d'avoir donc peut-être à ressaisir les mêmes données plus tard...

Et bien quand tu vas chercher le menu contextuel d'une série statistique
(sélection du titre d'une de ses colonnes puis validation avec
OK
)
, tu disposes d'une nouvelle option pour désactiver
(ou réactiver)
la série en question.

Il t'est donc maintenant possible d'ignorer une série sans avoir à l'effacer !

Mais ce n'est pas tout. Dans le cadre de la nouvelle gestion des listes, il y a du nouveau pour le remplissage d'une colonne à partir d'une formule.

Tu te vois maintenant présenter une série d'exemples préremplis dans laquelle tu es libre de piocher pour modification.

Et ces exemples incluent non seulement les opérations sur des colonnes qui étaient déjà possibles dans les versions précédentes
(par exemple V1=V2+V3 pour la somme de deux colonnes)
, mais également la génération de séries valeurs à partir de l'itération d'une formule comme vu plus haut.




E) Application Statistiques
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Voici maintenant les changements spécifiques à l'application
Statistiques
.

Les deux onglets de représentations graphiques
Histogramme
et
Boîte
sont fusionnés en un unique onglet
Graphique
.

Basculer sur ce nouvel onglet te donne la possibilité de choisir le type de représentation graphique, avec certes
Histogramme
et
Boîte à moustaches
mais aussi 2 nouvelles possibilités :
  • Fréquences cumulées
    pour le polygone des fréquences cumulées croissantes
  • Loi normale
    pour un diagramme quantile-quantile

Une fois la représentation graphique affichée, une nouvelle ligne de menu permet d'en changer le type, et également de mieux mettre en avant les réglages qui n'étaient accessibles jusque-là qu'en tapant
OK
avec qu'un élément du diagramme était sélectionné.

Les histogrammes bénéficient en passant d'une amélioration de leur graphisme. Le nouvel affichage avec bordure est également une excellente chose du point de vue scolaire, mettant davantage en avant le fait que c'est l'aire des bandes qui représente les effectifs/fréquences pour les histogrammes, et non pas leur hauteur.

La légende subit également quelques changements. Bizarrement bien que la zone géographique de la calculatrice soit chez nous réglée sur
France
, les intervalles abandonnent l'écriture française avec le ; comme séparateur de valeurs, pour l'écriture internationale avec le , comme séparateur.

Grave erreur mathématique dans ce contexte, la nouvelle version affiche mal les intervalles dans la légende des différentes barres de l'histogramme.

Par exemple sur la série statistique ci-dessus, la légende de la 2ème barre annonce
304
d'effectif pour l'intervalle fermé
$mathjax$\left[5;7\right]$mathjax$
, et non plus comme la version précédente pour l'intervalle semi-ouvert
$mathjax$\left[5;7\right[$mathjax$
.

Or si l'intervalle
$mathjax$\left[5;7\right[$mathjax$
inclut les valeurs
5
et
6
ce qui donne bien pour effectif
$mathjax$122+182=304$mathjax$
, l'intervalle
$mathjax$\left[5;7\right]$mathjax$
pour sa part inclut les valeurs
5
,
6
et
7
ce qui donne comme effectif
$mathjax$122+182+272=576$mathjax$
. La légende est donc fausse, et ne doit surtout pas être comprise et recopiée en l'état.

Nous avions testé nombre de choses avec les versions bêta, mais en effet pas encore toute l'application
Statistiques
, le temps disponible d'un de nos administrateurs étant hélas encore grandement réduit, le pire étant que
NumWorks
en avait même été prévenu dans un courriel du 8 avril qui avait forcément été lu puisque suivi d'une réponse. Nous venons tout juste de nous rendre compte de ce problème en générant les captures d'écran pour l'annonce. Malheureusement, pour la première fois depuis des années et contrairement à son habitude, et encore pire dans la situation actuelle dont il avait pourtant été informé, le constructeur ne nous a cette fois-ci pas prévenu de la sortie par son habituel petit message quelques jours auparavant. Si cela avait été fait nous aurions pu nous organiser en conséquence, privilégier ces dernières captures d'écran à d'autres actualités, et peut-être ainsi découvrir et signaler le problème à temps. Espérons que
NumWorks
saura revenir à de meilleures pratiques dès la prochaine fois, dans l'intérêt de ses utilisateurs et donc par conséquent dans son propre intérêt.

