π
<-
Chat plein-écran
[^]

RADIOACTIVITE 1ERE S


Hierarchy of files

 Downloads
 Files created online(28478)
 TI-Nspire
(19590)

 mViewer GX Creator Lua(14340)

DownloadTélécharger


LicenceLicense : Non spécifiée / IncluseUnspecified / Included

 TéléchargerDownload

Actions



Vote :

ScreenshotAperçu


Tester en ligne !

Informations

Catégorie :Category: mViewer GX Creator Lua TI-Nspire
Auteur Author: zainaem
Type : Classeur 3.6
Page(s) : 5
Taille Size: 560.18 Ko KB
Mis en ligne Uploaded: 05/02/2015 - 23:38:11
Uploadeur Uploader: zainaem (Profil)
Téléchargements Downloads: 487
Visibilité Visibility: Archive publique
Shortlink : http://ti-pla.net/a153038

Description 

PARTIE 2 - COMPRENDRE : LOIS ET MODÈLES
Chapitre 8 : Radioactivité et réactions nucléaires (p. 133)

Compétences attendues :
 Recueillir et exploiter des informations sur la découverte de la radioactivité naturelle et de la
radioactivité artificielle.
 Connaître la définition et des ordres de grandeur de l’activité exprimée en becquerel.
 Utiliser les lois de conservation pour écrire l’équation d’une réaction nucléaire.
 Utiliser la relation Elibérée = |∆E| = |∆m| c2.
 Recueillir et exploiter des informations sur les réactions nucléaires (domaine médical, domaine
énergétique, domaine astronomique…).


Activité n°1 : Radioactivité et réactions nucléaires
Correction :
I. DÉCOUVERTES DE LA RADIOACTIVITÉ
1. LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE
1. Pour expliquer l’impression des plaques photos, malgré l’absence d’exposition au Soleil, Henri Becquerel
fait trois hypothèses :
 hypothèse 1 : Les sels d’uranium emmagasinent l’énergie du soleil pour impressionner ensuite la plaque
photo.
 hypothèse 2 : La fluorescence est responsable de l’impression de la plaque photo.
 hypothèse 3 : Les sels d’uranium émettent des rayons qui leurs sont propres : les rayons uraniques.
C’est une hypothèse dont il vérifie l’exactitude expérimentalement.
2. Ce n’est pas la lumière solaire qui impressionne la plaque photo dans l’expérience de Becquerel car « si
l’on exposait le châssis en plein soleil, la plaque ne serait pas voilée. » et quand les expériences de
Becquerel ont été réalisées dans l’obscurité, les plaques photos ont été impressionnées.
3. Le rayonnement qui impressionne la plaque photo provient des sels d’uranium.
4. 1. Le cuivre dont est constituée la croix est le matériau qui a laissé sa silhouette sur la plaque photo.
2. On peut en conclure que les rayonnements radioactifs sont arrêtés par le cuivre.
235
5. Le noyau d’uranium 235 noté 92U est constitué de :
 Z = 92 donc 92 protons,
 et N = A – Z = 235 – 92 = 143 neutrons.
2. LES TYPES DE RAYONNEMENTS RADIOACTIFS
6. Composition : nombre de Comment stopper le
A
Rayonnement Notation ZX
électrons charge neutrons rayonnement ?
4
α 2He 0 2 2 avec une feuille de papier
0
β+ +1e 0 1 0 avec quelques millimètres
- 0 d’aluminium
β -1e 1 -1 0
avec quelques mètres de béton
γ
ou plomb

1èreS Cours – PARTIE 2 - Chapitre 8 : Radioactivité et réactions nucléaires 1/5
3. RADIOACTIVITÉ ARTIFICIELLE
31
7. Le phosphore naturel 31 a pour représentation 15P.
On peut donc en déduire qu’il est constitué de : Z = 15 donc 15 protons et A – Z = 31 – 15 = 16 neutrons.
8. Le phosphore 30 est radioactif β+ : il s’agit d’une radioactivité dite « artificielle » car ce noyau n’existe
pas dans la nature. La radioactivité β+ ne se produit pas naturellement.
30
Le symbole du phosphore 30 est 15P.
Il est constitué de : Z = 15 donc 15 protons et A – Z = 30 – 15 = 15 neutrons.
9. Les noyaux des atomes de phosphore 30, 31 et 32 sont des isotopes car ces trois noyaux de phosphore
ont le même numéro atomique mais des nombre de masse différents.
27 4 30
10. 1ère étape de la synthèse du phosphore 30 artificiel : 13Al + 2He → 15P + 01n
11. Pour les nombres de charge on a : 13 + 2 = 15 + 0  il y a conservation du nombre de charge.
Pour les nombres de masse on a : 27 + 4 = 30 + 1  il y a conservation du nombre de masse.
30 30 0
12. L’équation de désintégration radioactive du phosphore 30 est : 15P → 14Si + +1e