Dans nombre d'annonces précédentes, nous louions de bonne foi la haute rigueur Mathématique de la
NumWorks
par rapport à l'ensemble de la concurrence. Là cela nous fait mal de constater que nous sommes à l'extrême opposé de ces affirmations avec un affichage faux
(et donc grave pour les utilisateurs scolaires)
. Sur les calculatrices graphiques toute concurrence confondue, les affichages faux avec des versions censées être stables sont exceptionnels. Actuellement ils ne concernent à notre connaissance que les saletés bas de gamme
Lexibook/Esquisse
qui ne devraient pas faire illusion, ainsi que de façon hautement plus scandaleuse vu son prix la
HP Prime
dans laquelle
Moravia
, la société ayant racheté la branche
HP calculatrices
, ne semble pas vouloir investir grand chose. Mais pour
NumWorks
, nous n'avons à la différence pas connaissance d'un contexte évident pouvant expliquer une erreur aussi grossière
(Troisième)
...

Heureusement cette mise à jour sort après la période d'examens et on peut supposer que ce sera corrigé d'ici la rentrée s'il s'agit bien d'un
bug
trivial d'affichage, mais quand même...

Les diagrammes à moustaches bénéficient également d'amélioration de leur graphisme. La sélection des différents paramètres décrits dans la légende y est bien plus visible.

Ce n'est pas tout. Les réglages mis en avant par la nouvelle barre de menu permettent de plus de choisir d'afficher ou pas les valeurs aberrantes :

Du nouveau maintenant spécifiquement dans l'onglet
Données
.

Tu disposes d'une nouvelle colonne
ECC
pour les effectifs cumulés croissants, dont tu peux activer ou désactiver l'affichage dans les options de la série
(touche
OK
sur un titre de colonne)
.

Enfin du nouveau également dans l'onglet
Stats
.

Nous bénéficions d'un nouveau paramètre de position, le mode, jusqu'à présent une exclusivité des calculatrices
Casio Graph
.

Encore mieux que chez
Casio
, il est ici accompagné de son effectif !




F) Application Régressions
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Dans l'application
Régressions
, lorsque tu basculais sur l'onglet
Graphique
, tu obtenais par défaut une régression linéaire.

Or ce n'était pas toujours un choix très pertinent.

Maintenant par défaut, tu obtiens un simple nuage de points sans régression.

C'est ensuite que tu choisis le type via l'option
Régression
de la barre de menu.

Concernant la régression exponentielle, les différents modèles de calculatrices graphiques pouvaient proposer des formules différentes :
  • $mathjax$y=a\times e^{b\times x}$mathjax$
    (cas de la version précédente d'
    Epsilon
    )
  • $mathjax$y=a\times b^x$mathjax$
    (cas des
    TI-z80
    et
    TI-Nspire
    )
D'autres modèles proposaient même les deux formules :
Casio Graph
,
Casio Classpad
,
HP Prime
et
Sharp
.

Et bien à compter de cette version, la
NumWorks
te propose les deux version de la régression exponentielle !

Justement ce n'est pas tout, un nouveau type de régression est également proposée dans la liste : la droite des médianes !

Autre problème. Les équations des régression étaient jusqu'ici présentées en légende de bas d'écran.

Ne pouvant être sélectionnées on ne pouvait pas les copier-coller, et leur réutilisation dans d'autres applications nécessitait donc de les recopier à la main sur un bout de papier avant de les ressaisir dans l'autre application.

Ce gros problème est maintenant corrigé. Désormais les équations ne sont plus présentées en légende, cette dernière étant donc allégée, mais accessibles via le menu contextuel
OK
dédié.

Via ce menu il devient enfin possible de les sélectionner et copier-coller !

Enfin, concernant les régressions linéaires, le menu contextuel de la réprésentation graphique permet maintenant de basculer l'affichage sur une autre représentation, le graphique des résidus.




G1) Application Probabilités
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Passons maintenant sur les changements et ajouts relatifs à l'application
Probabilités
, dans un premier temps communs à l'ensemble des modèles
N0100
,
N0110
et
N0120
.

Le test d'indépendance du
Khi²
présente maintenant sur le premier écran de résultats un nouvel onglet avec les contributions à la valeur :

Toujours dans les test statisiques, passons maintenant au test
z
à deux proportions.

Au premier écran de résultats, nous avons maintenant en prime les valeurs calculées de la proportion groupée :

Enfin, les intervalles de confiance disposent d'une nouvelle représentation bien plus pertinente dans le contexte d'intervalles, troquant sur l'écran conclusif le diagramme en cloche contre des segments.

Cela rejoint de plus une de nos propositions faite il y a déjà nombre d'années dans le contexte alors de l'ancien programme de Maths du lycées, à savoir avoir une application pour les intervalles de confiance et pouvoir y modifier le seuil directement sur l'écran de la représentation graphique afin d'observer directement son effet sur les résultats. On ne peut certes pas le modifier comme proposé, mais dans l'esprit cela rejoint le but, nous avons maintenant illustrés les segments correspondant à différentes valeurs de seuil autres que celle choisie.