II. LA FISSION SPONTANÉE DES ATOMES
13. Sous l’impact d’un neutron lent, un noyau se coupe en deux noyaux plus petits.
235 92 141
14. On peut écrire : 92U + 01n  36Kr + 56Ba + k 01n.
Pour que le nombre de masse soit conservé, on doit avoir : 235 + 1 = 92 + 141 + k×1. On obtient k = 3.
La fission de l’uranium 235 par l’absorption d’un neutron produit trois neutrons.
15. La relation d’Einstein est : E = m.c² avec E énergie de masse en J ; m en kg et c en m.s-1.
16. La valeur absolue de la « masse disparue » lors de cette réaction est donnée par :
|∆m| = |mKr + mBa + 3 mn – (mU + mn)| = |mKr + mBa + 2 mn – mU|
|∆m| = |(15,261427 + 23,394305 + 2x0,167493 - 39,021711).10-26| = |-0,030993.10-26|
|∆m| = 0,030993.10-26 kg
Remarque : Dans le cas d’une addition ou d’une soustraction, on conserve autant de décimales que la
donnée la moins précise, soit ici 6 décimales.
17. L’énergie libérée lors de la fission d’un noyau d’uranium par l’absorption d’un neutron est donnée par :
Elibérée = |∆m|.c2 = 3,0993.10-28 x (3,00.108)2 = 2,79.10-11 J
III. DÉCROISSANCE DE L’ACTIVITÉ
18. L’activité d’un échantillon radioactif s’exprime en becquerels (Bq).
19. t (en jours) t=0 t1/2 = 14,3 2t1/2 = 28,6 3t1/2 = 42,9 4t1/2 = 57,2 5t1/2 = 71,5
A (en MBq) 106 53 27 13 6,6 3,3

20. 21. Soit t1/5 la durée au bout de
120
A (en MBq)




laquelle l’activité à été divisée
100
par cinq :
A0 106
A1/5 = = = 21,2 MBq
5 5
80



60
À l’aide de la courbe, on
constate que l’activité de
l’échantillon est divisée par cinq
40

A1/5 = 21,2
au bout de 33 jours.
20

t1/5 = 33 jours
0
0 10 20 30 40 50 60 70 80
t (en jours)
1èreS Cours – PARTIE 2 - Chapitre 8 : Radioactivité et réactions nucléaires 2/5
I- Qu’est-ce qu’une réaction nucléaire ? (p. 139)
1. Les réactions nucléaires spontanées (p. 139)
La stabilité des noyaux résulte de la compétition entre l’interaction forte, responsable de
l’attraction entre nucléons, et l’interaction électromagnétique, responsable de la répulsion
entre protons.
A
Lorsqu’un noyau ZX est instable, il subit une transformation spontanée (désintégration
A'
radioactive) aboutissant à la formation d’un nouveau noyau Z'Y.
Ce phénomène porte le nom de radioactivité.
Une transformation radioactive s’accompagne de l’émission de particules (électron, positon ou
noyau d’hélium) et de rayonnements électromagnétiques γ.

2. Les réactions nucléaires provoquées (p. 140)
 La fission des noyaux lourds.
Lors d’une réaction de fission, un noyau lourd se
brise pour former deux noyaux plus légers.
L’amorçage nécessite l’utilisation de neutrons
comme projectiles.




 La fusion des noyaux légers.
Lors d’une réaction de fusion, deux noyaux légers
s’associent pour former un noyau plus lourd.
L’amorçage nécessite des températures de
l’ordre de cent millions de degrés.




3. L’activité (p. 139)
L’activité d’un échantillon radioactif est le nombre de désintégrations par seconde. Elle
s’exprime en becquerel, noté Bq.
1 becquerel correspond à 1 désintégration par seconde.
L’activité d’un échantillon radioactif peut être évaluée avec un compteur Geiger.