G2) Application Probabilités
(
N0110
et
N0120
uniquement)

Go to top

Restons sur les changements et ajouts relatifs à l'application
Probabilités
, mais maintenant pour les seuls modèles
N0110
et
N0120
.

Nous disposons dans les tests statistiques d'un tout nouveau choix, le test de la pente d'une droite de régression :




H) Application Python
(
N0100
,
N0110
et
N0120
)

Go to top

Passons maitenant enfin à la délicieuse application
Python
. Rappelons que les interpréteurs
MicroPython
ou similaires qui tournent sur nos calculatrices font appel à différents types de mémoires :
  • La mémoire de stockage, qui contient physiquement tes scripts prêts à l'emploi.
  • La pile
    (
    stack
    )
    qui référence, à l'exécution, les objets
    Python
    créés. Sa capacité limite donc le nombre d'objets
    Python
    pouvant coexister simultanément en mémoire.
  • Le tas
    (
    heap
    )
    qui stocke, à l'exécution, le contenu des objets
    Python
    créés. Il limite donc la taille globale utilisée pour les données de ces différents objets.

Un défaut historique de la calculatrice
NumWorks
, c'était son espace de stockage ridicule pour les scripts
Python
, initialement
2.946 Ko
extensibles jusqu'à
4,094 Ko
en supprimant les scripts d'exemple préchargés.

La mise à jour
1.8.0
de
Novembre 2018
avait quadruplé la capacité de cet espace, le passant à
16,382 Ko
(
15,243 Ko
utilisables si l'on conserve les exemples préchargés)
.

Par la suite la mise à jour
13.1.0
de
Mars 2020
avait encore doublé la capacité, la passant à
32,766 Ko
(
30,653 Ko
libres si conservation des exemples intégrés)
.

Cela restait toute somme faite absolument ridicule, une capacité préhistorique tout juste digne des calculatrices qui étaient commercialisées au siècle dernier. Par exemple très concrètement, la
NumWorks
était le seul et unique modèle sur lequel les scripts des deux défis de notre concours de rentrée 2021 ne pouvaient rentrer simultanément.

Avec cette mise à jour
19
, le constructeur effectue encore un petit effort qui résout ce dernier problème.

L'espace de stockage libre passe à une capacité de
43,006 Ko
, dont
40,893 Ko
libres si l'on conserve les exemples !

Passons maintenant à la mémoire de tas
(heap)
. La bibliothèque
Python
standard
gc
permet de connaître la capacité exacte du
heap
, d'un simple appel gc.mem_alloc() + gc.mem_free(). Toutefois toutes les calculatrices
Python
n'intègrent pas ce module, et ce n'est malheureusement pas le cas de la
NumWorks
.

Dans une véritable implémentation
Python
, la bibliothèque
sys
permet de connaître la taille occupée en
heap
par les données d'un objet. Sur ordinateur 64 bits, quelques appels permettent de conjecturer les règles suivantes :
  • entier nul :
    24
    octets
  • entier court non nul
    (codable sur 31 bits + 1 bit de signe)
    :
    28
    octets
  • entier long :
    28
    octets +
    4
    octets pour chaque groupe de 30 bits utilisé par son écriture binaire au-delà des 31 bits précédents
  • chaîne de caractères :
    49
    octets +
    1
    octet par caractère
  • tableau d'octets :
    33
    octets +
    1
    octet par octet
  • liste :
    64
    octets +
    8
    octets par élément + les tailles de chaque élément
  • tuple :
    40
    octets +
    8
    octets par élément + les tailles de chaque élément
Sur
Micropython
la méthode sys.getsizeof() n'est pas présente. On peut toutefois se baser sur les règles précédentes pour avoir une estimation de la taille occupée en
heap
par les différents objets
Python
.

Comme tu peux le voir,
Python
est un très gros consommateur de mémoire
heap
. Le moindre petit entier court consommera 28 octets et non pas un seul comme dans d'autres langages compilés. Et ne parlons même pas des types composés, la liste d'entiers étant une vériable catastrophe en terme d'espace gaspillé... Des 3 mémoires définies ci-dessus, le
heap
sera le plus souvent le facteur limitant pour tes projets, sa capacité étant épuisé bien avant celle des autres mémoires.

Mais combien fait le
heap
? Voici une astuce reprenant les règles précédentes pour estimer la capacité
heap
. Notre script va tenter de remplir la mémoire
heap
. Il utilise pour cela plusieurs objets qu'il va tenter de faire grandir chacun son tour, jusqu'à déclenchement d'une erreur, et retourner alors la taille du plus grand objet alloué avec succès, normalement très proche de la capacité
heap
maximale.