Exemple :
Activité moyenne de quelques objets quotidiens, donnée pour 1 kg :

Eau du robinet Lait Corps humain Poisson Granite Plutonium
1 à 2 Bq 80 Bq 110 à 140 Bq 100 à 400 Bq 8 000 Bq 2.1012 Bq

Exercices n°6, (7), 8, (9), 10 p. 146

1èreS Cours – PARTIE 2 - Chapitre 8 : Radioactivité et réactions nucléaires 3/5
II- Comment écrire une équation de réaction nucléaire ? (p. 140)
Au cours d’une réaction nucléaire, il y a conservation :
 du nombre de masse (les nucléons) ;
 du nombre de charge.
Ce sont les lois de conservation, dites lois de Soddy :
A A1 A2 A = A1 + A2 : conservation du nombre de nucléons
ZX  Z1 Y1 + Z2 Y2
Z = Z1 + Z2 : conservation du nombre de charges

1. La radioactivité 
Elle concerne les noyaux lourds, instables à cause
d’un excès de nucléons. Elle se traduit par
l’émission de particules  (noyau d’hélium) :
A A-4 4
ZX  Z-2
Y + 2He



2. La radioactivité  -
Elle concerne les noyaux instables à cause d’un excès de
neutrons. Elle se traduit par l’émission d’électrons :
A A 0
ZX  Z+1 Y + e
-1
Dans le noyau, un neutron s’est transformé en un proton et un
électron.

3. La radioactivité  +
Elle concerne les noyaux instables à cause d’un excès de
protons. Elle se traduit par l’émission de positons :
A A 0
ZX  Z-1 Y + +1e

Dans le noyau, un proton s’est transformé en un neutron et un
positon.


Remarque :
Le diagramme de Ségré (ou diagramme N, Z) donne la nature de
l’instabilité des noyaux.
 les noyaux stables (en orange) appartiennent à une zone appelée
"vallée de la stabilité" ;
 en-dessous, se situent des noyaux donnant lieu à une radioactivité
de type + ;
 au-dessus, se situent des noyaux donnant lieu à une radioactivité
de type - ;
 en haut, se situent des noyaux donnant lieu à une radioactivité de
type .



Exercices n°(11), 12, (13), 14, 15 p. 146, n°18, 19, 21, 22 et 23 p. 147
1èreS Cours – PARTIE 2 - Chapitre 8 : Radioactivité et réactions nucléaires 4/5
III- Quelle est l’énergie libérée par une réaction nucléaire ? (p. 141)
En 1905, Albert Einstein énonce, dans le cadre de la relativité restreinte, la célèbre relation
d’équivalence entre masse et énergie :

Un objet de masse m au repos possède une énergie E, appelée énergie de masse, telle que :
E l’énergie en joule (J),
2
E = m·c avec m la masse en kilogramme (kg),
c la célérité de la lumière (c = 3,00.108 m.s-1).
Lors d’une réaction nucléaire (désintégration, fusion, fission) il y a une perte de masse et donc
une énergie libérée correspondant à :
∆E la variation d’énergie en joule (J),
Elibérée = |∆E| = |∆m|·c2
avec ∆m la variation de masse en kilogramme (kg),
= |mproduits - mréactifs|·c2
c la célérité de la lumière (c = 3,00.108 m.s-1).
Lors d’une réaction nucléaire, l’énergie totale se conserve.


Pour les curieux :
La formation d’un noyau s’accompagne d’un défaut de masse, donc d’une libération d’énergie. À l’opposé,
il faut fournir de l’énergie pour séparer les constituants d’un noyau. Cette énergie est l’énergie de
liaison, notée Eℓ. Elle caractérise la cohésion de l’atome.
L’énergie de liaison Eℓ est l’énergie qu’il faut fournir pour séparer les constituants d’un noyau.
Cette énergie est souvent exprimée en électron Volt (eV) ou Méga électron Volt (MeV) (avec 1 eV =
1,602.10-19 J).


Exercices n°16 p. 146, n°(17), 20 p. 147, n°24 p. 148, n°27, 28 et n°29 p. 149




1èreS Cours – PARTIE 2 - Chapitre 8 : Radioactivité et réactions nucléaires 5/5

Archive contentsContenu de l'archive

Action(s) SizeTaille FileFichier
1.64 Ko KB readme.txt
566.41 Ko KB RADIOACTIVITE_1ERE_S.tns

Pub / Ads

-
Search
-
Featured topics
Offre TI-Planet/Jarrety pour avoir la TI-83 Premium CE avec son chargeur pour 79,79€ port inclus !
Offre TI-Planet/Jarrety pour avoir la TI-Nspire CX CAS à seulement 130€ TTC port inclus!
Jailbreake ta TI-Nspire avec Ndless et profite des meilleurs jeux et applications !
123
-
Donations / Premium
For more contests, prizes, reviews, helping us pay the server and domains...

Discover the the advantages of a donor account !
JoinRejoignez the donors and/or premium!les donateurs et/ou premium !


Partner and ad
Notre partenaire Jarrety 
-
Stats.
447 utilisateurs:
>424 invités
>19 membres
>4 robots
Record simultané (sur 6 mois):
6892 utilisateurs (le 07/06/2017)
-
Other interesting websites
Texas Instruments Education
Global | France
 (English / Français)
Banque de programmes TI
ticalc.org
 (English)
La communauté TI-82
tout82.free.fr
 (Français)