Voici donc le script :
Code: Select all
def size(o):
  t = type(o)
  s = t == str and 49 + len(o)
  if t == int:
    s = 24
    while o:
      s += 4
      o >>= 30
  elif t == list:
    s = 64 + 8*len(o)
    for so in o:
      s += size(so)
  return s

def mem(v=1):
  try:
    l=[]
    try:
      l.append(0)
      l.append(0)
      l.append("")
      l[2] += "x"
      l.append(0)
      l.append(0)
      while 1:
        try:
          l[2] += l[2][l[1]:]
        except:
          if l[1] < len(l[2]) - 1:
            l[1] = len(l[2]) - 1
          else:
            raise(Exception)
    except:
      if v:
        print("+", size(l))
      try:
        l[0] += size(l)
      except:
        pass
      try:
        l[3], l[4] = mem(v)
      except:
        pass
      return l[0] + l[3], max(l[0], l[4])
  except:
    return 0, 0


L'idéal est de lancer le script juste après l'initialisation de
Python
, sans importation d'aucune autre bibliothèque, ou alors juste après avoir nettoyé la mémoire avec le ramasse-miettes gc.collect(), hélas non disponible sur
NumWorks
. Cette méthode empirique ayant une part d'imprécis, on peut lancer le test plusieurs fois de suite et récupérer le meilleur résultat :
Code: Select all
def testmem():
  m1, m2 = 0, 0
  while 1:
    t1, t2 = mem(0)
    if t1 > m1 or t2 > m2:
      m1 = max(t1, m1)
      m2 = max(t2, m2)
      input(str((m1,m2)))

Historiquement la
NumWorks
était une catastrophe en terme de mémoire
heap
, la pire toute concurrence confondue avec seulement dans les
16K
.

Avec la mise à jour
13.2
le constructeur avait fait un effort, doublant la capacité avec dans les
32K
.

Cela permettait certes de respirer un petit peu et entâmer des projets un peu plus ambitieux, mais cela restait malgré tout parmi les pires solutions toute concurrence confondue. Nos scripts
Python
de concours de rentrée par exemple devaient bénéficier de versions spécialement allégées/optimisées pour pouvoir tourner sur
NumWorks
.

15826Avec
Epsilon 19
le constructeur fait un nouvel effort, doublant encore la capacité avec dans les
64K
; nous avons trouvé au mieux
64,888 Ko
.

Cela ne change certes pas radicalement le rapport de la
NumWorks
face à la concurrence et encore moins son classement d'avant-dernier, mais au niveau où nous en étions c'est toujours très bon à prendre. Et au moins, cela largue encore davantage les modèles
TI-82 Advanced / 83 Premium CE Edition Python
devenant de loin grands derniers avec leurs ridicules
19,7 Ko
te laissant à peine de quoi commencer à coder tes propres fonctions une fois les bibliothèques graphiques importées.




Conclusion

Go to top

Que dire de cette mise à jour
Epsilon 19
?... Ce n'est pas notre préférée, nous sommes très partagés.

D'un côté nous ne pouvons que féliciter le travail sans doute très conséquent sur l'intégration. La
NumWorks
pouvait paraître initialement comme un agrégat d'applications cloisonnées, ne partageant des données au mieux que par copiés-collés. Cette fois-ci nous avons enfin les objets de type listes communs à l'ensemble des applications hors
Python
. Après 5 ans le retard d'intégration sur la concurrence
Casio
et
TI
nous semble enfin rattrapé, et
Epsilon
peut enfin commencer à être qualifié de logiciel intégré de Mathématiques !

Egalement les valeurs de référence qui donnent maintenant du sens aux résultats.

Ou encore la nette amélioration des capacités mémoire pour l'application
Python
qui comptaient jusqu'à présent parmi les plus limitées toute concurrence confondue, une formidable bouffée d'oxygène pour les projets !

D'un autre côté, nous déplorons un net recul de la rigueur mathématique qui n'avait pourtant jamais fait défaut au produit jusqu'à présent. Nous avons :
  • d'une part l'invention d'une nouvelle notation des pourcentages qui dans un contexte scolaire pose bien davantage de problèmes qu'elle n'en résout... Nous avons à de nombreuses reprise vanté de bonne foi la haute rigueur mathématique du logiciel
    Epsilon
    par rapport à l'ensemble de la concurrence, et ces changements nous paraissent entrer en contradiction totale avec l'esprit que laissait initialement paraître le projet. C'est curieux, le but serait-il de prendre une part du marché des calculatrices financières sans sortir de produit spécifique ?... Calculatrices scientifique et financière sont pourtant des antagonistes pour nous, et si l'on ne souhaite pas sortir des modèles distincts alors il faut scinder clairement la chose avec une application financière dédiée.
  • et d'autre part les erreurs nouvellement affichées par l'application
    Statistiques
Pour ce dernier point on peut toujours excuser
NumWorks
en tenant compte du contexte, la sortie du
jailbreak
ayant visiblement induit le lourd développement de nouvelles sécurités. Pour le reste y aurait-il eu des changements au sein de l'équipe avec l'introduction d'acteurs nettement plus éloignés des problématiques pédagogiques et didactiques de l'enseignement des Mathématiques ?... Il reste malgré tout surprenant que ces deux points aient pu passer en l'état dans une version stable, interdisant de plus tout retour à une version précédente.

Entre les deux nous avons la formidable collection de nouveautés mineures parfois très pointues en statistiques et probabilités, déjà amorcée par les mises à jour précédentes, fonctionnalités dont nous n'avons que faire au lycée français. Les anciens programmes du lycée avaient bien trop exagéré là-dessus, entraînant l'enseignement de nombre de formules
(loi Normale, intervalle de confiance, intervalle de fluctuation, ...)
à des niveaux où l'on ne pouvait non pas les démontrer mais au mieux que les montrer, transformant ainsi l'enseignement des Mathématiques au lycée en un enseignement de Maths appliquées. Ce n'est heureusement plus le cas avec les derniers programmes, la part des statistiques et probabilités a été nettement réduite. Mais au-delà de cela la réforme du lycée et du Baccalauréat fait que les statistiques et probabilités ne concernent même plus l'ensemble des élèves. L'introduction maintenant de tout ceci paraît ainsi totalement anachronique ; ce n'est clairement pas pour nous que
NumWorks
développe tout cela. Peut-être est-ce nécessaire en Amérique du Nord par contre, le nouveau marché dont
NumWorks
tente de prendre une part, et vu la taille du marché nous comprenons qu'une part du gâteau même infime soit importante.
Mais justement, à côté de cela
Epsilon
souffre encore de lourds manques en France par rapport à la concurrence : absence d'une application tableur, d'une application de tableau périodique des éléments, ou encore du calcul littéral et formel. Il serait bon que le constructeur recentre une partie de son équipe de développement sur les besoins français.
Le comble dans l'histoire, c'est que nombre de ces manques était paliés par des
firmwares
tiers via le
jailbreak
dont l'installation est visiblement farouchement combattue. Si c'est donc pour nous interdire d'installer ces solutions non officielles, la moindre des choses serait de se concentrer au plus tôt sur l'intégration de solutions officielles équivalentes.

Espérons donc que la prochaine mise-à-jour majeure s'attaque à ces points, car de nouvelles applications officielles/embarquées seront
(sauf surprise)
toujours mieux intégrées et puissantes que les applications tierces externes, même si
NumWorks
vient de les améliorer quelque peu ces dernières semaines... mais nous nous plongerons dans ce sujet dans un prochain article. :)

Liens
:
Source
:
https://www.numworks.com/fr/calculatric ... ersion-19/
 
Ce compte ne reçoit pas de MP / This account does not receive PMs.
User avatar
AdminAdmin
Niveau 11: LV (Légende Vivante)
Niveau 11: LV (Légende Vivante)
Level up: 93.5%
 
Posts: 129
Images: 28
Joined: 30 Aug 2011, 11:00
Gender: Not specified

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby Speedy » 09 Jul 2022, 14:45

[...]10%+10%=0.11[...]

NOOoooon !! :#fou#: :boom: :-@

Je suis (comme mes collègues) déjà consterné et interloqué en lycée et après par le manque d'assimilation du concept, pas si "méchant", des pourcentages (et des opérations associées), alors là : NO GOD, PLEASE NO, NOOOOOO !!!

Personnellement j'ai régulièrement à casser le rôle "magique" du symbole % (mais p%*$£* cela ne fait que /100, c'est tout !), et essayer de leur montrer qu'apprendre qu'une longue suite de "recettes" de méthodes n'est pas raisonnable, et au contraire comprendre le sens du calcul est + efficace (et + économe en "espace mémoire").
... Là on a un symbole "magique" qui change les règles de calcul ... pfff

Une calculatrice qui renvoi autre chose que 0.2 à 10%+10% est une calculatrice qui calcul FAUX !


à minima émettre un avertissement sur l'interprétation du calcul, un peu comme le fait les nSpire:
Image
User avatar
Speedy
Niveau 7: EP (Espèce Protégée: geek)
Niveau 7: EP (Espèce Protégée: geek)
Level up: 32.8%
 
Posts: 59
Joined: 16 Jul 2010, 00:00
Gender: Male
Calculator(s):
Class: Geek

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby dechampsfx » 09 Jul 2022, 15:19

Je suis complètement d'accord sur le problème du calcul de pourcentages. Je n'ai jamais complètement adhéré à la Numworks, bien que je lui reconnaissais des qualités (comme l'application probabilités) mais là c'est carton rouge.
Décidément, c'est pour moi une grosse déception.
User avatar
dechampsfx
Niveau 2: MI2 (Membre Initié)
Niveau 2: MI2 (Membre Initié)
Level up: 86.7%
 
Posts: 11
Joined: 06 Sep 2021, 19:26
Gender: Not specified
Calculator(s):

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby parisse » 09 Jul 2022, 16:54

Du coup c'est plutot positif pour KhiCAS : les ameliorations vont surtout interesser les US, il y a des reculs, mais surtout il n'y a pas de nouvelle fonctionnalite majeure chez Numworks, aucune raison de passer en Epsilon 19. Restez donc avec un dual boot Epsilon 18 ou Omega ou Upsilon ou Khi en slot 1, Khi+KhiCAS en slot 2, vous aurez le calcul formel, le tableur, la 3d, la geometrie analytique (2d/3d) et la possibilite de sauvegarder en flash vos scripts Python (et de les executer depuis la flash).
User avatar
parisseVIP++
Niveau 12: CP (Calculatrice sur Pattes)
Niveau 12: CP (Calculatrice sur Pattes)
Level up: 50.1%
 
Posts: 2990
Joined: 13 Dec 2013, 16:35
Gender: Not specified

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby cent20 » 10 Jul 2022, 09:35

Bon ben je serais donc seul dans mon couloir ... Je trouve le tric avec les pourcentage bien pensé pour les STMG



Il transforme de lui même une pseudo addition en multiplication via le coef. multiplicateur, et si tu récupère le résultat (ici 242) il te montre le calcul qui a été réalisé.


Il ne s'agit donc pas d'une boîte noire, tu peux récupérer le détail du calcul.

Pour le 10% + 10% je suis plutôt content que le résultat soit 0.11 CAR on ne peut pas additionner les pourcentages, donc tout résultat ressemblant à 20% ou 0.20 aurait été embêtant, ce que je ne comprends pas c'est que le premier pourcentage soit transformé en fraction et que le deuxième soit un coef. multiplicateur.



Si la partie gauche du calcul, le 404+42% devenait après saisie 404↗42% cela limiterait les risques de confusion, mais il faudrait alors coder ↗ et ↘ dans la calculatrice.

Si réellement tout le monde hurle et fait du bruit sur la notation introduite par NumWorks, ils feront marche arrière, mais je pense que notre vision centrée sur nos pratiques n'est pas forcement partagée par les enseignants US, UK, PT...
Last edited by cent20 on 10 Jul 2022, 10:06, edited 7 times in total.
Image
Enseignant de mathématiques et de spécialité NSI ( projets, tutos ...)
NumWork : démineur, snake, tétris
User avatar
cent20VIP++
Niveau 14: CI (Calculateur de l'Infini)
Niveau 14: CI (Calculateur de l'Infini)
Level up: 22.3%
 
Posts: 842
Images: 64
Joined: 17 May 2012, 09:49
Location: Avignon
Gender: Male
Calculator(s):
Twitter: nsi_xyz

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby Adriweb » 10 Jul 2022, 09:41

Intéressant l'affichage de "l'explication". Mais absolument invisible sans connaître par contre... La preuve on l'avait tous loupé.
Il faudrait que l'UX soit améliorée sur ce point (la "discoverability" des features, tout ça...)

cent20 wrote:Si réellement tout le monde hurle et fait du bruit sur la notation introduite par NumWorks, ils feront marche arrière, mais je pense que notre vision centrée sur nos pratiques n'est pas forcement partagée par les enseignants US, UK, PT...

Ca a été une de mes premières réactions : peut être qu'ailleurs c'est bien (mieux) perçu, mais vu que la NumWorks fait déjà des choses différentes selon les réglages de pays, ils auraient pu mettre cette fonctionnalité en désactivé par défaut en France, par exemple, si l'UX lors de l'affichage n'est pas améliorée (ou même dans tous les cas en fait)
Image
MyCalcs
: Help the community's calculator documentations by filling out your calculator info!
MyCalcs
: Aidez la communauté à documenter les calculatrices en donnant des infos sur votre calculatrice ![/url]
Inspired-Lua.org
: All about TI-Nspire Lua programming
User avatar
AdriwebAdmin
Niveau 16: CC2 (Commandeur des Calculatrices)
Niveau 16: CC2 (Commandeur des Calculatrices)
Level up: 74.1%
 
Posts: 13930
Images: 1138
Joined: 01 Jun 2007, 00:00
Location: France
Gender: Male
Calculator(s):
Twitter: adriweb
GitHub: adriweb

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby critor » 10 Jul 2022, 09:50

Aucune intention de hurler pour ma part.

Je partage mon avis, toujours en toute bienveillance, y compris quand j'avais dit que l'ajout du calcul littéral allait les amener à de lourds problèmes en Europe. En terme d'image il aurait mieux valu ne jamais l'ajouter que de l'ajouter pour le supprimer juste après. Mais je ne suis que très rarement écouté, c'est bien dommage, surtout pour le constructeur concerné.

L'invention de cette notation non scolaire/officielle des pourcentages
(même en cherchant sur Google en Anglais je n'ai pas réussi à trouver de trace scolaire d'une telle utilisation, et les collègues consultés n'ont pas pu me citer autre chose à ce sujet que le marché non scolaire des calculatrices financières)
me semble hautement problématique pour la construction mentale des jeunes.
Si ce n'est utilisé qu'en STMG, certains sont libres de penser que ça ne dérangera pas vu que de toutes façons ils ne poursuivront pour la plupart pas dans une filière orientée Maths/Sciences.
Mais à mon sens il est tout sauf impossible que des Secondes l'utilisent, notamment de leur propre initiative. Et je rappelle de plus que les Maths en STMG sont maintenant un tronc commun concernant l'ensemble des séries technologiques, y compris celles un peu plus scientifiques.

Je vois comment l'on doit se battre avec la mauvaise acquisition des règles de calcul
(priorités, fractions, confusion carré et double, y compris en Terminale...)
et je vois hélas très bien à quelles difficultés additionnelles cette invention va nous mener.

Le constructeur est libre de faire ce qu'il veut de mon avis, y compris de le tirer à la poubelle avec une étiquette
"casse-pieds"
dessus, personnellement je m'en moque. Aucune intention d'insister là-dessus, j'ai
(hélas)
bien d'autres préoccupations plus importantes en ce qui me concerne.
Image
User avatar
critorAdmin
Niveau 19: CU (Créateur Universel)
Niveau 19: CU (Créateur Universel)
Level up: 30%
 
Posts: 39875
Images: 11953
Joined: 25 Oct 2008, 00:00
Location: Montpellier
Gender: Male
Calculator(s):
YouTube: critor3000
Twitter: critor2000
Facebook: critor.ti
GitHub: critor

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby Speedy » 10 Jul 2022, 23:55

Ah!?
Je modère mon propos !
:P
(désolé je n'ai pas de quoi appliquer ce firmware, et donc mon 1er commentaire se fondait donc sur les screenshots de la news)


je disais :
Speedy wrote:à minima émettre un avertissement sur l'interprétation du calcul, un peu comme le fait les nSpire:

ben voilà, avec un "+42%" qui devient sur la ligne de calcul un "*(1+42/100)", là OK :) ... ça peut passer

cent20 wrote: [...] si tu récupère le résultat (ici 242) il te montre le calcul qui a été réalisé. [...]
Image[...]

... ça peut passer ... encore qu'il faudrait qu'il soit immédiatement explicité, et pas que lorsque qu'on est "sur" la réponse.

Adriweb wrote:Il faudrait que l'UX soit améliorée sur ce point (la "discoverability" des features, tout ça...)

Une notation qui ne soit pas confondable avec l'addition OK :ok: aussi :
(car intégrer la fonction d' "augmentation de x%" c'est très bien en soit ...)


cent20 wrote: [...] Si la partie gauche du calcul, le 404+42% devenait après saisie 404↗42% cela limiterait les risques de confusion, mais il faudrait alors coder ↗ et ↘ dans la calculatrice.[...]

PARFAIT la flèche qui monte/descend :ok:


cent20 wrote: [...]Pour le 10% + 10% je suis plutôt content que le résultat soit 0.11 CAR on ne peut pas additionner les pourcentages [...]

Dans ce cas, carrément, pourquoi renvoyer un résultat ?
Pour moi, si, on peux additionner des pourcentages à condition bien sûr qu'ils soient établies par rapport à la même référence (le contexte des données est important). Pour imiter le proverbe "
Science sans conscience n'est que ruine de l'âme
" je dirais que "
Calculs sans contextes, n'est que fadaises !
"
Pour moi 10% ne doit être que la valeur 0.1, ni plus, ni moins. L'aspect "pourcentage" n'est qu'une interprétation "humaine", une "indication de signification" collé à la valeur 0.1 ... et donc une calculatrice doit "bêtement" faire le calcul 0.1+0.1
(et si on va au delà du "bêtement", c'est éventuellement une fonctionnalité mais qui doit avoir sa symbolique/syntaxe propre (cf. la flèche qui monte/descend par exemple))
User avatar
Speedy
Niveau 7: EP (Espèce Protégée: geek)
Niveau 7: EP (Espèce Protégée: geek)
Level up: 32.8%
 
Posts: 59
Joined: 16 Jul 2010, 00:00
Gender: Male
Calculator(s):
Class: Geek

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby Hamza.S » 11 Jul 2022, 04:36

cent20 wrote:Pour le 10% + 10% je suis plutôt content que le résultat soit 0.11 CAR on ne peut pas additionner les pourcentages

commercialement non ce n'est pas possible mais mathématiquement c'est autre chose. 10% c'est qu'une simple et minable fraction (10/100)
Image
User avatar
Hamza.SAdmin
Niveau 17: GM (Grand Maître des calculatrices)
Niveau 17: GM (Grand Maître des calculatrices)
Level up: 26.3%
 
Posts: 4328
Images: 18
Joined: 07 Nov 2014, 00:43
Gender: Male
Calculator(s):

Re: Mise à jour NumWorks v19: listes intégrées + 64K heap Py

Unread postby critor » 11 Jul 2022, 16:08

Si je puis me permettre une suggestion.

Je persiste à penser qu'intégrer cela dans l'appli
Calculs
est une mauvaise chose. Sachant que pour moi
10%
est un nombre, c'est-à-dire
$mathjax$\frac{10}{100}=0,1$mathjax$
, cela fait afficher des horreurs qui piquent les yeux, en gros des calculs faux.

Une piste serait donc de permettre les fonctionnalités financières dans l'application
Calculs
(puisqu'ils semblent y tenir)
mais sans afficher ces horreurs. 2 pistes au choix :
  • Rendre la version financière du résultat uniquement disponible dans les résultats complémentaires.
    Par exemple pour
    $mathjax$10\%+10\%$mathjax$
    , on aurait
    $mathjax$\frac{1}{5}=0,2$mathjax$
    en résultat, et
    0,11
    dans les résultats complémentaires avec une étiquette finances/pourcentages
  • Sinon, corriger les saisies dans l'historique de calcul pour ne plus afficher le symbole de pourcentage, évitant de faire retenir aux utilisateurs des égalités fausses et les brouiller encore davantage qu'ils ne le sont déjà dans les règles de calcul.
    Pour la validation d'une saisie de
    $mathjax$42+10\%$mathjax$
    , l'historique de calcul recevrait et afficherait directement une version corrigée en
    $mathjax$42\times\left(1+\frac{10}{100}\right)$mathjax$
    .
    Je sais que cette explication est affichée quand on sélectionne le résultat, mais voilà ce n'est pas le cas par défaut, il faut faire une manipulation. Or, une majorité d'élèves privilégient
    (hélas)
    le résultat à la démarche qui y conduit.
Image
User avatar
critorAdmin
Niveau 19: CU (Créateur Universel)
Niveau 19: CU (Créateur Universel)
Level up: 30%
 
Posts: 39875
Images: 11953
Joined: 25 Oct 2008, 00:00
Location: Montpellier
Gender: Male
Calculator(s):
YouTube: critor3000
Twitter: critor2000
Facebook: critor.ti
GitHub: critor

Next

Return to News NumWorks

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 5 guests

-
Search
-
Social
-
Featured topics
14€ remboursés par Casio sur l'achat de ta calculatrice Graph 35 d'ici le 30 Octobre 2022
Reprise de ton ancienne fx-92 Collège ou Graph 25/35/90 à 5€. Même non fonctionnelle ou ancien modèle. Etiquette de retour fournie, pas de frais de port à payer.
3€ remboursés par Casio sur l'achat de ta calculatrice fx-92 Collège d'ici le 30 Septembre 2022
Programme d'aide à l'équipement des établissements rentrée 2022. Pour tout achat groupé ou recommandation exclusive de calculatrices TI, 1 produit TI offert pour chaque tranche de 30 élèves concernés !
Programme d'aide à l'équipement des établissements rentrée 2022. Pour tout achat groupé ou recommandation même non exclusive de calculatrices Casio, des produits offerts pour chaque classe concernée !
Comparaisons des meilleurs prix pour acheter sa calculatrice !
12345678
-
Donations / Premium
For more contests, prizes, reviews, helping us pay the server and domains...
Donate
Discover the the advantages of a donor account !
JoinRejoignez the donors and/or premium!les donateurs et/ou premium !


Partner and ad
Notre partenaire Jarrety Calculatrices à acheter chez Calcuso
-
Stats.
467 utilisateurs:
>450 invités
>12 membres
>5 robots
Record simultané (sur 6 mois):
6892 utilisateurs (le 07/06/2017)

-
Other interesting websites
Texas Instruments Education
Global | France
 (English / Français)
Banque de programmes TI
ticalc.org
 (English)
La communauté TI-82
tout82.free.fr
 (Français)